Encore une fois, le défi était titanesque. Voir de mes yeux le plus de murales produites, les photographier et les classer pour produire mon 4e Top des plus belles murales de l’année exige un temps fou… 2018 nous a quand même offert une bonne soixantaine de murales, qui s’ajoutent aux 700 qui existent déjà sur l’île (ou les remplacent, dans quelques cas). J’en ai tiré 10 grandes murales fabuleuses, 10 petites murales magnifiques et quelques ensembles exceptionnels qui s’ajoutent à ceux des dernières années et qui méritent d’être découvert par les amateurs.

Mes sources d’information pour les trouver sont multiples, mais deux amoureux comme moi de ces grandes œuvres d’art m’aident dans ma recherche. Je m’en voudrais de ne pas vous les faire connaître, ce sont Wall2Wall et Cours Mathieu Cours, qui m’ont chacun permis de découvrir deux oeuvres de ce palmarès. Disons que les sources officielles, quand même plus utiles que par le passé, tardent à mettre en valeur ces « + pour la vie de quartier », comme je les appelais dans un récent texte… Et elles ne le font souvent qu’à retardement, rendant difficile la recension annuelle des nouvelles murales.

Comme chaque année, mon palmarès se base sur les mêmes 4 critères de sélection :

  1. Complexité de l’oeuvre
  2. Émotion suscitée
  3. Originalité
  4. Ancrage dans son milieu

Bien que la tentation de les classer soit forte, je les regroupe plutôt par arrondissement. Voici donc ma sélection des plus belles murales de 2018!

Top 10 des plus belles murales grand format de 2018

Le Sud-Ouest

C’est à l’Ouest que la murale la plus émouvante de l’année s’est peinte… Illustrant la relation paradoxale qui nous lie à la nature, elle est ancrée dans notre époque, marquée par les changements climatiques. Un thème rarement utilisé dans l’art mural… Case, un artiste allemand, en est l’auteur et on doit ce projet au travail de l’organisme MU. La murale a été nommée Coexistance.

Hochelaga

L’histoire derrière cette murale réalisée par Ankh One et Monk.E est fascinante, puisqu’elle est l’aboutissement d’un ambitieux projet. Celui-ci a débuté par un conte, « Gondwana et la porte magique », écrit par Alizée Pichot et ensuite illustré par les élèves de l’école Baril. Les deux muralistes se sont inspiré de cette démarche pour peindre cette magnifique murale qui fait maintenant rêver les enfants (et tout le voisinage). Notons que la murale a été produite par La Table de quartier Hochelaga-Maisonneuve et l’organisme Kolab.

Lachine

La fresque Lachine Zoo, de Louis-Nicholas Coupal et Alexis Masella, artistes du collectif ArtGang Montréal, marque maintenant une des entrées de l’arrondissement de Lachine. Ce projet, porté par la maison des jeunes l’Escalier, vise à encourager le sentiment d’appartenance des jeunes face à leur arrondissement, tout en montrant concrètement comment l’art du graffiti peut être utilisé sans verser dans le vandalisme. Dans ce cas-ci c’est particulièrement incarné puisque les deux artistes sont d’anciens employés du programme Graffiti de la Ville!

Ville-Marie

Pour le 100e anniversaire de l’indépendance de la Pologne, la Maison polonaise de Montréal s’est ornée de cette magnifique réalisation de Fluke, du collectif A’Shop. La murale, nommée Lilia, lui a permis de renouer avec les racines de sa famille, originaire de Pologne. Mentionnons que le projet a été développé en collaboration avec les voisins de la ruelle verte Les Fins Filous, où elle est située, et produite par la Société écocitoyenne de Montréal et Kolab.

La murale « Salut Gilles », de Benny Wilding, est apparue sur un terrain vague du Quartier chinois comme tout droit sortie d’une bande dessinée. Si son ancrage dans le milieu, un de mes critère de sélection, n’est pas évident, elle n’en reste pas moins originale dans le paysage montréalais.

Le Plateau

J’accorde cette année la part du lion de mon palmarès des grandes murales aux réalisations sur Le Plateau, dont quatre places pour des murales produites dans le cadre du festival MURAL. Je dois quand même avouer que plusieurs murales d’autres arrondissements étaient notables cette année et que le choix a été difficile. Mais un jour, il faut savoir trancher… Voici donc la suite de ce Top 2018 des grandes murales, en débutant par celle qui n’a pas été faite dans le cadre du festival.

La murale Art Libre – Free Art, réalisée par l’artiste italien Millo, marque depuis l’été le paysage de l’avenue Mont-Royal. C’est une autre belle réalisation de MU qui trouve sa place dans ce palmarès. L’organisme cherchait, avec celle-ci, à attirer à Montréal un muraliste de réputation internationale. Reconnaissable à ses oeuvres utilisant essentiellement le noir et blanc, il se démarque en y ajoutant des clins d’oeil à l’architecture de la ville d’accueil. Je vous laisse les trouver…

Mêlant habilement différents éléments, la murale de Tristan Eaton produite dans le cadre du Festival MURAL, nous oblige à prendre un temps d’arrêt. Pour celles et ceux qui se posent la question, il s’agit de l’actrice Norma Shearer, native de Montréal, qui a été la première actrice canadienne à gagner un Oscar, dans les années 30. La murale porte son nom: Norma and the Blue Herons.

