Publié par : cbernier | 20 mars 2014

Chevaux, vaches et moutons en ville

L’agriculture urbaine fait un retour marqué depuis quelques années, nous rappelant qu’il n’y a pas si longtemps, des fermes couvraient une bonne partie de notre île. Encore présentes dans l’Ouest de l’île, mais menacé, elles pourraient bien faire un retour en douce au centre-ville dans un avenir pas si lointain. Tous les ingrédients sont là pour permettre cette renaissance.

L’engouement des villes pour l’agriculture; la présence des fermes éducatives; l’apparition de poules dans certaines cours (légalement et illégalement); le débat sur les chevaux de calèches, qui ne tardera pas à reprendre avec le beau temps; plusieurs signes pointent dans la direction d’un intérêt pour le retour de la nature en ville. J’en parlais déjà, il y a un an, dans mon texte Des animaux sauvages à Montréal. Voyons maintenant comment, ici comme ailleurs dans le monde, les animaux de ferme réapparaissent dans nos quartiers, à travers au moins 5 aspects de la vie urbaine :

  • L’éducation
  • Les loisirs
  • La protection du patrimoine
  • Le commerce
  • Le tourisme

Que ce soit à Londres, à Paris ou à Montréal, les animaux de ferme réapparaissent non pas seulement dans des initiatives en bordure de la ville, mais aussi au cœur des centres-villes. Ici, on les voit déjà dans les espaces agricoles de l’Ouest de l’île, dans le réseau des grands parcs de la Ville, dans le Vieux-Montréal et sur le Mont-Royal. Avec un peu d’imagination, on pourrait exploiter ces lieux avec de nouveaux projets et ajouter, pourquoi pas, un cinquième lieu : le Pôle Maisonneuve (et Espace pour la vie).

Voyons ensemble les initiatives qui existent et laissons notre esprit vagabonder un peu, pour ajouter celles qui pourraient exister à Montréal. Car en reprenant leur droit de Cité, les projets avec des animaux de fermes peuvent démontrer que ces animaux ont encore une contribution à faire dans la construction de la ville de demain.

Visiter une ferme éducative

L’an dernier, la Ville annonçait un projet de réouverture de la ferme du parc Angrignon, qui accueillait, jusqu’à sa fermeture en 2008, près de 60 000 personnes par année. De son côté, la ferme écologique du parc-nature du Cap-Saint-Jacques, toujours très active, accueille 50 000 visiteurs annuellement. Évidemment, de ce nombre, beaucoup d’enfants. Pourrait-on penser offrir une telle ferme au cœur de l’île ? Par exemple, au futur Parc du complexe environnemental Saint-Michel ? Pour une mission éducative, c’est un endroit tout désigné vu le nombre de jeunes qui habitent les quartiers environnants. Et puisque le parc est en cours d’aménagement, c’est le temps d’y penser…

Faire de l’équitation sur le Mont-Royal

Lors d’un voyage à Londres, j’ai eu la surprise de tomber sur une lumière de circulation assez curieuse. Jugez par vous-même!

Lumière pour chevaux

Pourtant, j’étais en plein centre de la ville! Cette journée-là, je me suis mis à rêver d’un ensemble de routes d’équitation qui emprunteraient des sentiers du Mont-Royal, comme la police montée le fait déjà, tout en y ajoutant des incursions en ville, dans les rues environnantes. Bien aménagées, comme dans la capitale britannique, il me semble que ce serait fantastique, non?

Le sort du cheval en ville devrait être discuté avec le retour de l’été, si on en croit le texte Il faut plus de chevaux à Montréal, pas moins. L’an dernier, le texte Des chevaux pour les cols bleus nous invitait à voir tout le potentiel du cheval en ville, entre autres en l’utilisant pour des travaux publics… Il offrait, en conclusion, cette surprenante vidéo :

L’utilisation du cheval pour des travaux publics n’a rien de bien nouveau, comme nous le rappelait Rue Masson en janvier 2013, avec son texte à saveur historique Déneiger les rues avec un cheval et les trottoirs avec un « peigne ».

