Nos villes sont trop éclairées et c’est tellement vrai qu’on ne voit presque plus les étoiles… Je ne sais pas pour vous, mais à mon avis, c’est un problème!

J’ai la chance d’avoir une terrasse sur le toit de l’immeuble de 4 étages où j’habite et j’y ai découvert que le simple fait d’y être plus haut que les lampadaires de la rue me permet de mieux voir les étoiles! Le phénomène qui masque la vue des étoiles aux urbains, c’est la pollution lumineuse. Nos nombreuses lumières, souvent trop fortes d’ailleurs, se reflètent dans l’atmosphère et diminuent le contraste entre les étoiles et le ciel, ce qui nous empêche de les admirer. Plus cette pollution est grande, moins on voit d’étoiles, et c’est triste…

Le problème de la pollution lumineuse est réel à Montréal. L’Agence Science Presse nous rappelait, déjà en 2013, que le « dôme lumineux » créé par Montréal influençait la qualité du ciel étoilé dans un rayon de 150 kilomètres, diminuant notre capacité à voir les étoiles dans toute la région! Notre ville aurait un impact similaire, en terme de pollution lumineuses, à Paris et New York, alors que notre population est nettement moindre.

Ce constat en préoccupe plus d’un, puisqu’il y a des conséquences négatives à la pollution lumineuse sur notre santé (dont celle de nos yeux), sur la nature (entre autres pour les oiseaux), sur la pollution (pour produire l’énergie nécessaire à cette surenchère) et même sur notre sécurité. Dans un récent article (février 2018), Québec science abordait ce dernier point en mentionnant que scientifiquement, il n’y a aucun lien entre l’augmentation de la lumière et la diminution de la criminalité. Dans certains cas, ce serait même le contraire. En effet, dans une rue trop éclairée notre œil ne perçoit pas les mouvements dans le noir, alors que nous pourrions les remarquer sous une lumière tamisée…

Préserver l’obscurité

Heureusement, plusieurs pas ont été franchis à Montréal, dont un premier, avec la décision de remplacer les lumières de nos lampadaires par des DEL de 3 000 K plutôt que les 4 000 initialement envisagés. Ainsi, ce changement technologique n’augmentera pas notre pollution lumineuse. Le Devoir traite des autres actions menées par la Ville de Montréal, dans ce texte très intéressant sur le sujet. Et certaines villes du Québec vont encore plus loin, en utilisant des DEL ambrés à 1 800 K. Même si elles sont plus chères, elles sont aussi plus respectueuses de notre capacité de profiter d’un ciel étoilé.

Ces premiers pas sont importants puisque la lumière émise par Montréal peut nuire jusqu’à l’Observatoire du Mont-Mégantic, pourtant désigné « Réserve internationale de Ciel étoilé ».

Réserve de quoi? Oui, oui, de « ciel étoilé »! Soit :

Un espace public ou privé de grande étendue jouissant d’un ciel étoilé d’une qualité exceptionnelle et qui fait l’objet d’une protection à des fins scientifiques, éducatives, culturelles ou dans un but de préservation de la nature. La réserve doit comprendre une zone centrale où la noirceur naturelle est préservée au maximum et une région périphérique où les administrateurs publics, les individus et les entreprises reconnaissent l’importance du ciel étoilé et s’engagent à le protéger à long terme.

En 2007, la région du Mont-Mégantic a été la première au monde à recevoir ce titre de Réserve internationale de Ciel étoilé, couronnant des efforts soutenus de tous les intervenants de la région (villes, citoyens, commerces, etc.). Ensemble, ils ont réussi à diminuer de façon notable la pollution lumineuse autour de l’Observatoire et ainsi, à assurer son avenir. Leur projet, mobilisateur, va même jusqu’à considérer le ciel étoilé comme un « patrimoine culturel », comme ils le décrivent sur leur site web :

Expérience universelle aussi saisissante qu’inspirante, la contemplation des étoiles interroge la conscience et fait ressentir ce lien mystérieux qui nous relie à l’Univers.  Sensation d’infini et d’éternité, le spectacle du ciel nocturne nous relie à nos ancêtres les plus lointains.  Pourtant d’apparence immuable, ce patrimoine culturel inestimable est aujourd’hui menacé de disparition et grand nombre de personnes vivent au coeur des villes sans jamais avoir vu la beauté de la Voie lactée ou le scintillement de milliers d’étoiles d’une nuit sans Lune.

Effectivement, on ne voit pas la Voie lactée à Montréal. On dit même que notre ciel ne laisse plus voir qu’une centaine d’étoiles aujourd’hui, alors que dans la région du Mont-Mégantic, il est possible d’en contempler plus de 3 000 à l’œil nu.

Rien pour aider les astronomes amateurs réunis parfois par le Planétarium ou les clubs de loisirs scientifiques de l’île… Pourtant, réduire le contraste entre le ciel et les étoiles, en diminuant la pollution lumineuse, pourrait protéger ces activités en ville… Et même certaines œuvres d’art, comme le projet Mundus, qui permet de découvrir les étoiles en utilisant les bâtiments comme point de repère…

Projet Mundus Trottoir.jpg

Dans les villes les plus actives pour lutter contre la pollution lumineuse et ses effets néfastes, on s’est doté d’un Comité, puis d’un Plan d’action pour mener la bataille. La question réglementaire, pour inciter les grands édifices, centres commerciaux et autres stations-service à s’adapter, semble aussi un incontournable pour préserver le ciel étoilé. Et ceux d’entre nous qui sont propriétaires peuvent aussi jouer un rôle en minimisant leurs éclairages extérieurs et en s’assurant qu’ils soient dirigés seulement vers le sol. Il y a donc bien des façons de lutter contre cette forme de pollution.

Vue de l'Observatoire Place Ville-Marie.jpg

Pour rappeler l’objectif noble de préserver le ciel étoilé, même en milieu urbain, l’International Dark Sky Association célèbre chaque année la semaine internationale du ciel nocturne, au début du mois d’avril. C’est encore trop peu connu au Québec, mais qui sait, peut-être qu’un jour, cette semaine-là, l’hôtel de ville ne sera pas éclairé pour souligner la semaine?

Toutefois, j’écris quand même des textes comme Ville lumière ou Montréal : si belle de soir, alors je reste convaincu qu’il faut trouver un juste milieu entre la lutte à la pollution lumineuse et les avantages de l’éclairage urbain… On peut sûrement tirer le meilleur parti de ces deux aspects, et trouver un équilibre! Montréal sait déjà bien jouer avec la lumière, il ne lui manque peut-être qu’à apprendre aussi à jouer avec l’obscurité.

Visitez ma page d’accueil pour voir mes + récents textes. Vous y découvrirez des articles sur ce qui pourrait propulser Montréal, mais aussi sur ses forces, ses faiblesses et sur une foule d’autres sujets passionnants, passant de l’art public à l’environnement, et de l’architecture à la vie nocturne. Parce que Montréal est vraiment une ville fascinante!

C’est toi ma Ville s’est associé au blogue Mes Quartiers pour créer une page Facebook dédiée aux amoureux de Montréal. Cliquez « j’aime » sur cette page et découvrez les textes proposés par nos deux blogues, en + d’un contenu original et exclusif!

Mes Quartiers et C'est toi ma Ville

Publicités