Notre corps est constitué d’environ 60% d’eau et nous en avons besoin pour survivre. De tout temps, les villes se sont assurées de rendre disponible cette ressource essentielle à leurs habitants. Les puits, citernes et fontaines publiques des origines ont vu arriver, au 19e siècle, les fontaines à boire, dont l’emblématique fontaine Wallace parisienne.

L’été très chaud que nous vivons rappelle avec éloquence l’importance des points d’eau et, vu les changements climatiques, c’est un besoin qui se fera de plus en plus sentir. Parallèlement, la présence d’abreuvoirs sur l’ensemble du territoire d’une ville permet de combattre un fléau bien d’aujourd’hui : la bouteille de plastique jetable.

Sans parler des enjeux de santé publique liés à la consommation suffisante d’eau et à son accessibilité…

Loin d’être désuète, la fontaine à boire est une grande innovation du 19e siècle qui continue de se renouveler. Si certaines initiatives méritent d’être soulignées, ici comme ailleurs, on est toutefois loin d’avoir tiré le plein potentiel de cet élément de notre mobilier urbain!

Le retour aux origines

Les premiers abreuvoirs créés, bien avant les fontaines à boire, étaient prévus pour les chevaux. S’il y a de moins en moins de chevaux en ville (bien que certaines villes tentent plutôt un retour), il y a de nombreux chiens. Ainsi, en parallèle du développement des parcs à chiens, on a vu apparaître des fontaines qui servent autant l’animal que son maître. Utile!

Abreuvoir pour chiens à Saint-Laurent Montréal

Une touche de beauté en ville

Dès l’apparition des fontaines à boire, la question esthétique a été soulevée. On la voulait à la fois pratique, peu dispendieuse à produire, mais surtout belle. La première fontaine Wallace apparaît à Paris en 1872, sur le boulevard de la Villette. C’est un vif succès et tout le quartier se serait rué sur la « Brasserie des quatre femmes ». C’est aujourd’hui difficile à croire, mais un des défis de l’époque était de faire compétition aux producteurs de vins et de bières, dont le liquide était moins dispendieux que l’eau, aussi distribuée par des entreprises privées, mais à fort prix! Si on a oublié cette partie de l’histoire, plusieurs grandes villes du monde peuvent toutefois s’enorgueillir de compter une fontaine Wallace dans leur collection d’art public. Celle de Montréal est sur le site de l’Expo 67. On ne sait toutefois pas si l’eau qui y coule aujourd’hui est considérée comme potable…

Fontaine Wallace à Montréal Parc Jean-Drapeau

Ce même souci de produire de la beauté a été utilisé pour le mobilier urbain du Quartier des Spectacles. Les fontaines à boire y sont du même blanc que les grands bancs publics, épurés. À la limite, elles se fondent même dans le paysage. Mais on apprécie toujours voir du beau.

fontaine à boire Montréal Quartier des spectacles

D’autres exemples dans le monde nous montrent que cette tendance n’est pas unique à Montréal, comme ici à Sydney.

fontaine à boire Sydney

Dans le quartier historique d’Alexandria, en banlieue de Washington, on a plutôt opté pour une référence rappelant cette caractéristique du quartier (et remarquez le délicat travail pour ce qui est de l’abreuvoir pour les chiens!).

fontaine à boire Alexandria

L’ornementation est parfois encore à l’honneur, comme en témoigne cet autre exemple qui vient de Toulouse, en France…

fontaine à boire Toulouse

… Malheureusement, ces efforts de beauté sont aujourd’hui trop souvent l’apanage des seuls quartiers centraux, laissant des fontaines à boire utiles, mais banales, pour les autres quartiers…

Se démarquer

L’Arrondissement du Plateau Mont-Royal avait lancé en grande pompe, en 2014, le premier Bornéo. Développé par l’Association des designers industriels du Québec, il permet de transformer les bornes fontaines de la ville en fontaines publiques, et même en brumisateur! L’idée était de multiplier, à moindre coût, les fontaines à boire sur le territoire.

Bornéo fontaine à boire Montréal (1)

Les passants ont pu activer les Bornéos du Plateau en 2014 et en 2015… Mais depuis, plus de nouvelles… Jusqu’à ce qu’ils refassent surface à Sainte-Thérèse et Salaberry-de-Valleyfield, en 2018, puis à Rivière-du-Loup, en 2019! Qui sait, peut-être reviendront-ils sur l’île dans l’avenir?

