De retour d’un voyage à Washington et à New-York, où j’ai emprunté plusieurs « water-taxis » avec bonheur, je me suis mis à m’intéresser à ce mode de transport en commun, un peu oublié à Montréal… Et si l’idée était bonne?

Bien que le projet-pilote pour relier Pointe-aux-Trembles au Vieux-Montréal se poursuive à raison de quelques jours par été, avouons que depuis l’Expo, alors qu’il y avait même un aéroglisseur, l’Hovercraft, pour desservir le site, nous n’avons pas eu de réel développement dans ce secteur. Et pourtant… Montréal est une île, située sur un grand fleuve, et elle vit de réels problèmes de congestion.

S’inspirer d’ailleurs est-il possible?

Sydney quais des bateaux-taxis
Quai de bateaux-taxis à Sydney, en Australie

Que ce soit à Washington, New York ou même Sydney, en Australie, plusieurs villes tirent profit de leurs navettes sur l’eau pour favoriser le développement immobilier, la mobilité et, évidemment, le tourisme sur leur territoire…

Faire naître des quartiers

En 2015 à Washington, The Wharf n’était qu’une série de terrains vagues, voisins d’un marché de poissons et fruits de mer, sur le bord du fleuve Potomac. Lorsque j’y suis allé en 2018, le marché était devenu voisin d’un quartier de tours neuves, réparties sur 5 quadrilatères, agrémentés de plusieurs quais… et d’un service de bateaux-taxis!

The Wharf Washington

Ce n’est pas ce service qui a attiré le développement, mais visiblement, ses concepteurs ont pensé que le bateau-taxi apporterait quelque chose au nouveau quartier. Il permet, entre autres, de rejoindre le quartier Georgetown et la ville d’Alexandria, deux attraits pour les touristes de passage. Ce choix n’est pas anodin, puisque The Wharf compte déjà deux gros hôtels…

The Wharf Washington Hotels

Long Island City, dans le Queens à New York, a connu un développement plus lent, mais similaire. De quelques tours d’habitation sur le bord de l’eau en 2010, c’est maintenant tout un quartier qui profite de parcs riverains inaugurés ces dernières années, dont 2 en 2018 seulement! Deux stations de bateaux-taxis y desservent la population, donnant accès à deux trajets différents.

Parc riverain New York

L’un des deux est conçu comme une ligne de métro, desservant toute la côte du Queens (au nord) jusqu’à Brooklyn (au sud), évitant à ses utilisateurs de faire le détour par Manhattan pour se rendre d’un quartier à l’autre. Inutile de vous dire que chaque station de bateau-taxi attire son lot de tours, auxquelles s’en ajoute d’autres continuellement. Situés dans des secteurs anciennement dévitalisés de New York, elles contribuent à l’essor de nouveaux milieux de vie agréables, dont profitent les habitants de plus longue date.

Zone anciennement dévitalisées New York

L’Australie vit une transformation similaire avec le développement de Barangaroo, un nouveau quartier de Sydney, autrefois zone de débarquement pour les bateaux de pêche. À deux pas du centre-ville, c’est maintenant le nouveau cœur des affaires et un quartier d’habitation très prisé puisqu’il est très bien situé. La géographie de Sydney a favorisé le développement des bateaux-taxis. Dans leur cas on pourrait même parler de bus aquatiques tellement ils sont nombreux et fréquents… Permettant de se déplacer dans toute la ville et ses environs, ce service a évidemment aussi été implanté dans Barangaroo, où il offre un moyen de transport supplémentaire aux résidents, comme aux travailleurs et aux touristes.

Barangaroo Sydney

Dans les trois cas, la volonté d’utiliser le bateau comme attrait pour développer un nouveau quartier est évident. Les stations sont belles, bien placées, utiles et offrent une bonne fréquence de départs. Elles viennent avec des aménagements riverains accueillants, comptant sur des parcs, des pavillons de services ou des équipements de loisirs, pour se greffer au quartier qui les bordent, comme ici à Long Island City:

Aménagement Bateau taxi New York

Y a-t-il un tel quartier à Montréal, qui combine plusieurs tours sur le bord de l’eau et qui pourrait profiter de la présence d’un bateau-taxi pour être développé? Peut-être l’île-des-Sœurs et le secteur d’Habitat 67, qui pourraient être reliés au Vieux-Montréal, comme on tente de le faire avec Pointe-aux-Trembles.

Serait-il possible de développer un nouveau quartier riverain, comme dans les trois villes déjà citées, pour en tirer des revenus supplémentaires justifiant l’investissement? De nombreux rapides sur le Fleuve et la Rivière-des-Prairies font obstacle à un tel projet, mais ça vaudrait peut-être la peine de l’étudier avant d’en arriver à des conclusions trop hâtives…

De nouvelles ramifications aux transports

Les trajets de bateaux-taxis à Long Island City, dans le Queens à New York, sont utiles, rapides, agréables et offerts au même prix qu’un billet de métro. Ils sont donc une alternative crédible à la voiture et aux autres systèmes de transport en commun. L’autobus (ou la voiture) ne pourrait pas aller à la même vitesse (obstacles naturels, feux de circulations, etc.) et le nombre de personnes à déplacer ne justifie pas le creusement d’une nouvelle ligne de métro entre le Queens et Brooklyn. En plus, ils permettent, entre autres, de se rendre à Wall Street en 30 minutes à peine! C’est donc un complément parfait pour améliorer la mobilité dans ce secteur de la ville.

New York station de bateau taxi

À Washington, les bateaux-taxis sont offerts dans des secteurs moins bien desservis par les autres modes de transport, comme Georgetown, pour les rapprocher du centre, autrement difficile d’accès.

