Publié par : cbernier | 19 mars 2013

Des animaux sauvages à Montréal

Texte mis à jour en février 2017

Vous connaissez l’écologie de la réconciliation? Moi non plus. Du moins, pas avant de m’intéresser à ces intrigants chercheurs qui prétendent qu’on doit apprendre à partager la ville avec les pigeons. C’était en « une » du Québec Sciences de novembre 2012 (j’avoue, je suis un peu en retard dans mes lectures). Ce texte m’a fasciné! Surtout à cause de ce qu’il ne dit pas : il n’y a pas que des pigeons en ville…

On sait déjà qu’il y a plus de biodiversité au sud du Québec qu’au nord, que celle-ci y est plus menacée aussi. On sait qu’il y a plus de 120 espèces d’oiseaux qui passent par Montréal ou qui y vivent, dont les hérons, toujours majestueux, que ce soit au Jardin botanique ou sur le bord d’un des 260 km de berges que compte l’île… On sait aussi que l’île compte quelques ratons-laveurs, moufettes et autres bestioles du genre.

Notre ami le raton-laveur

Les ratons-laveurs, prenons les comme premiers exemples, sont beaucoup plus nombreux sur l’île qu’on ne le pense généralement. Cette vidéo témoigne de façon éloquente que, du moins sur le Mont-Royal, ils sont bien présents :

Mais ils ne sont pas cantonnés à nos grands parcs. Il y a quelques semaines, j’ai eu la surprise d’en croiser un, bien accroché sur un tronc d’arbre de la rue Préfontaine, à deux pas d’Ontario. Aucun parc en vue. Il était là, bien tranquille, sans m’accorder une seconde d’attention. Moi, j’étais plutôt impressionné. Quel bel animal! Mais que faisait-il sur la rue?

Le raton n’est pas le seul animal « sauvage » à vivre au centre de la vie urbaine. En plein cœur de l’île, sur le Mont-Royal ou au Jardin botanique, des renards naissent, vivent et meurent. Oui, des renards! On en voit deux ici, au Jardin botanique :

À l’été 2012, un Bioblitz a été organisé au Parc Angrignon… L’idée était de réunir des scientifiques et des citoyens pour produire un inventaire de la biodiversité de cet endroit précis. En 48 heures, 74 espèces animales ont été répertoriées dans ce seul parc, lui aussi au cœur de la vie urbaine. Même des lapins à queue blanche auraient été vus… Et un renard.

À force de réduire leur habitat, les animaux cherchent-ils de nouveaux territoires? C’est une des explications avancées pour expliquer la présence d’animaux moins familiers en ville, comme les renards, mais aussi les cerfs de Virginie. Car oui, il y a des cerfs à Montréal, au Parc nature de Pointe-aux-Prairies entre autres. On doit d’ailleurs y mettre des portions de territoire en enclos pour protéger les végétaux de leur appétit! L’émission Les années-lumière consacrait une chronique à ce problème…

Tout aussi surprenant, des coyotes ont colonisé l’île de Montréal, jusqu’à Pointe-St-Charles, en suivant les chemins de fer. L’arrivée de cet animal sauvage en ville en inquiète toutefois certains.

L’écologie de la réconciliation

C’est là que l’idée de la « réconciliation » prend tout son sens. Pourquoi ne pas modifier notre raisonnement et profiter de ces incursions sauvages en ville pour nous poser la question centrale de la biodiversité, de notre relation avec la nature, de notre respect du vivant?

Les incursions d’animaux sauvages à Montréal sont un témoignage de la disparition de leur habitat autour de l’île. Nous devrions nous en alerter! C’est aussi une démonstration qu’il y a des espaces verts de qualité sur l’île, suffisamment intéressants pour abriter des animaux sauvages. Nous devrions nous en féliciter et chercher à protéger ces habitats.

Le père de l’écologie de la réconciliation, Michael L. Rosenzweig, l’explique ainsi :

Il faut partager l’espace avec les autres espèces. Aménager les habitats humains pour qu’ils accueillent le plus grand nombre d’espèces, au bénéfice également des sociétés locales. En d’autres termes, « réconcilier » l’homme et la nature.