Bornéo fontaine à boire Montréal (2)

Dans les villes qui se démarquent le plus pour ce qui est des fontaines à boire, Paris fait figure d’exemple. Après avoir réinventé la fontaine Wallace au tournant de l’an 2000, la Ville Lumière a inventé la fontaine « pétillante » en 2010! Il s’agit d’une fontaine d’eau à laquelle on ajoute du CO2! Elles sont aujourd’hui une dizaine sur le territoire de Paris et elles ravissent les passants.

Paris a aussi décidé de s’attaquer aux préjugés concernant l’eau municipale. Malheureusement, la qualité de l’eau publique est encore aujourd’hui source d’inquiétude, alors que c’est l’eau embouteillée qui devrait susciter la méfiance… Ainsi, graduellement, Paris ajoute de l’information aux fontaines à boire, dont la provenance et la composition moyenne de l’eau délivrée.

La géolocalisation et la signalisation

Les nouvelles technologies peuvent aussi être mises à contribution pour améliorer l’accessibilité des fontaines à boire. Peu connu, le site web Fontaine à boire géolocalise celles de Montréal en se basant sur les données ouvertes de la Ville et sur la contribution des internautes. Une application intéressante pour étancher notre soif lors des activités extérieures de l’été.

D’autres nouveautés émergent, entre autre du côté des festivals, mis sous pression parce qu’ils génèrent de très grandes quantité de déchets plastiques… Ainsi, Osheaga a mis en place en 2019 un service de remplissage de bouteille d’eau à l’intention de ses festivaliers. Prometteur.

Longueuil avait déjà pavé la voie, en 2011, avec sa « fontaine mobile » qui sillonnait le territoire en suivant les fêtes de quartiers et autres festivals…

Ailleurs sur la planète, on opte aussi pour une meilleure signalétique permettant de voir de loin les fontaines à boire. Celles de Sydney illustrent bien le concept, en y ajoutant toutefois de l’information contre la production de déchets plastiques et en misant sur de l’eau filtrée.

fontaine à boire Sydney (2)

Celles de Philadelphie utilisent la même technique, en y ajoutant le slogan « greener, cheaper, safer », n’hésitant pas à proclamer leur eau mieux testée que les eaux commerciales en bouteille. Les robinets pour remplir les bouteilles y sont aussi plus visibles.

fontaine à boire Philadelphie

Combattre l’eau embouteillée

Les changements climatiques rendent l’eau de plus en plus indispensable lors des activités estivales. La transition écologique nécessaire pour combattre ces changements pointe du doigt le plastique à usage unique, gaspillage de ressource incroyable. Ainsi, les fontaines à boire se retrouvent de plus en plus à la croisée de ces deux enjeux. Il n’y a qu’un pas à faire pour penser à une ville sans eau embouteillée et c’est probablement une réflexion qui s’imposera bientôt!

Une grande institution montréalaise l’a fait, l’Université de Montréal. Son exemple montre la voie, indique les étapes à franchir pour faire de ce projet un succès, et rappelle l’importance des fontaines à boire pour réussir cette transition.

Depuis quelques années, des municipalités vont en ce sens et deviennent des Communautés bleues… Si ce mouvement ne compte que 4 villes au Québec, il a quand même été rejoint par de grandes capitales comme Paris et Berlin. Ces villes ont ainsi reconnu le droit humain à l’eau, font la promotion de l’eau comme service public et interdisent la vente d’eau embouteillée dans les édifices publics et lors des événements sur le domaine public.

La fontaine à boire, innovation du 19e siècle, n’a donc pas fini d’évoluer et d’être un moyen de combattre la distribution commerciale de l’eau! Entre service d’utilité publique, mobilier urbain adapté à son territoire, innovation technologique et vecteur de changements sociaux et écologiques, c’est un outil qui est promis à de nouveaux développements! Pour peu que nos créateurs s’y intéressent et proposent, à leur tour, les innovations qui permettront à ces fontaines à boire de rester une solution résolument moderne et, pourquoi pas, toujours un peu en avance sur son temps.

Le saviez-vous? C’est toi ma Ville s’est associé au blogue Mes Quartiers pour créer une page Facebook dédiée aux amoureux de Montréal. Expositions, lieux éphémères, visites de quartiers, c’est un tout autre Montréal qui vous y attends! Cliquez « j’aime » sur cette page et découvrez les textes proposés par nos deux blogues, en + d’un contenu hebdomadaire  original et exclusif!

Mes Quartiers et C'est toi ma Ville