De son côté, Waxhead, très visible dans les rues de Montréal avec son imaginaire unique, a peint deux côtés d’un édifice en y multipliant les détails. Une autre oeuvre qui nécessite une attention prolongée! C’est ce souci du détail, poussé à l’extrême sur une si grande surface, qui en a fait un incontournable de ce palmarès.

Autre grande pièce, le maquillage de cet édifice par Lucas Saenger, connu sous le pseudonyme LSNR est fascinant. Il donne le goût de sortir nos sandales et de s’installer, avec notre chaise longue, juste à côté.

En apparence simple, la murale de Cryptik est en fait d’une grande complexité. Bien que répétitive au premier regard, elle nécessite toute une maîtrise du geste pour sembler si parfaite. Subtile changement de couleur, traits parfois très fins, c’est un travail assez exceptionnel. Suffisamment pour que je vous en offre un gros plan, comme conclusion de ce palmarès des 10 plus belles grandes murales de l’année 2018 à Montréal.

Top 10 des plus belles petites murales de 2018

Il est plutôt difficile de trouver les murales produites dans nos ruelles et c’est malheureux, car il s’y cache de petites merveilles, comme ce palmarès annuel le démontre chaque année… Même si le programme des ruelles vertes en produit des dizaines par année, elles sont mal recensées par les organismes qui les produisent, rendant aléatoire leur découverte. Quoi qu’il en soit, une fois de plus en 2018, j’ai réussi à vous en dénicher quelques-unes, qui s’ajoutent aux autres plus belles petites murales de l’année (de deux étages de haut et moins).

Ville-Marie

Sur ce mur il y a eu, pendant des années, un personnage de manga, défraîchi et graffité. C’est maintenant ce magnifique tableau, intitulé L’Élévation, symbolisant la renaissance d’un homme libéré de ses préjugés. Dodo Ose, son auteur, est un abonné de mes palmarès. Il s’y trouve représenté chaque année par au moins deux murales! Cette fois-ci, pour cette très belle réalisation, produite par Mtl en Arts en collaboration avec A’Shop.

La murale de Add fuel, intitulée XVII-XXI, est bien cachée au fond d’une ruelle au nord de la rue Sherbrooke. Elle est en fait un legs à la suite de son exposition solo à la galerie Station 16. Une marque permanente dans la ville. Originaire du Portugal, son auteur s’inspire d’une tradition locale, les céramiques d’Azulejos, pour les transporter dans le street art un peu partout dans le monde. Il en a aussi produit une autre, sur le boulevard Saint-Laurent.

Le bleu reste à l’honneur dans la murale de John Miel, un Australien de passage qui nous a laissé cet immense ours polaire, dans le secteur du métro Frontenac, comme pour nous rappeler de le protéger…

Le Sud-Ouest

Dodo Ose ne nous offre pas souvent une oeuvre de style glauque, mais dans une petite ruelle du Sud-Ouest, il s’est laissé allé avec une Geisha très troublante. La murale, a laquelle a contribué Axe (pour le chat), s’intitule La Geisha et le Chat gai… La finesse des détails, la composition de l’image et l’humour noir que le chat y apporte en font une murale digne de mon palmarès.

Littéralement de l’autre côté de la rue, on retrouve cette autre murale, beaucoup plus proche de l’imaginaire des murales que l’on trouve normalement dans nos ruelles… Créée par Arpi, un montréalais qui vit aujourd’hui à Ottawa, elle aborde la question de la nature, comme cet artiste l’a toujours fait, avec une certaine poésie.

Rosemont

En apparence bucolique, celle murale intitulée Faucon pélerin est en fait très politique, et accompagnée d’un texte racontant la renaissance de l’espèce dans le sud du Québec depuis l’interdiction du DDT, un pesticide. D’un seul couple en 1980, on dénombre aujourd’hui près de 200 de ces grands oiseaux dans la région. Une victoire de la nature qu’Emily Read voulait célébrer. Le résultat est superbe.

Le Plateau

Les murales qui portent à réfléchir sont nombreuses cette année, comme celle-ci, de Earth Crusher. Toujours ce même personnage inquiétant, déshumanisé mais familier, qu’on retrouvait aussi dans mon palmarès de l’an dernier. Il représente les dirigeants politiques et économiques sans scrupules et les travers de notre société, nous invitant à une prise de conscience.

Encore plus frappante en personne qu’en photo, la murale de Sandra Chevrier est presque un accident de parcours pour son auteur. En effet, elle a acquis une renommée internationale avec ses toiles bien avant d’oser peindre à l’extérieur. Sa murale produite dans le cadre du festival MURAL est sa plus grande en carrière et a permis aux Montréalais de la découvrir à leur tour.