Protéger notre patrimoine biologique au Pôle Maisonneuve

La vidéo parle de la sauvegarde d’une espèce chevaline locale, alors parlons-en un peu. Plusieurs projets de réintroduction d’animaux de ferme en ville ont été mis en place avec cette préoccupation. Par exemple, la ville de Noisiel, en France, a introduit deux vaches pour brouter l’herbe dans l’un de ses parcs (à la place d’une tondeuse!) avec comme objectif de contribuer à l’effort régional pour sauver de l’extinction une race nantaise dont il ne restait plus que 45 individus! Une expérience qui pourrait trouver écho ici… On appelle ça le pastoralisme urbain.

Saviez-vous que le Québec a une telle race de vache considérée comme « patrimoine agricole »? La vache canadienne n’est pas en aussi mauvaise posture que sa lointaine cousine nantaise, mais elle n’en reste pas moins une bonne brouteuse. Compte tenu de la mission d’Espace pour la vie, pourrait-on penser voir un petit troupeau s’installer au Parc Maisonneuve? Cette vache canadienne, acclimatée à nos hivers, pourrait même y vivre à l’année!

Avoir notre fermier de famille dans l’Ouest de l’île

Il est tentant de penser à l’Ouest de l’île comme territoire agricole. C’est une réalité. Mais si on osait rester dans le Pôle Maisonneuve quelques instants… Y introduire des vaches pour brouter l’herbe, c’est bien, mais si en plus on en récoltait le lait pour produire un fromage typiquement montréalais?

La commercialisation des produits animaux élevés en ville pourrait aller beaucoup plus loin. En effet, le Parc Maisonneuve dispose de deux jardins communautaires très importants, derrière lesquels un espace du parc est sous-utilisé. Vous me voyez venir? Pourquoi ne pas profiter de la règlementation de l’arrondissement pour y installer, en complément des jardins, un poulailler? Pour rester dans le thème de la sauvegarde des espèces patrimoniales, pourquoi ne pas y élever des poules Chantecler? Ainsi, les jardiniers pourraient profiter d’une récolte d’œufs, en plus de celle de légumes.

Il ne resterait plus qu’à introduire, pour le transport dans le Jardin botanique, le cheval canadien, soit la troisième race patrimoniale reconnue par le gouvernement, et le tour serait joué. Espace pour la vie (qui regroupe le Jardin botanique, l’Insectarium, le Biodôme et le Planétarium) pourrait remplir une fois de plus son rôle éducatif et de conservation, en utilisant cette fois l’agriculture urbaine…

Tondre le gazon avec des moutons dans le Vieux

J’ai abordé 4 aspects de la vie urbaine à travers lesquels, selon moi, les animaux de ferme pourraient apporter un renouveau dans le développement social et environnemental durable de nos villes : l’éducation, les loisirs, la protection du patrimoine et le commerce. Reste le tourisme.

Quelle expérience veut vivre la personne qui nous visite? Elle veut être surprise, charmée. Des animaux, au bon endroit, peuvent être très efficaces pour y réussir. Par exemple, pourrions-nous penser, comme la ville de Paris, avoir des moutons pour tondre le gazon du Champ-de-Mars, dans le Vieux-Montréal? Nous rappellerions, du coup, la présence historique des animaux de ferme dans le quartier, où les berges du fleuve ont longtemps été un lieu de pâturage. Imaginez les photos que cela ferait, avec la ville ou l’hôtel de ville comme fond!

Pour créer la surprise, les vaches du Parc Maisonneuve, dont j’ai déjà parlé, pourraient aussi aller faire un tour de l’autre côté de la rue Sherbrooke, pour tondre la pelouse du Parc Olympique la fin de semaine. Là aussi la combinaison des animaux avec la Tour, derrière eux, produirait des photos saisissantes.

Oserons-nous faire réapparaître les animaux de ferme en ville? L’avenir nous le dira, mais je pense que les enjeux environnementaux d’aujourd’hui nous obligeront bientôt à nous intéresser à l’écologie de la réconciliation, dont je parlais dans Des animaux sauvages à Montréal l’an passé. J’y citais celui qui a développé le concept :

Il faut partager l’espace avec les autres espèces. Aménager les habitats humains pour qu’ils accueillent le plus grand nombre d’espèces, au bénéfice également des sociétés locales. En d’autres termes, « réconcilier » l’homme et la nature.

Il est ironique de constater que les animaux sauvages font leur place en ville, envers et malgré nous, alors qu’on en a exclu les animaux domestiques… Il y a là, à tout le moins, matière à réflexion.

Les animaux t’intéressent? Visite mes autres textes:

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :