On parle souvent ces temps-ci de la crise des médias, mais rarement s’intéresse-t-on aux journaux plus marginaux, qui pourtant vivent eux aussi l’impact des déplacements publicitaires vers les plateformes numériques des géants américains du web… Nos journaux de quartier et spécialisés ont pratiquement tous dû fermer, ceux qui restent ont donc d’autant plus besoin de notre solidarité! Parmi ceux-là, il y a l’incroyable journal L’Itinéraire.

des efforts d’un stagiaire en travail social, François Thivierge, qui a rassemblé un petit groupe d’itinérants, c’est aujourd’hui une entreprise d’économie sociale innovante qui persiste à publier, deux fois par mois, un journal créé (en grande partie) et vendu dans la rue par des personnes marginalisées et exclues du marché du travail!

Si au début on voulait surtout leur donner une voix et leur permettre de vendre un journal plutôt que de quêter, on travaille aujourd’hui sur un processus complet de réintégration sociale : pour redonner leur dignité aux camelots, briser leur isolement et leurs donner des outils pour renforcer leur autonomie. En effet, les 200 camelots de L’Itinéraire sont des personnes ayant connu l’itinérance, des dépendances, de graves crises personnelles ou qui souffrent de problèmes de santé mentale. Des gens à qui on fait confiance et qui nous livrent, depuis 25 ans, un journal d’exception!

Mon histoire avec ce journal

Dans leur numéro anniversaire du 1er septembre dernier, il y a plusieurs camelots qui répondaient à la question « Où étais-tu il y a 25 ans? ». Débutons donc pas là…

En 1994, je débutais mon certificat en communication à l’UQÀM. C’est là que j’ai acheté le premier numéro de tous (et plusieurs autres ensuite), enthousiasmé par ce journal hors norme.

L'Itinéraire en 1994

J’étais loin de me douter que 5 ans plus tard, alors devenu journaliste pigiste, L’Itinéraire me commanderait un texte! Si ce fut le seul écrit dans ses pages, ce que j’y lisais m’a inspiré plusieurs autres textes publiés dans d’autres médias, sur l’itinérance, la prostitution, les marginaux et même sur les Parcodons, de vieux parcomètres mécaniques transformés en boites de dons…

L’Itinéraire, bien qu’il commande toujours des textes à des journalistes professionnels, confie aujourd’hui à ses camelots plus de la moitié des textes publiés. L’objectif du journal étant de donner une voie aux sans voix, ceux-ci sont accompagnés et reçoivent une formation journalistique… Et ils sont rémunérés! Ainsi, on leur donne des outils pour mieux décortiquer le monde dans lequel nous vivons, tout en leur reconnaissant leur dignité en les payant pour leur travail. Un partenariat permet même à plusieurs d’entre eux de faire un stage d’une semaine en rédaction journalistique à La Presse! L’Itinéraire, c’est vraiment un journal-école de la vie!

Pour se rendre au 50e

Mais en 2019, alors que tous les médias vivent une période trouble, L’Itinéraire fait face à des enjeux encore plus importants. Soutenir ses camelots, les éduquer et les accompagner dans la rédaction, tout en voyant fondre les revenus publicitaires, ne sont pas les seuls défis du journal. Il doit aussi composer avec des clients qui n’ont plus dans leurs poches les 3$ que coûte L’Itinéraire. On réfléchit donc à trouver des solutions pour permettre l’achat avec une carte de crédit. Je l’ai écrit plus tôt, c’est une entreprise d’économie sociale innovante!

Les camelots y contribuent, eux qui participent à la gestion du journal et sont sur le conseil d’administration du Groupe communautaire L’Itinéraire. Parce que L’Itinéraire, ce n’est pas qu’un journal. C’est aussi un groupe qui offre des services d‘assistance au logement et de soutien alimentaire, tout en menant des projets comme le Café de la Maison ronde, qui permet à des Autochtones en situation de précarité de s’intégrer progressivement au marché du travail.

square-cabot
Au centre du Square Cabot, l’été, on peut profiter du Café de la Maison ronde

Ces nombreux projets et programmes permettent de favoriser le développement social et l’autonomie des participants, une mission des plus nobles!

Il y a des organismes comme ça qu’on veut aider! Par des dons mensuels, annuels, ou, et c’est le principal outil pour celui-ci, en achetant le journal! Parce qu’aujourd’hui plus que jamais, ses 200 camelots continuent de rêver à leur avenir et à faire vivre la devise du journal : Rien dans les mains, rien dans les poches, mais un journal dans la tête.

Vous voulez approfondir votre réflexion sur l’itinérance? Découvrez ce texte que je rééditais pour le 20e anniversaire de L’Itinéraire, en 2014.

Ou celui-ci, sur les dons, qui parlait aussi d’une initiative de L’Itinéraire du début des années 2000…

Le saviez-vous?

C’est toi ma Ville s’est associé au blogue Mes Quartiers pour créer une page Facebook dédiée aux amoureux de Montréal. Expositions, lieux éphémères, visites de quartiers, c’est un tout autre Montréal qui vous y attend! Cliquez « j’aime » sur cette page et découvrez les textes proposés par nos deux blogues, en + d’un contenu hebdomadaire original et exclusif!

Mes Quartiers et C'est toi ma Ville