Quand on sait que les coûts de la congestion routières sont évalués à plus de 1,5 milliard de dollars pour Montréal seulement, si un service par bateau pouvait réduire cette congestion, ce serait un pensez-y bien! C’est visiblement une des parties de l’équation qui a convaincu New York, Washington et Sydney d’investir dans cet outil favorisant la mobilité…

Un service de bateaux-taxis permet sûrement de réduire aussi les coûts du stress associé au temps de transport des employés, pris dans ces embouteillages ou dans des transports en commun remplis à pleine capacité. En effet, difficile de penser qu’un trajet en bateau n’a pas plutôt un effet apaisant sur ses utilisateurs… Alors, on y réfléchit pour Montréal?

Effet apaisant Sydney
Sydney

Évidemment, on dira que nous n’avons peut-être pas assez de densité de population pour rentabiliser un tel service… Pourtant, les lacs du nord de l’Italie sont tous desservis par des services de traversiers, qui relient les principaux villages riverains.

Bateau Bellagio Lacs Italiens

Montréal pourrait s’en inspirer et multiplier les liens avec les autres villes de la CMM. Les zones navigables entre les rapides pourraient ainsi desservir une plus grande population que celle de l’île de Montréal, si les navettes étaient offertes aussi aux gens de la rive nord et de la rive sud, à l’image de la navette fluviale Vieux-Port – parc Jean-Drapeau – Longueuil.

Navette Montréal

Une offre touristique en demande

Sydney a développé les 8 trajets de ses ferries (bateaux-taxis) dans un seul et même réseau que les autobus et le métro, améliorant du coup la mobilité de sa population. Une de ces lignes est assez particulière, puisqu’elle ne dessert que le zoo de la ville. Ainsi, ce trajet n’est en fait qu’un accès à une attraction touristique majeure, doublant l’expérience par une mini-croisière donnant une vue sur le fameux Opéra de Sydney.

Sydney bateaux-taxis

New York fait de même avec son traversier qui relie Governors Island à Manhattan. Cette petite île, actuellement en cour de transformation pour devenir un magnifique parc, n’est accessible que par bateau… Stratégiquement située entre la Statue de la Liberté et le sud de Manhattan, elle deviendra sûrement une attraction incontournable de la ville d’ici quelques années.

Relier des îles sinon inaccessibles, ce serait aussi une bonne idée à Montréal. Il y a bien la navette entre le parc René-Lévesque, à Lachine, et l’île Saint-Bernard, à Châteauguay, mais qui la connait vraiment? Un développement plus structurant de ce type d’offre  touristique serait tout à fait pertinent à Montréal, qui est une île au milieu d’un grand archipel, l’Archipel d’Hochelaga, qui en compte 320… Dont l’immense île Sainte-Thérèse, qui pourrait être desservie par la navette estivale entre Varennes, Pointe-aux-Trembles et Repentigny… Ce serait un bel ajout à la liaison Parc Bellerive – îles de Boucherville qui est offertes aux Montréalais depuis plusieurs années.

Réfléchir aux bateaux-taxis, ferries, traversiers ou navettes, c’est se permettre de voir la ville autrement. Au sens figuré, mais aussi au sens propre. Il suffit de passer sous un pont en bateau pour le comprendre, ou de faire une croisière la nuit… On renouvelle notre expérience de la ville lorsque celle-ci offre un service de navette accessible.

New York sous les ponts (5)

Pensons au service de traversier entre Québec et Lévis… Qui ne l’a jamais pris simplement pour admirer le Château Frontenac vu du Fleuve? Et comme New-York, Washington et Sydney, Lévis en a tiré profit en redéveloppant son bord de l’eau, inaugurant un magnifique parc pour accueillir les utilisateurs du traversier (et les inciter à s’arrêter à Lévis, plutôt que de retourner immédiatement à Québec).

Tous ces projets ne visent en fait qu’un objectif : améliorer nos milieux de vie… Que ce soit les développements qui misent sur les bateaux-taxis comme avantage, les systèmes de ferries développés comme des compléments aux autobus et aux métros ou les moyens de transport sur l’eau pensés pour les vacanciers et les touristes. Dans tous les cas, ce sont des initiatives qui ont le mérite de transformer la ville dans le bon sens. L’aménagement attrayant de ce quai de The Wharf, à Washington, en témoigne:

The Wharf Washington quai

Montréal compte déjà sur différents services de navettes sur le fleuve qu’il serait maintenant bon de cartographier (je n’ai pas trouvé de source d’information unique pour tous les services existants!). On pourrait les étudier, pour les développer, puis les faire connaître. Enfin, en faire un complément utile au développement des quartiers de Montréal, à la mobilité de sa population et à l’attrait de ses sites touristiques…

Les rapides sur le Fleuve et la Rivière-des-Prairies, les écluses et l’hiver ne sont pas des raisons suffisantes pour empêcher la créativité des Montréalais de surmonter ces obstacles. Un peu de volonté, une dose d’originalité et des efforts concertés pourraient, j’en suis sûr, permettre à Montréal de rejoindre les villes du monde qui comptent sur l’eau qui les entoure pour favoriser leur développement.

Pont de Sydney et bateaux
Sydney et ses ferries

Sydney carte des ferry

C’est toi ma Ville s’est associé au blogue Mes Quartiers pour créer une page Facebook dédiée aux amoureux de Montréal. Cliquez « j’aime » sur cette page et découvrez les textes proposés par nos deux blogues, en + d’un contenu original et exclusif!

Mes Quartiers et C'est toi ma Ville

Publicités