Publié par : cbernier | 25 février 2013

Nuit blanche et Art souterrain

Le samedi 2 mars 2013, ce sera la 10e Nuit blanche de Montréal. Après avoir été créé à Paris, ce sont aujourd’hui plus de vingt villes qui ont adopté le concept de la Nuit blanche. Grande fête de l’art et de la culture, qu’on laisse prendre le contrôle de la ville pour une nuit, cet événement est pour moi, depuis des années déjà, LE rendez-vous de l’année, l’événement à ne pas rater. Tellement important que la Nuit blanche a été le sujet d’ouverture de ce blogue, en 2010.

3 ans plus tard, je suis toujours en amour avec cet événement, qui se déroule dans le cadre du Festival Montréal en lumières. Pour la seule nuit du 2 mars, ce sont plus de 185 activités qui seront offertes, nous permettant de découvrir l’art, d’explorer la ville, de s’émouvoir et de se laisser étonner. La nuit débute pour certaines activités à 17h, pour se poursuivre jusqu’aux petites heures du matin, le dimanche 3 mars. Il y en a pour tous les goûts… De plus, trois services de navettes gratuites de la STM desserviront les différents quartiers touchés. Enfin, le métro sera exceptionnellement ouvert toute la nuit (tarif habituel) pour compléter l’offre déjà existante avec les autobus de nuit.

Mes suggestions pour le 2 mars :

Cette année, deux zones ont attirées mon attention, soit celle du Parc Olympique et celle du Centre-Ville. J’entends bien débuter ma soirée aux « 1ers samedis », qui se déroulent depuis plusieurs mois au Parc Olympique, de 17 h 30 à 2 h, pour faire découvrir aux montréalais les restaurateurs de rue. Plats chauds et boissons chaudes seront en vente sur place. Je vais y souper, c’est sûr. Ensuite, découverte des oiseaux de proie et visite des manchots du Biodôme, qui sortiront à l’extérieur pour une 2e année consécutive! Enfin, je jetterai un coup d’œil à l’architecture audacieuse du nouveau Planétarium, qui se marie à merveille avec le Stade.

Puis je me dirigerai vers le Centre-Ville… En général, c’est lors d’un tel déplacement qu’on perd le contrôle sur l’horaire qu’on s’était fixé pour la Nuit. Trop de tentations s’offrent à nous… Mais dans ce que j’aimerais découvrir, il y a deux lieux culturels : le Goethe-Institut (récemment déménagé sur St-Laurent) et la Galerie 1507 (située dans un monument historique classé, la Maison Joseph-Aldéric-Raymond). Je suis aussi intrigué par la Grande bibliothèque, pour voir les projections (inspirées de citations de grands philosophes!) préparées par les étudiants en médias interactifs de l’UQAM. Ces projections seront offertes en alternance avec Le jour des 8 soleils. J’aimerais bien visiter l’exposition RVTR : Infra- Éco- Logi- Urbanisme, accompagnée dit-on d’une dégustation de vins provenant de la région des Grands-Lacs et de rythmes fournis par un DJ… Ce n’est qu’une des activités qui se déroule à l’intérieur de l’UQAM, qui en offre plusieurs autres. L’Université foisonne toujours lors de la Nuit blanche, c’est donc un bon lieu pour passer une partie de la Nuit. Ce ne sera pas mon cas cette année, mais j’aimerais aussi voir la projection sur le clocher de l’UQAM si je passe par là… Enfin, les activités de la Maison du développement durable piquent ma curiosité. Mais le clou de ma soirée, comme chaque année, sera ailleurs.

L’incontournable circuit Art Souterrain

Art Souterrain, qui est à sa 5e édition, est mon événement coup de cœur au sein de la Nuit blanche. Pour moi, c’est un must de la vie montréalaise. Ce parcours d’art contemporain de 7 km à travers les sous-sols de la ville, ses bureaux et ses centres d’achats, me fascine chaque année. Il nous permet de découvrir un Montréal souterrain plein de couleurs, insoupçonné, déconcertant. Et avec le temps, Art Souterrain a pris de l’ampleur, offrant cette année des activités jusqu’au 17 mars!

Depuis maintenant 5 ans j’y retourne lors de la Nuit blanche, qui inaugure les activités de ce festival, qui prend la relève de Montréal en lumière.  Les œuvres d’art, inhabituelles dans nos souterrains, sont alors accompagnées de « médiateurs culturels »: des bénévoles (ou l’artiste lui-même), disponibles sur place pour nous parler des œuvres, de leurs sens. Une forme de traduction du langage artistique qui change notre regard sur ce qui est présenté et nous permet de profiter pleinement de l’expérience. Cette année, une application pour iPhone permettra aussi d’avoir plus d’informations…

Pour moi, Art Souterrain, c’est une véritable chasse aux trésors! Ce sera donc le coeur de ma Nuit blanche.

Un autre monde

Enfin, la découverte de la Nuit blanche et de ses événements associés ne saurait être complète sans un passage au Gesù. Chaque année, j’y vis une expérience presque mystique. Toujours sous un éclairage dramatique, le lieu regorge de prestations surprenantes, très particulières. La programmation débute cette année à 22h et comprendra sûrement encore la cérémonie où on brule votre nom:

Gésù

Et puis, avez-vous réservé votre nuit du samedi 2 mars?

Vous n’aurez pas assez d’heures devant vous pour profiter de toutes les découvertes offertes, mais vous pourrez dire « j’y étais! ».

Initiative intéressante qui mérite d’être soulignée, les restaurateurs d’Hochelaga se sont regroupés pour produire un « Off festival » culinaire nommé Hochelaga en lumière, rappelant qu’il y a de nombreuses excellentes tables dans l’Est 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :