Une ville verte est toujours plus agréable qu’une ville minéralisée. Montréal l’a vraiment compris! Nous en avions la confirmation récemment avec ce classement des villes les plus arborées de la planète, mais ce n’est pas une raison pour s’arrêter en si bon chemin. Dans ce texte, je vous propose de réfléchir à la place qu’on réserve à nos arbres de rue et à la réinventer.

Tout le monde a déjà remarqué des carrés d’arbre vides dans son voisinage. Il y a là un bon point de départ… Ce sont des centaines d’arbres manquants, dans des espaces pourtant prévus pour les accueillir, que nous pourrions voir apparaître en remplissant tous ces carrés vides. Un premier pas. Pour une ville plus conviviale, mais aussi pour une ville qui peut mieux réagir aux changements climatiques.

En effet, on sait que les arbres peuvent remplacer les climatiseurs en ville! Ce sont en effet des sources de fraîcheur bienvenues, surtout dans les quartiers centraux et mal desservis en parcs. Cet effet peut être multiplié puisque des chercheurs pensent que la solution aux changements climatiques passe aussi par la plantation massive d’arbres.

Sortir du carré d’arbre

La réfection des rues de Montréal va bon train depuis quelques années, mais on a parfois tendance à refaire à l’identique ou à ne penser qu’aux autres usagers de la route, soit les piétons et les cyclistes… C’est triste parce que ça coupe des occasions de faire évoluer la ville, particulièrement quand on parle de la place des arbres. On pourrait en effet aller beaucoup plus loin dans nos remises en question de la façon d’aménager nos rues…

On sait que la longévité des arbres de rue est très limitée, en moyenne de 7 à 20 ans selon les études. Sel de déglaçage, camions de toutes sortes, espace réduit et stress nuisent à leur survie. Certaines recherches récentes nous montrent qu’on a sous-estimé le rôle de l’écosystème dans la vie des arbres. On sait aujourd’hui que certains arbres s’entraident par les racines, qu’ils partagent les ressources et « communiquent » entre eux…

Nos carrés d’arbre agissent comme des cages, isolant les arbres les uns des autres. Pourrait-on penser qu’en leur permettant de se mettre en réseau, ils vivraient plus longtemps en ville? Un postulat intéressant à creuser… Une longue fosse permettant d’y mettre trois ou quatre arbres aurait-elle un effet suffisant pour les aider?

La ville de Montréal étudie actuellement les interactions avec la verdure pour aider ses arbres, il y a peut-être un nouveau champ d’étude à ouvrir pour savoir si les arbres vivent mieux en ville quand on les plante ensemble?

Les mettre à la rue

Il faudrait aussi penser à leur faire une place dans la rue, parfois, plutôt que sur les trottoirs. Plusieurs villes du monde ont opté pour cette solution, permettant de ne pas encombrer les trottoirs, souvent déjà trop étroits pour les piétons. Pour les endroits où des fosses d’arbres collectives ne sont pas possibles, ce serait une autre innovation intéressante.

L’exemple de Porto est joli et bien intégré. Toutefois, à Montréal, les sels de déglaçage pourraient affecter négativement les arbres… Il faudrait peut-être surélever la grille de l’arbre au niveau du trottoir.

Porto arbre sur rue

Sydney a choisi une approche plus rustique qui, repensée pour notre climat, pourrait fonctionner.

Sydney arbre sur rue

Séville a aussi sa solution. Le carré d’arbre est minuscule, on pourrait le bonifier, mais quand même.

Séville arbre sur rue

Enfin, Bamberg, en Allemagne, crée carrément des extensions du trottoir sur les places de stationnement pour arriver à ajouter des arbres sur rue sans nuire aux piétons. Une solution intéressante pour Montréal, puisqu’elle évite à la fois de faire face aux sels de déglaçage des rues et aux camions de déneigement, qui pourraient suivre la courbe.

Bamberg arbre sur rue

Il y a toutefois un petit tronçon de rue, à Montréal, qui fait encore mieux! La rue de la Concorde, en plein centre-ville, vient d’être réaménagée pour laisser les trottoirs aux piétons. Le résultat est très joli. Espérons qu’il se généralisera à l’avenir!