Sur les berges de l’île, on croise régulièrement des castors, des moufettes et des marmottes. Les lapins du Parc Angrignon émerveillent ceux qui les croisent, mais il nous faut quand même des prédateurs si on ne veut pas que leur population explose… Faire une place à la nature, même dans notre ville, n’est pas une utopie puisque la nature y est déjà! Il suffirait de le reconnaître et de lui donner un coup de pouce pour qu’elle s’épanouisse.

C’est un des 4R de la conservation de la Société française d’écologie :

  • Mise en Réserve dans des espaces protégés
  • Restauration d’habitats
  • Réconciliation
  • Reconnexion des humains avec la nature

Mais les pigeons?

Revenons aux pigeons (et je suis sûr que le même raisonnement pourrait s’appliquer aux écureuils). Ce sont les animaux « sauvages » les plus visibles de notre environnement, et probablement ceux avec lesquels il faut le plus travailler sur la réconciliation. Dans le texte de Québec Science sur les pigeons, on mentionnait l’écologie de la réconciliation, mais aussi l’importance de reprendre contact avec la nature. Et l’intermédiaire proposé pour cette « reconnexion » était… le pigeon.

À Paris, ils ne lésinent pas avec les moyens pour y arriver. En plus d’expériences avec des pigeonniers dans les parcs, l’Agence régionale pour la nature et la biodiversité en Île-de-France (Natureparif) a créé un Guide de 64 pages « Le pigeon en ville ». De plus, un groupe de recherche interdisciplinaire et interprofessionnel « le pigeon en ville : écologie de la réconciliation et gestion de la nature » a été mis en place et a même organisé un colloque en 2011!

À Montréal, nous avons la chance de pouvoir entreprendre la « reconnexion » avec une grande variété d’animaux.

Pour se réconcilier avec la nature, même en pleine ville, le pigeon c’est bien, mais il me semble que le raton-laveur, c’est mieux!

Le développement rapide de l’agriculture urbaine nous confrontera rapidement à l’importance d’intégrer la nature « sauvage » dans notre réflexion. L’arrivée de nourriture dans nos cours, sur nos balcons, attirera inévitablement les animaux… Je vous parlais du miel urbain en 2012, il n’y a pas que les humains qui l’apprécient, les ratons-laveurs et les moufettes aussi! Qui à leur tour sont chassés par les renards.

Ainsi donc, la nature est là pour rester et elle s’affirme jusque dans les quartiers centraux de la ville. Rappelant l’importance de créer des corridors verts au cœur même de Montréal si on veut contribuer à la conservation de notre biodiversité. Les 4R, c’est aussi en ville que ça se passe.

Au congrès de l’Association des biologistes du Québec en 2012, le thème était Les corridors écologiques : un réseau pour connecter l’humain et la nature. Le programme montre qu’on y a abordé une foule de questions, mais l’enjeu des corridors verts (ou écologiques) en ville ne semble pas y avoir eu une grande place… Comme si la nature n’existait pas sur l’île de Montréal.

Le Mouvement Ceinture Verte ou le projet de Trame verte et bleu du grand Montréal ne semblent pas non plus aborder directement la question de la vie sauvage dans les quartiers centraux de Montréal. Il faudra combler cette lacune, car les cerfs, les renards et les marmottes de l’île, eux, ont déjà fait le choix de vivre en ville.

Et d’autres s’en viennent peut-être… Un nouvel animal a fait une apparition à Montréal au début 2017: un phoque s’est en effet aventuré dans les eaux du fleuve, en face de Verdun! Comme quoi nous ne sommes peut-être pas au bout de nos surprises…

Pour en savoir plus sur la biodiversité à Montréal, vous pouvez lire cet intéressant texte de La Presse sur la faune urbaine ou découvrir le site Biopolis, qui répertorie les projets de biodiversité urbaine, une mine d’information offerte aux Montréalais depuis la fin 2016.

Les animaux t’intéressent? Visite mes autres textes:

Ou visionne cet intéressant film sur les animaux sauvages de Paris, qui mentionne, en conclusion, deux villes modèles: Bruxelles et… Montréal!

C’est toi ma Ville s’est associé au blogue Mes Quartiers pour créer une page Facebook dédiée aux amoureux de Montréal. Cliquez « j’aime » sur cette page et découvrez les textes proposés par nos deux blogues, en + d’un contenu original et exclusif!

Mes Quartiers et C'est toi ma Ville

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :