Se promener à Montréal après le coucher du soleil offre un spectacle très différent de ce que l’on peut voir de jour. Lorsqu’on sait où aller, c’est même de véritables surprises qui nous attendent au coin de certaines rues. Je vous offre donc ce petit tour d’horizon des initiatives d’illumination de la nuit montréalaise qui méritent le déplacement.

Saviez-vous que notre ville compte un plan lumière pour le Vieux-Montréal, un autre pour le Quartier des Spectacles, qu’elle possède un des plus grands réseaux de projections architecturales au monde, qu’elle expose plusieurs œuvres d’art lumineuses qui ne sont visibles que le soir et compte sur un pont éclairé de façon interactive unique sur la planète, qui s’active au rythme de notre vie nocturne? Et bien oui, Montréal offre tout ça, et encore plus, lorsque la lune se lève!

C’est bienvenue, surtout pendant l’hiver, où la clarté du jour nous quitte si tôt. C’est un peu notre façon de prolonger la journée, même lorsque les jours raccourcissent…

Pour admirer les vieilles pierres

Le Plan lumière du Vieux-Montréal est en place depuis maintenant 20 ans. Bien inscrit dans nos mémoires, plus personne ne le remarque. Pourtant, l’éclairage architectural qui s’y déploie offre une ambiance merveilleuse, difficilement imaginable sans ces efforts d’illumination. Étonnamment, plusieurs ne savent pas encore que la rue Sainte-Hélène fait exception au reste de la Ville en étant éclairée au gaz naturel, clin d’œil à une époque révolue…

Plus récemment, l’ajout de Cité-Mémoire a donné au Vieux-Montréal une nouvelle profondeur historique, avec ses multiples films projetés sur les murs du secteur, pour nous faire revivre notre passé. C’est tout aussi impressionnant qu’instructif! Pour en profiter pleinement, n’hésitez pas à utiliser l’application développée par ses concepteurs pour enrichir votre visite. Faire le tour de l’ensemble des projections vous permettra de passer plusieurs soirées à redécouvrir notre quartier historique sous un nouvel éclairage.

Cité Mémoire

Pour assister à la magie des lanternes

Encore plus ancien que le Plan lumière du Vieux-Montréal, la Magie des lanternes, qui se nomme maintenant Jardins de lumières (puisqu’elle combine des aménagements dans les Jardins Chinois, Japonais et des Premières-Nations du Jardin botanique), charme aussi bien les grands que les petits, depuis plus de 25 ans! Si vous n’y êtes encore jamais allé, l’an prochain, ne ratez pas ce rendez-vous!

Après toutes ces années de succès, je suis encore étonné que le concept ne soit pas repris dans le Quartier chinois à l’année… Il me semble qu’il y aurait là une idée à développer, surtout que quelques initiatives ont fait parler d’elles ces dernières années, dont la dernière en date, dans la ruelle Saint-Pierre

Autres initiatives assez anciennes, dans le temps des fêtes, plusieurs rues commerciales s’éclairent pour l’occasion, créant de belles ambiances. Et maintenant, certaines gardent leurs guirlandes à l’année, comme la Promenade Ontario.

Plus spectaculaire, l’initiative du Village de créer à la fois une animation sur les lampadaires et une galerie de photos artistiques rétroéclairées en plein air, la Galerie Blanc, montre qu’on peut encore innover. Parce que les commerces contribuent aussi à l’illumination de nos nuits!

Pour oser fréquenter le Red light

Depuis une décennie, le Quartier des spectacles déploie lui aussi un Plan lumière. C’est à lui que l’on doit les fameux points rouges qui signalent les salles de spectacles du secteur. Il y en aurait un millier sur nos trottoirs le soir tombé! Distinctives, ces lignes de points rouges sont évidemment un clin d’œil au fameux Red Light de Montréal.

Ils jouent sur une histoire lumineuse propre au quartier, quelque chose de rare dans le monde… Trouver une signature lumineuse propre à une ville est difficile, tout comme bâtir sur l’histoire locale pour élaborer ces projets d’éclairage. Nous sommes donc choyés d’avoir eu des créateurs sensibles, qui ont su profiter de l’histoire du secteur pour nous offrir cet étonnant déploiement de lumière.

Une trentaine d’éclairages architecturaux se sont ensuite ajoutés, souvent teintés eux aussi de rouge. Que ce soit le Monument National, le 2-22 ou la Société des Arts Technologiques (SAT), tous s’inscrivent dans le même esprit, pour donner au quartier une impressionnante unité. Celle-ci révèle, du même coup, la concentration exceptionnelle de lieux de diffusion culturelle de Montréal, qui n’aurait de comparable, en Amérique du Nord, que Broadway à New-York!

2012 Le 2-22

Pour voir du cinéma en plein air

Le Quartier des spectacles nous réserve plus que des points rouges et de l’éclairage architectural, aussi ingénieux soit-il pour mettre en valeur le bâtiment qu’il illumine. C’est aussi le lieu du plus grand réseau extérieur de vidéoprojections artistiques au monde, avec ses 9 murs écrans exempts de publicité (dont le Pavillon des sciences et le Centre de design de l’UQAM, le mur aveugle voisin de la station de métro Saint-Laurent et une des façades de la Grande bibliothèque).

Centre de Desing de l'UQAM (1)

L’ensemble de ces efforts, ambitieux projets de marquage urbain, révèlent sur le trottoir et les murs toute l’effervescence culturelle de ce secteur, pour que nous puissions entrevoir tout ce qui se cache derrière les façades de nos théâtres, salles de spectacles, bars, etc. Et ce, 12 mois par année, pas seulement lors d’un festival éphémère.

Pour découvrir l’art public sous un autre jour

Comme si ce n’était pas assez, il s’ajoute, plusieurs fois par année, des œuvres d’art interactives un peu partout dans le Quartier des spectacles. Comme les balançoires musicales au printemps (qui sont aussi lumineuses le soir!) et les bascules de l’hiver, accompagnées de plusieurs autres. Présentées dans le cadre de Luminothérapie, ces œuvres voyagent maintenant partout à travers le monde. L’an dernier, elles ont été 6 à parcourir le globe, faisant rayonner la créativité de Montréal à l’international!

Si Luminothérapie existe depuis bientôt 10 ans, Illuminart est un petit nouveau dans le calendrier des événements qui jouent sur la lumière à Montréal. Je vous en parlais l’an dernier lors de sa première édition, qui profitait de l’impulsion du 375e anniversaire de Montréal pour en mettre plein la vue. Bien que plus modeste, l’édition de cette année montrait toute la pertinence d’un tel événement!

 

Certaines œuvres permanentes sont plus discrètes et contemplatives, comme la projection lumineuse au sol sur la Place d’Arme, qui permet de trouver l’étoile polaire dans le ciel! Une toute autre ambiance pour les promenades de soirée que celle, effervescente, de la Place des Festivals…

Pas très loin, sur la Place Jean-Paul-Riopelle, il y a aussi, l’été, la fameuse fontaine de l’artiste, qui propose un spectacle où se mélange l’eau et le feu une fois l’heure, en soirée. Une telle fontaine, qui exploite la relation entre ces deux éléments pourtant contraires, il n’y en a pas beaucoup sur la planète. Nous avons la chance d’en profiter ici même, dans notre ville!

Des oeuvres lumineuses comme celles-là pourraient très bien se multiplier en ville dans les prochaines années, un peu partout dans nos quartiers, comme ci-dessous dans la Petite-Patrie, sur la bibliothèque Marc-Favreau

Il y a aussi des nouveautés… Participative, l’œuvre Chorégraphies pour des humains et des étoiles, projetée sur le Planétarium, a été la première œuvre numérique de la collection de la Ville de Montréal. Il faut savoir qu’elle réagit à notre présence et nos mouvements pour pleinement en profiter et, lorsque c’est compris, le plaisir commence.

Pour voir l’effervescence de la Ville

Il n’y a pas qu’en dansant devant le Planétarium qu’on montre l’effervescence de Montréal. On peut le faire passivement, en regardant l’illumination du pont Jacques-Cartier, qui est déterminée par la saison (pour sa couleur) et par l’actualité et l’utilisation du #IlluminationMTL sur les médias sociaux (pour son spectacle à chaque heure).

Illumination pont

Il s’ajoute aux illuminations de nos gratte-ciels, comme le sommet de la Place Ville-Marie, qui est maintenant nimbé d’un halo bleu capable de changer de couleur… Les tours du Complexe Desjardins baignent de leur côté dans un vert propre à la marque, visible à des kilomètres à la ronde et qui donne une teinte étonnante au ciel lorsqu’il est nuageux. Plus réussi, le mat du Stade ou l’illumination de l’Hôtel de Ville, changent de couleur au gré des causes soutenues cette journée-là! Il faut parfois aller visiter leur compte Twitter pour comprendre le sens de la couleur choisie, mais c’est généralement d’un très bel effet.

Échine du Stade

Même la Croix du Mont-Royal peut parfois s’y mettre. Essentiellement pour souligner la mort d’un pape toutefois, en virant au pourpre, bien qu’elle ait eu plusieurs couleurs au cours de son histoire…

Ainsi, ce sont plusieurs quartiers qui offrent aux promeneurs nocturnes une ambiance nouvelle le soir venu. Plusieurs autres initiatives existent, un peu partout sur l’île. Après le Vieux-Montréal, le Quartier des Spectacles et les autres initiatives dont je viens de vous parler, quel sera le prochain quartier qui se dotera d’une signature nocturne? La rue Saint-Laurent sur le Plateau, pour éclairer ses murales? Ou le Quartier Chinois, en s’inspirant de la Magie des lanternes du Jardin botanique?

Vous avez d’autres idées? Partagez-les avec nous dans les commentaires!

Vous aimerez aussi :

C’est toi ma Ville s’est associé au blogue Mes Quartiers pour créer une page Facebook dédiée aux amoureux de Montréal. Cliquez « j’aime » sur cette page et découvrez les textes proposés par nos deux blogues, en + d’un contenu original et exclusif!

Mes Quartiers et C'est toi ma Ville

Publicités