Montréal arbres sur rue (2)

Doubler l’effet

Une autre façon de repenser nos carrés d’arbre serait de les mettre à contribution dans la gestion des eaux de pluie, comme on le fait de plus en plus à Montréal. En effet, la pression sur le réseau d’égouts augmente lors des fortes pluies occasionnées par les changements climatiques. Alors, c’est une bonne idée de s’y préparer… On l’a fait sur un petit bout de la rue Basile-Routhier, dans Ahuntsic.

Montréal gestion eau de pluie Ahuntsic

Mais on y est allé en grand lors de la réfection récente de la rue Papineau, le long du magnifique parc Frédéric-Back! C’est à la fois beau et utile… Lorsque les arbres seront arrivés à maturité, ça promet d’être une très belle promenade.

Montréal gestion eau de pluie rue Papineau

La ville de Washington a aussi opté pour cette solution dans certains de ses nouveaux développements, créant de très agréables parcours pour les piétons.

Washington arbre rétention eau de pluie

Autre idée montréalaise très intéressante, développée sous forme de projet-pilote dans l’arrondissement du Sud-Ouest, consiste à créer des saillies de trottoir drainantes aux intersections. Une fois installées, celles-ci permettront à l’eau de se déverser dans la végétation de la saillie plutôt que directement dans l’égout… On pourrait facilement penser y intégrer des arbres, pour ajouter à l’aménagement!

Les bacs à arbres

Montréal compte de nombreux bacs à fleurs géants, mais on pourrait faire plus et mieux! C’est du moins ce que me laisse penser l’exemple des bacs à arbres colorés de Lisbonne. Ils sont à la fois bac et banc public, créant des aménagements à la fois mobiles, ludiques et très agréables. Un exemple que Montréal pourrait suivre pour ajouter du mobilier urbain l’été, qui incorpore un aspect de verdissement…

Bacs à arbres Lisbonne (2)

Pourrait-on aussi penser à des bacs à arbres faisant office de pépinières? L’été dehors, l’hiver en entreposage, pour faire croître en ville les arbres à y planter ultérieurement? C’est en tout cas l’idée que m’ont donné les bacs à arbres de Toulouse!

Toulouse Bacs a arbres

Ne pas oublier les grimpantes

Certains endroits ne permettent pas la plantation d’arbres. Ce qui n’empêche pas plusieurs villes d’avoir trouvé une solution pour pallier ce problème!

Copiant le concept de carré d’arbre, la ville de Mulhouse, en France, a développé ces carrés de plantes grimpantes, le long des murs!

Mulhouse carré de plante grimpante

Positano, en Italie, voulait quelque chose de plus marquant. Elle a donc inventé ces supports à plantes grimpantes à fleurs. Magnifiques!

Support a plante grimpantes Positano

Un autre exemple, à Miami celui-là, permet de voir qu’on peut créer une forêt de plantes grimpantes si on le veut!

Support a plante grimpantes Miami

Ce n’est donc pas les exemples qui manquent, même avec les plantes grimpantes, pour verdir nos rues! J’en avais d’ailleurs déjà parlé dans ce texte sur le Verdissement vertical, appuyé de nombreux exemples montréalais…

Verdissement Montréal-Nord

Nous figurons en bonne place dans les palmarès internationaux de villes vertes, mais nous pouvons faire encore mieux! Et nous le devons, pour nous préparer aux changements climatiques à venir et aux canicules qu’ils appellent… La réfection de nos rues est une des solutions pour y arriver, si nous y mettons l’inventivité nécessaire. Entre autres pour y faire une vraie place aux arbres, des compagnons essentiels pour améliorer notre vie en ville.

Vous avez aimé ce texte? Vous aimerez aussi:

Le saviez-vous? C’est toi ma Ville s’est associé au blogue Mes Quartiers pour créer une page Facebook dédiée aux amoureux de Montréal. Expositions, lieux éphémères, visites de quartiers, c’est un tout autre Montréal qui vous y attend! Cliquez « j’aime » sur cette page et découvrez les textes proposés par nos deux blogues, en + d’un contenu hebdomadaire  original et exclusif!

Mes Quartiers et C'est toi ma Ville