Publié par : cbernier | 15 mars 2018

Ces Montréalais qui ont survécu à l’Holocauste

Beaucoup de survivants de l’Holocauste sont venus vivre à Montréal à la suite de la 2e guerre mondiale. Il reste bien peu de ces mémoires vivantes, mais dans les années cinquante, il y avait 14 000 de ces rescapés sur l’île! Quatorze milles! Une histoire méconnue, qui doit être mise en lumière pour qu’on comprenne mieux les conséquences possibles de l’indifférence face aux souffrances des autres…

Parce qu’il y a eu les Juifs, mais depuis, il y a eu des génocides contre, entre autres, les Cambodgiens, les Arméniens, les Kurdes, les Tutsis et, en 2018, l’histoire se répète peut-être encore avec les Rohingya du Myanmar… Ainsi donc, il faut parfois se tourner vers le passé pour en tirer des enseignements qui pourraient influencer notre présent. Et c’est ce à quoi nous invite le Musée de l’Holocauste – Montréal avec une nouvelle exposition virtuelle.

Leurs témoignages

C’est donc pour faire rayonner l’histoire des survivants de l’Holocauste que le Musée lançait, en mars 2018, l’exposition virtuelle « Refaire sa vie ». Pour soutenir ce lancement, Sarah Engelhard, une survivante qui vit à Montréal, était sur place pour raconter sa première journée ici, en 1944. Un témoignage des plus inspirants!

Ce témoignage, on le retrouve en partie dans l’exposition virtuelle, qui permet de survoler la vie de 20 survivants qui sont venus s’installer au Canada. Pour chacun on peut:

  • lire une courte fiche qui présente leur histoire;
  • écouter 2 vidéos où ils nous racontent, eux-mêmes, un moment marquant de l’Holocauste et un autre de leur arrivée ici;
  • voir un petit album-photos qu’ils partagent avec nous et, enfin,
  • consulter une carte de leur « parcours du survivant » où on peut suivre leurs déplacements avant de s’établir au pays.

C’est très émouvant…

Cliquez sur l’image ci-dessous si vous désirez visiter l’exposition dès maintenant:

Cette exposition virtuelle n’est pas la première du Musée, qui avait déjà offert aux internautes 14 portraits tout aussi pertinents dans l’exposition virtuelle « Récits de vie ». Un complément des plus intéressants à la plus récente exposition.

Pour celles et ceux qui voudraient entendre encore plus de récits, la page Youtube du Musée en compte de très nombreux, dont celui-ci, aussi utilisé dans « Récits de vie », d’une résistante qui n’a pas pu rester indifférente face à ce qui se vivait à son époque, et qui a décidé d’agir, au risque de sa vie :

Leur histoire au musée

Si ces vidéos permettent d’entendre les survivants parler de leurs expériences, il est parfois nécessaire d’aller plus loin pour comprendre un épisode aussi particulier de notre histoire que l’Holocauste.

Ainsi, il y a près de 40 ans, des survivants ont fondé, à Montréal, un lieu pour informer et sensibiliser la population sur l’Holocauste, l’antisémitisme, mais aussi le racisme, la haine et l’indifférence. Ce lieu est devenu le Musée de l’Holocauste, situé tout près du métro Côte-Sainte-Catherine. Il contient des cendres de victimes du camp de concentration d’Auschwitz, placées sur les restes d’une colonne de l’ancienne grande Synagogue de Varsovie détruite par les nazis, le tout présenté dans une salle de recueillement et de réflexion qui invite à l’introspection:

Ce Musée, il faut l’avoir visité au moins une fois dans sa vie. Parce que l’intolérance et l’indifférence ne sont jamais loin, et parce que même lorsque ces histoires se déroulent à l’autre bout du monde, elles finissent toujours par nous toucher… À travers son exposition permanente, très intéressante, le Musée le montre bien. Car il nous permet d’en apprendre plus sur notre histoire collective, en partant de l’Allemagne nazie évidemment, mais en nous rappelant aussi comment se vivaient les événements de l’époque ici même, à Montréal et au Québec…

Sans nous épargner certains aspects sombres de notre histoire, il nous montre quand même qu’il y a toujours de l’espoir, comme en témoigne ce carnet en forme de coeur, cousu en cachette par des femmes du camp de concentration d’Auschwitz. Elles voulaient souhaiter joyeux anniversaire à une amie qui fêtait ses 20 ans et lui donner le courage de survivre aux atrocités qu’elle y vivait. Un geste d’affection qui aurait pu leur coûter la vie à toutes…

Mais à quoi bon vivre dans l’indifférence?

C’est toi ma Ville s’est associé au blogue Mes Quartiers pour créer une page Facebook dédiée aux amoureux de Montréal. Cliquez « j’aime » sur cette page et découvrez les textes proposés par nos deux blogues, en + d’un contenu original et exclusif!

Mes Quartiers et C'est toi ma Ville

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :