Publié par : cbernier | 11 octobre 2013

Les énergies de la ville

Serait-t-il possible de produire, sur l’île de Montréal, suffisamment d’énergie verte pour subvenir à nos besoins? C’est la question fantaisiste qui m’est venue à l’esprit en m’informant sur la consultation de la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec, qui se termine aujourd’hui. Mais plutôt que de vous entretenir des énergies renouvelables connues, j’ai décidé de regarder ailleurs, vers l’avenir. Car de nouvelles formes d’énergies émergent en ce moment. Pas encore rentables, pas encore tout à fait au point, mais tellement propices à stimuler l’imaginaire…

Connaissez-vous la piézoélectricité?

C’est pourtant très tendance! En effet, quelques grands clubs à travers le monde se sont équipés de pistes de danses qui, par la pression des pieds des danseurs, sont capable de produire de l’électricité. Déjà en 2008, un premier bar de ce type ouvrait à Londres, puis d’autres ont suivis. Depuis, de tels planchers sont utilisés dans plusieurs événements et musées, démontrant l’intérêt de poursuivre la recherche pour en faire une source d’énergie utile. Imaginez si tous les bars du centre-ville en étaient équipés!

Mais là ne s’arrête pas le potentiel de ces planchers. Le métro de Tokyo teste depuis près de dix ans cette technologie pour produire de l’électricité dans sa station la plus achalandée.  Et un chercheur Français vient de s’expatrier aux États-Unis, où il a enfin trouvé le soutien financier nécessaire pour développer un prototype de trottoir fonctionnant sur le même principe que la piste de danse décrite plus haut. Il croit pouvoir produire suffisamment d’énergie, avec son trottoir, pour alimenter les lampadaires des villes. Rien de moins.

Depuis quelques années, des chercheurs s’activent aussi à récolter l’énergie produite par le bruit… Aussi surprenant que cela puisse paraître, il serait possible de fournir une quantité non négligeable d’énergie en convertissant les bruits ambiants du centre-ville (ou d’un aéroport) en électricité. Dans cet article, on parle d’une tour de 100m qui pourrait, à elle seule, fournir l’énergie de 10% des lampadaires d’une ville comme Los Angeles… Décidément, les chercheurs en piézoélectricité aiment beaucoup les lampadaires! Le Soundscraper est cette tour encore à l’état de projet…

Combinée à la piézoélectricité, la chaleur humaine est aussi une source potentielle d’énergie, testées pour recharger les appareils mobiles cette fois. Mais pour produire assez d’énergie, il faut revenir au thème de la danse. L’appareil producteur d’énergie dans ce cas-ci est un bermuda en jeans muni d’un tissu capable de capter l’énergie! Avec ce vêtement testé sur des festivaliers, il a été démontré qu’on pourrait produire, en une journée de marche et de danse, quatre heures de recharge. Les technologies impliquées évoluent sans cesse et améliorent le rendement, permettant de penser qu’un jour, nos vêtements s’alimenteront de la friction de nos mouvements et de la chaleur de notre corps pour produire de l’électricité gratuitement.

Connaissez-vous la pyroélectricité?

C’est la production d’énergie en mettant en contact du chaud et du froid, comme dans le vêtement dont je viens de parler. C’est fou toute l’énergie que pourrait produire un manteau d’hiver en utilisant cette technologie! Les grands froids combinés aux corps chauds des Montréalais, c’est quand même inspirant comme source d’énergie… 😉 Ce qui me rappelle un autre projet d’énergie en ville découvert cette semaine à travers le journal Imaginer Montréal de l’école d’Urbania. Ce n’est pas de la pyroélectricité, mais c’en est pas très loin…

Imaginer Montréal ce sont 102 projets, présentés par des jeunes, pour faire de Montréal une ville de rêve… Je vous invite à aller le lire et à prendre une pause au projet #52 qui m’a fait découvrir que la Ville de Bibai, au Japon, utilise la neige de ses hivers pour réfrigérer des entrepôts et climatiser des édifices l’été! Imaginez si les entrepôts de nos supermarchés s’alimentaient en neige et si on utilisait les surplus pour climatiser le centre-ville… Le déneigement, ce poste de dépense qui pèse si lourdement sur les budgets de la Ville, pourrait devenir une source de revenus? C’est fou tout le potentiel inexploité de la neige! Et si on pouvait l’utiliser pour climatiser le métro? Rêvons un peu…

Connaissez-vous la pédioélectricité?

J’invente le mot, mais ça existe! C’est la production d’énergie en utilisant les jeux des enfants et c’est le blogue Le Pamphlet qui me l’a appris avec son texte Le carrousel de l’énergie. En faisant tourner un grand carrousel, les enfants produisent de l’énergie qui est emmagasinée pour créer un jeu de lumière le soir venu! Plus ludique que pratique, mais pourquoi pas?

L’huile de bras peut faire bien plus… Comme dans cet exemple qui nous vient de l’Inde, où une grande roue est activée, sans électricité, par des employés. Moins particulier, mais tout aussi intéressant, la radio à manivelle est déjà connue de bien des campeurs, tout comme la lampe de poche à manivelle… Il y a là matière à réflexion!

Qui sait toute l’énergie que nous pourrions emmagasiner si nous récoltions, par exemple, l’énergie produite par les citadins sur les vélos stationnaires des gyms de la ville? D’ailleurs, un vélo pour recharger les téléphones est actuellement en développement à New York

Les autres énergies renouvelables

Tant qu’à y être, revenons sur Rêver Montréal, le collectif sous la direction de François Cardinal dont je vous parlais il n’y a pas si longtemps. Alexandre Taillefer (#14) y proposait une rue Sainte-Catherine chauffée, où les trottoirs ne connaîtraient jamais l’hiver. Il avait peut-être la piézoélectricité en tête lorsqu’il a écrit ça… Avouons que ça fait rêver!

Beaucoup plus terre à terre, le potentiel en milieu urbain de l’utilisation de technologies propres pour produire notre énergie n’est pas seulement un projet fou qui ne se réalisera que dans des décennies. L’annonce, en février dernier, de l’implantation d’une technologie innovante de réfrigération, de congélation, de climatisation, de chauffage et de cuisson des aliments jumelant la géothermie, l’aérothermie et la thermoélectricité dans la boulangerie Première Moisson du Plateau-Mont-Royal offre une preuve concrète de ce potentiel. Avec une prévision d’économies d’énergie de l’ordre de 70 % annuellement, ce projet pave la voie d’une véritable révolution énergétique en ville.

Tout comme les tests, effectués présentement dans le fleuve, avec des hydroliennes, des turbines qui fonctionnent avec l’énergie du courant. Une technologie qui se combine très bien à l’expertise hydroélectrique du Québec et qui était, elle aussi, mentionnée dans le journal Imaginer Montréal de l’école d’Urbania (#34).

Tous ces exemples et tout le potentiel des autres formes d’énergies renouvelables comme le solaire, la géothermie, l’efficacité énergétiques, etc., montrent que la ville est une immense centrale électrique inutilisée. Si on se donnait la peine de réaliser tout son potentiel, petit et grand, je suis convaincu qu’il serait possible de contribuer à l’autonomie énergétique de nos villes, simplement en canalisant l’énergie inutilisée qu’elle génère déjà…

Ajout de janvier 2015: Le Journal Métro en parle aussi: Pédaler, pas juste pour la forme

Aussi, sur le thème des énergies renouvelables non conventionnelles :

Vous avez apprécié cette lecture? Partagez-là! 😉

Publicités

Responses

  1. […] par les pas des passants pour fournir la ville en énergie. Je vous en parlais dans ce texte sur Les énergies et la ville. Mentionnons aussi les tests pour construire des routes en panneaux solaires, qui trouveront […]

    J'aime


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :