Publié par : cbernier | 10 avril 2015

Toute grande ville doit avoir son zoo!

Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai toujours pensé que toutes les grandes villes se devaient d’avoir un zoo. C’est une intuition, qui me fait voir le zoo comme un équipement culturel et scientifique essentiel, au même titre que les bibliothèques ou les musées. Des équipements qui donnent aux citadins accès à la culture, au savoir et leur permet de découvrir le monde qui les entourent…

Je me refaisais cette réflexion il y a quelques jours, lorsque j’ai appris que Paris célébrait l’an 1 de son « nouveau » zoo, entièrement reconstruit. On y trouve plus de 1000 animaux, provenant de 180 espèces, dans des milieux naturels reconstitués. On affirme même qu’il « invente le zoo du 21e siècle : non plus une simple attraction, mais un formidable outil de sensibilisation à la nature, un centre de conservation des espèces respectueux de l’animal, un lieu de science et de recherche ouvert à tous. »

En y regardant de plus près, j’y ai vu plusieurs similarités avec notre Biodôme, qui reconstitue l’habitat des animaux qu’il héberge depuis son ouverture, en 1992, même si c’est en plus petit et entièrement à l’intérieur… Le sentier du Biodôme est long de 500 m, contre 4 km au nouveau zoo de Paris, mais il permet de découvrir plus de 250 espèces, contre 180 pour celui de Paris (toutefois, il héberge plus de mammifères, dont certains sont beaucoup plus gros, et permet de voir des animaux de 4 continents, alors que le Biodôme ne présente que des animaux des Amériques).

Ainsi, à ce jeu des comparaisons, Montréal s’en tire peut-être pas si mal, avec la prouesse technique de son petit zoo intérieur et la richesse de la biodiversité qu’il héberge. Mais ce n’est pas non plus un vrai zoo, avec de grands mammifères qui impressionnent les enfants. Je me rappelle avoir été au Jardin des Merveilles. Voir un éléphant ne procure pas le même sentiment que de voir un petit mammifère, aussi mignon soit-il… La disparition du Jardin des Merveilles, en 1988, puis la fermeture de l’Aquarium de Montréal, située sur l’île Sainte-Hélène de 1967 à 1991, ont créé un vide que le Biodôme n’a pas complètement comblé.

Montréal compte aussi un autre zoo atypique, soit le zoo Ecomuseum, qui présente plus de 115 espèces d’animaux d’ici, dans un environnement naturel et à ciel ouvert. Très peu connu, malheureusement, il permet de voir des ours, des caribous, des coyotes et des loups! C’est un complément indéniable du Biodôme.

Pour voir des animaux provenant d’autres continents que le nôtre, il faut toutefois sortir de Montréal. Le Zoo de Granby et le Parc Safari sont à une heure de voiture du centre-ville. Toutefois, le premier est très difficilement accessible par transport en commun, et le deuxième est impossible à visiter sans une voiture, nécessaire pour traverser le Safari Aventure, une zone où les animaux sont en semi-liberté.

Un zoo disséminé dans toute la ville

Parc aux Ours de Berne

Parc aux Ours de Berne

 Il y aurait eu, dans les années 40, un projet pour doter Montréal d’un zoo inédit. On avait pensé installer les animaux à différents endroits de la ville! J’imagine très bien ce projet fou, qui aurait pu nous donner un enclos de dromadaires près du Mont-Royal, des girafes au centre-ville, un bassin de dauphins dans le Vieux-Port et un espace réservé aux Gorilles dans le Parc Maisonneuve. Je n’ai toutefois jamais entendu parler qu’un projet similaire se soit réalisé quelque part sur le globe. Au mieux, on peut trouver un seul de ces aménagements, comme le Parc aux Ours de Berne (en Suisse) ou la grande volière d’oiseaux à Hong Kong…

Volière de Hong Kong

Volière du Parc de Hong Kong

Nous pourrions nous donner l’ambition d’être plus originaux, en aménageant dans un tunnel du Montréal souterrain une grotte artificielle pour présenter les animaux qui vivent sous terre (taupes, chauves-souris, etc.), en créant un jardin des caméléons dans une serre désaffectée, en installant un mur-aquarium de méduses au centre-ville ou en recréant le Jardin des Merveilles, mais en n’y hébergent que de petits animaux insolites ou merveilleux, comme des paons, par exemple… Je rêve un peu 😉

Mettre en réseau ce qui existe déjà

Aussi fou qu’il puisse paraître à première vue, le projet d’installer des animaux à plusieurs endroits de la ville pourrait se réaliser assez facilement, surtout si on se concentrait sur les animaux des Amériques. Il y a déjà le Biodôme et le zoo Ecomuseum, imaginons maintenant qu’on installe des panneaux d’information aux endroits où vivent (et se laissent approcher) certains animaux sauvages de Montréal… Je vous en ai déjà parlé dans un texte sur ce sujet, il y a des renards au Jardin botanique, de nombreuses marmottes au Parc Jean-Drapeau, des ratons-laveurs très sociables sur le Mont-Royal et même des chevreuils au parc-nature de la Pointe-aux-Prairies. Réunis sous le nom « Zoos-nature de Montréal », nous aurions déjà 6 endroits en ville où observer des animaux! Il ne nous manquerait qu’une promotion commune de ces lieux pour mieux les faire connaître.

Et pour voir des animaux de tous les continents, on pourrait brancher ensemble, par du transport en commun la fin de semaine, le zoo de Granby, le Parc Safari, le zoo Ecomuseum et le Biodôme. Il me semble que ce serait un service apprécié… La région de Montréal se doterait ainsi d’un réseau complet de zoos, présentant des animaux de partout dans le monde, accessibles à tous et à la hauteur des ambitions internationales de notre ville!

Les animaux t’intéressent? Visite mes autres textes:

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :