Publié par : cbernier | 11 novembre 2015

Un cheval comme employé municipal?

Le cheval pourrait être une solution d’avenir à certains problèmes de la ville modernes. C’est l’étonnante démonstration que fait le livre Le cheval au service de la ville, publié en 2014 par la maison d’édition Écosociété. Si certaines personnes opposent la ville à la nature, il y a de plus en plus d’acteurs qui cherchent, au contraire, à concilier les deux, comme j’en parlais dans Les animaux sauvages en ville.

Lumière pour chevauxVous vous rappellerez peut-être de ce curieux feu de circulation de Londres, dont j’ai aussi déjà parlé? Il montre que même une grande métropole internationale peut faire une place au cheval dans son centre-ville. Alors pourquoi pas Montréal?

L’été dernier, la Maison Saint-Gabriel et l’Association québécoise du cheval Canadien soulignaient le 350e anniversaire de l’arrivée des chevaux en Nouvelle-France. Pour l’occasion, ils ont recréé un service traditionnel de livraison de pains, dans le quartier Pointe-Saint-Charles, en voiture à cheval. Un rappel que les chevaux circulaient en grand nombre à Montréal il n’y a pas si longtemps (comme le racontait aussi Rue Masson, en rappelant l’utilisation du cheval pour le déneigement)…

Cet anniversaire de l’arrivée des chevaux en Nouvelle-France cherchait aussi à sensibiliser le public au sort du cheval Canadien, une race typiquement québécoise, adapté à notre climat et au travail avec des humains. Elle est toutefois menacée par l’abandon de la traction hippomobile pour les travaux. Si personne n’utilise ces chevaux, comment pourra-t-on protéger cette race, pourtant reconnue comme patrimoniale?

On relançait ainsi, peut-être sans l’avoir prévu, la question de l’utilisation du cheval comme auxiliaire des employés municipaux… La police montée, installée sur le Mont-Royal, fait usage des chevaux pour remplir sa mission, alors pourquoi pas d’autres services de la Ville? C’est à cette question que cherche à répondre le livre Le cheval au service de la ville, en nous faisant connaître des expériences françaises de réintroduction du cheval dans des milieux urbains.

Depuis le début des années 2000, plusieurs villages de France se sont tournés vers le cheval pour régler des problèmes récurrents de coûts, de pollution et de bruit reliés, entre autres, au ramassage des ordures. Si les aspects économiques ont servi de motivations premières, très rapidement, ces villages ont découvert :

  • le rôle pacificateur du cheval (pour la circulation, mais aussi pour les relations entre les employés municipaux et les citoyens),
  • son apport indéniable au développement d’une attitude positive face à l’environnement (les collectes de recyclage à cheval ont, à tout coup, fait augmenter le taux de collecte, à cause de l’intérêt qu’elles suscitent auprès des résidents et, surtout, de leurs enfants)
  • et son efficacité à mobiliser les employés municipaux, qui découvrent avec le cheval un compagnon de travail efficace et attachant…

Depuis l’an 2000, donc, l’hippomobilité se répand de l’autre côté de l’Atlantique et atteint des villes plus importantes, comme Lyon, Strasbourg et même Paris. Si le ramassage des ordures et du recyclage domine dans les villages, dans les villes, ce sont les travaux d’entretien des grands espaces verts qui sont de plus en plus confiés à des équipes composées de travailleurs et de chevaux. Cette carte permet de découvrir les projets confiés à de telles équipes dans plus de 200 villes et villages de France. Un survol impressionnant qui permet de démontrer qu’on n’a pas affaire, sur cette question du retour du cheval en ville, à de l’improvisation, mais bien à un large mouvement. Quelques expériences plus détaillées sont aussi présentées ici.

De grandes entreprises, comme Veolia (près de 24 milliards d’Euros en chiffre d’affaires pour 2014), s’investissent maintenant l’hippomobilité, reconnaissant ses avantages indéniables dans certains secteurs. Elles développent aussi des outils de travail adaptés aux chevaux et aux besoins des villes, ce qui permet de professionnaliser ce type de services, auparavant développés de façon plutôt artisanale.

Outre la collecte des déchets ou du recyclage, on utilise aujourd’hui en France la traction animale pour de plus en plus d’usages, comme la tonte du gazon, le ramassage des feuilles, le recyclage des sapins, le transport scolaire et même pour la réinsertion sociale de jeunes travailleurs! Évidemment, c’est sans parler des secteurs de la sécurité, du loisir et du tourisme.

Loin d’être un retour en arrière, cette réintroduction du cheval peut être une solution d’avenir aux problèmes des villes. Les chevaux offrent une énergie renouvelable, respectueuse de l’environnement, ramènent les équipements de travail à une dimension humaine, diminuent les nuisances sonores, tout en augmentant la sécurité sur les voies de circulation. Il suffit de retirer nos oeillères du « tout à l’auto » pour voir les opportunités de cette nouvelle façon de faire. Les auteurs du livre Le cheval au service de la ville mettent toutefois en garde les villes qui désirent se lancer dans une telle expérience. Elle nécessite, pour réussir, plusieurs étapes :

  • la sensibilisation des parties impliquées (citoyens, travailleurs, élus, fonctionnaires),
  • la mise en place d’un projet de démonstration doublé d’une étude d’impacts
  • et l’élaboration d’un cahier de charge avant de mettre en place un nouveau service hippomobile en ville.

Heureusement, plus de 200 municipalités de France ont franchi avec succès ces étapes, permettant d’inspirer et d’accompagner de nouvelles villes qui voudraient se lancer. Il semblerait que le thème de l’Énergie Cheval sera abordé lors de la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, qui se déroulera du 30 novembre au 11 décembre 2015, à Paris. Peut-être le sera-t-il aussi à l’Office de consultation publique de Montréal sur la réduction de la dépendance montréalaise aux énergies fossiles, qui se poursuit jusqu’à la fin février 2016? Le mouvement qui encourage le retour du cheval en ville ne semble donc pas sur le point de se résorber.

Le cheval au service de la villeOsera-t-on tenter l’expérience de l’hippomobilité ici? François Cardinal, journaliste de La Presse, le proposait il y a plus d’un an, rappelant que « le cheval fait partie du patrimoine vivant de la métropole ». Mathias Marchal en parlait aussi dans son texte du journal Métro: Des chevaux pour les cols bleus. La question n’est donc pas nouvelle, et plusieurs personnes la posent. Le Québec n’en était qu’à l’étape de la sensibilisation jusqu’à maintenant, première de celles proposées par le livre Le cheval au service de la ville… Toutefois, Trois-Pistoles s’inscrit en pionnière, depuis l’été 2015, en ayant mis sur pattes sa collecte des matières recyclables!

La deuxième étape, soit celle de la mise en place d’un projet de démonstration, vient donc de débuter au Québec! Espérons que Trois-Pistoles inspirera d’autres municipalités à tenter l’expérience et, pourquoi pas, les villes de l’Ouest de l’île, des arrondissements de Montréal ou un de nos services municipaux…

Vous avez aimé ce texte? Partagez-le! 😉

Les animaux vous intéressent? Ces textes devraient vous plaire:

Publicités

Responses

  1. Dans son roman autobiographique, La Petite Patrie, Claude Jasmin évoque beaucoup les vendeurs et les marchands itinérants qui se promenaient sur les rues de Montréal jusque dans les années 40 du siècle dernier.

    J'aime

  2. Très intéressant! Quoique cela semble très pertinent en ville, je le vois encore mieux dans les petites et moyennes municipalités du Québec, car elles sont souvent proche des terres agricoles, donc de propriétaires d’écuries. Et le crottin de cheval, quel engrais extra pour l’agriculture urbaine 🙂

    J'aime


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :