Le début du mois de février est synonyme, depuis maintenant plusieurs années, de la Poutine Week, célébrée à travers le Canada. Tellement célébrée que ce plat, pourtant inventé au Québec, est maintenant présenté par certains comme un mets canadien! Une nouvelle pomme de discorde entre Québec et Ottawa? Peut-être, mais pendant ce temps, la poutine poursuit son expansion à travers le monde, ralliant de plus en plus d’adeptes sur tous les continents.

livre maudite poutine

Apparue dans le Centre-du-Québec à la fin des années 50, comme le raconte le livre Maudite poutine! L’histoire approximative d’un plat populaire, la poutine s’est rapidement fait une place de choix sur les menus des restaurants de Montréal. La Banquise célébrait d’ailleurs ses 50 ans en 2018… Depuis ses débuts, la poutine accumule les amateurs et elle pourrait même bientôt devenir une nouvelle tendance planétaire! C’est du moins ce que croit le directeur général de la Fromagerie Boivin, en se basant sur l’apparition de technologies qui permettent de surgeler efficacement le fromage en grains et sur l’appétit des gastronomes du monde entier pour les nouveautés culinaires…

Depuis 10 ans, c’est quelque chose que je constate moi-même lors de mes voyages. En effet, pour différentes raisons, la poutine apparait sur des menus d’un peu partout… Voici 6 exemples, qui illustrent le phénomène.

Par rapprochement culturel

À Nice, en France, le restaurant Le Québec est peut-être source de nombreux clichés, mais sa proposition part d’une bonne intention : faire connaître ce Québec que les Français aiment tant. La poutine y est peut-être servie avec du fromage râpé, mais l’important, c’est de se souvenir de ces « chers cousins » d’Amérique… Que ce soit là ou à La Maison de la Poutine (de Paris), on sert de la poutine comme on offre une expérience culturelle.

nice le québec poutine

Par des Montréalais entrepreneurs

Aux États-Unis, ce sont souvent des Montréalais qui ont la bosse des affaires qui se lancent avec la poutine comme étendard. Aujourd’hui, il existe même un Top 10 des poutines de la Grosse Pomme! C’est justement à New York que je suis allé manger une poutine l’an passé, au Mile End Deli, fondé par un anglophone de Dollard-des-Ormeaux, ayant étudié à McGill. Il ne manquait que le français pour nous faire croire qu’on était sur le Plateau!

new york mile end delicatessen poutine (2)

Pour le business

Il n’y a pas que les Montréalais qui flairent la bonne affaire avec la poutine et je l’ai appris à Philadelphie. J’y ai croisé un Smoke’s Poutinerie, qui se vante d’obstruer les artères de ses clients depuis 2009 (« Clogging arteries since 2009 » est inscrit en façade du resto!). L’étonnante chaîne de fast food canadienne, qui dit utiliser du fromage en grains québécois, compte aujourd’hui plus de 80 succursales au Canada et aux États-Unis. Elle est aussi en forte expansion, faisant écho à la prédiction du directeur général de la Fromagerie Boivin…

philadelphie poutinerie

Le Canada, les États-Unis et la France ont été les premiers marchés sur lesquels les ventes de poutines ont permis à notre plat national de s’implanter durablement. Malgré les aléas du commerce, qui ont vu des précurseurs disparaître, il y a toujours eu une relève plus nombreuse pour maintenir les avancées et continuer à offrir de la poutine aux amateurs et aux curieux… Depuis 10 ans, c’est toutefois sur le reste de la planète que se développent les nouveaux marchés.

Pour compléter une soirée arrosée

Les Québécois l’ont bien compris, la bière et la poutine font bon ménage. C’est probablement pour cette raison que s’est retrouvé sur le menu d’une taverne d’un quartier de Sydney, en Australie, notre mythique plat national. En effet, le Royal Albert Hotel offre, dans sa liste de snacks, de la poutine. Aucune mention de l’origine, ni d’histoire à raconter pour expliquer sa présence aussi loin de son territoire d’origine.

sydney royal albert hotel poutine

Pour séduire les touristes

Même présence inexpliquée sur le menu du restaurant de l’aéroport de Hong Kong, The Peak Lookout, en 2014. Mais dans ce cas, l’ensemble du menu était construit comme un voyage autour du monde, une façon évidente de séduire les voyageurs de partout qui passent par cet aéroport. J’avoue avoir été touché de cette attention, bien que la poutine, au fromage râpé, n’ait pas été à la hauteur…

hong kong the peak lookout airport poutine (2)

Pour être tendance

Le fromage est le gros problème de la poutine en Asie. Sur un continent qui en produit peu, difficile d’en trouver un qui puisse agrémenter notre frite-sauce correctement. Ça n’empêche pas certains commerces d’en offrir jusque dans les quartiers de Beijing, en Chine! C’est dans la microbrasserie Jing-A, installée dans une ancienne usine convertie en lieu culturel des plus tendance, qu’on a pu en commander une en 2017. Il faut croire que pour être « hot », il n’y a rien de mieux qu’une curiosité culinaire venue de l’autre bout du monde!

beijing jinga brewing poutine

Il ne reste plus qu’à trouver le moyen d’exporter massivement du fromage en grain surgelé pour que la poutine, la vraie, fasse sa place un peu partout… Parce que pour l’instant, les poutines servies ailleurs ne font pas le poids face à celles servies ici. Surtout à cause du fromage, mais parfois aussi à cause de la sauce. Je n’ose pas imaginer l’engouement que pourrait causer la poutine si elle était servie partout avec la même qualité d’ingrédients qu’au Québec!

Malgré tout, notre mets national se répand et les journaux d’ici s’amusent à nous faire connaître ses nouvelles percées, comme celle en Thaïlande, il y a plusieurs années, ou celle en Russie, plus récente, où le nom du plat ne manque pas de faire sourciller… Et si c’était vrai qu’après la vague des sushis, c’était au tour de la poutine de conquérir le monde?

Après le hot dog, le hamburger et la pizza, la poutine mériterait sa place dans le panthéon mondial du fast food! Pensez-y en dégustant l’une des créations concoctées par les restaurants participants à la Poutine Week (ou n’importe quand dans l’année)…

Et la prochaine fois que vous voyagerez, vous aurez peut-être une surprise lorsque vous ouvrirez le menu d’un restaurant!

Vous aimerez aussi :

Visitez ma page d’accueil pour voir mes + récents textes. Blogosphère, murales, pollution lumineuse, bibliothèques… Vous y découvrirez des articles sur ce qui pourrait propulser Montréal, mais aussi sur ses forces, ses faiblesses et sur une foule d’autres sujets passionnants, passant de la gastronomie à l’environnement, et de l’architecture à la vie nocturne. Et parce que Montréal est vraiment une ville fascinante, abonnez-vous en inscrivant votre adresse courriel dans le bloc d’abonnement en haut de la colonne de droite!

C’est toi ma Ville s’est associé au blogue Mes Quartiers pour créer une page Facebook dédiée aux amoureux de Montréal. Cliquez « j’aime » sur cette page et découvrez les textes proposés par nos deux blogues, en + d’un contenu original et exclusif!

Mes Quartiers et C'est toi ma Ville

Publicités