L’autre petite murale produite dans le cadre du festival qui m’a marqué est celle de Saner, un artiste mexicain. Son « Corazón vivo », son coeur vivant, est magnifique. Illustrant l’importance de la vie, il s’y cache autant de mystère que de symboles, comme le papillon Monarque, qui traverse les frontières du Mexique au Canada sans entraves…

Elle aurait dû être la dernière murale de mon Top des petites murales de 2018, mais j’ai choisi de faire un ex aequo… Ce bestiaire est l’une des murales de ruelle si dures à trouver, mais qui mérite le détour tant elle doit alimenter l’imaginaire des enfants! Hözek et MrPaynt en sont les auteurs.

Hochelaga-Maisonneuve

C’est pour cette même impression d’avoir été réalisée réellement pour les enfants que j’ai choisi de faire de cette murale l’ex aequo de la précédente, incapable de les départager. La murale « Pool time » de Borrris, sur les portes coulissantes de la piscine extérieure Maisonneuve, est tout simplement magnifique. L’utilisation exclusive des trois couleurs primaires y est peut-être pour quelque chose?

Les ensembles exceptionnels

Mon palmarès des plus belles murales ne s’arrête pas à ces 10 plus belles grandes et 11 plus belles petites murales de l’année. En effet, comme pour les années 2015, 2016 et 2017, j’y inclus les ensembles exceptionnels.

Ville-Marie

De retour cette année dans mes ensembles exceptionnels, le site de UnderPressure reste un incontournable puisqu’il change continuellement…

Il faut vraiment oser zigzaguer sur l’ensemble du site, entre les rues Saint-Dominique et Sanguinet, de la petite rue de Boisbriand aux ruelles au sud de Sainte-Catherine, pour espérer tout voir. Cette année, c’est particulièrement vrai du côté des ruelles, où se cachent plusieurs trésors dignes de mon Top des petites murales.

Le Sud-Ouest

Deuxième retour sur un site déjà mentionné par le passé, le « Scan you rock tribute wall » est un autre incontournable de cette année, vu l’ajout d’une murale collective en l’honneur de Scaner, un artiste montréalais du graffiti décédé l’an dernier. Wall2Wall y a consacré un article que je vous invite à lire pour connaitre son histoire. L’immeuble, couvert sur toutes ses faces de graffitis depuis une dizaine d’années, confirme ainsi son statut d’incontournable du monde du graffiti à Montréal.

Le Plateau

Ce n’est peut-être pas un ensemble situé à l’extérieur, comme les autres, mais il est en libre accès, ce qui m’a convaincu de l’ajouter à ce texte. Les 24 murales qui se cachent dans les cages d’escaliers des édifices du 5445 et 5455 de Gaspé, reliés par un passage intérieur, sont de toute beauté. Il suffit de monter en ascenseur au 12e étage de chacun des édifices et de descendre par les escaliers pour les admirer! Bienvenue au Musée Romeo’s dans le Mile End!

24 murales, 24 artistes, 24 styles à découvrir à l’abri des intempéries.

Rosemont

Enfin, dernière mention de cette recension de l’art mural à Montréal en 2018, les deux sites de Canettes de ruelle méritent aussi d’être visités. Ce jeune festival, qui en était à sa 2e édition en 2018, attire aussi des artistes de la relève, permettant de faire de belles découvertes… Leurs deux ruelles de cette année sont entre la 6e et la 7e, au sud de Laurier; et entre la 7e et la 8e, au sud de Masson.

Avec une vingtaine de murales à voir, elles offrent une belle promenade aux curieux…

Comme vous l’avez sûrement remarqué, les artistes internationaux sont nombreux à avoir laissé leur marque à Montréal cette année. Nos artistes aussi voyagent beaucoup, confirmant une fois de plus le statut de notre ville comme destination incontournable du street art international.

Voilà qui termine mon palmarès des plus belles murales de l’année 2018. J’espère que vous l’avez apprécié!

N’hésitez pas à le partager!

Vous aimerez aussi :

Pour connaître mon classement des murales plus anciennes, visitez ces trois textes fondateurs :

Et je vous invite à découvrir mes autres textes sur le sujet :

Visitez ma page d’accueil pour voir mes + récents textes. Vous y découvrirez des articles sur ce qui pourrait propulser Montréal, mais aussi sur ses forces, ses faiblesses et sur une foule d’autres sujets passionnants, passant de l’art public à l’environnement, et de l’architecture à la vie nocturne. Parce que Montréal est vraiment une ville fascinante!

C’est toi ma Ville s’est associé au blogue Mes Quartiers pour créer une page Facebook dédiée aux amoureux de Montréal. Cliquez « j’aime » sur cette page et découvrez les textes proposés par nos deux blogues, en + d’un contenu original et exclusif!

Mes Quartiers et C'est toi ma Ville