Qu’on aime ou qu’on déteste, nous finissons tous par devoir aller dans un centre commercial un jour. Je n’aime pas particulièrement. Pourtant, quand j’étais jeune, on m’avait fait rêver du West Edmonton Mall, cité en exemple dans le cahier d’exercices d’un cours du secondaire… Plus grand centre commercial d’Amérique du Nord, le West Edmonton Mall compte plus de 800 magasins et restaurants, en plus d’un parc d’attractions et d’un parc aquatique, où on peut monter dans un bateau pirate et où on pouvait descendre, à l’époque, dans un petit sous-marin!

Avouons que je n’ai jamais trouvé quelque chose de comparable ici… Le Dix30, qu’on disait avoir révolutionné le magasinage, est loin de m’avoir convaincu. Au mieux, c’est une copie de rue commerciale locale; au pire, un décor de théâtre qui vieillit mal. Aujourd’hui on nous vante le projet du Quinze40 à Ville Mont-Royal, au cœur de l’île, qui se serait inspiré de projets qui ont vu le jour ailleurs dans le monde…

En voyage, j’ai découvert plusieurs centres commerciaux différents, qui pourraient aussi nous inspirer… Pas nécessairement pour construire de nouveaux mastodontes du commerce, mais certainement pour améliorer ceux que nous avons déjà. Entre les pressions qu’exerce le commerce électronique sur les ventes en magasin; la concurrence des mégas centres déjà établis en banlieue et la préservation de nos artères commerciales locales, il est important de se demander ce qui pourrait être fait pour que toute la ville tire réellement profit de ses centres commerciaux.

Et si on osait?

L’une des premières galeries marchandes de la planète, la Galleria Vittorio Emanuele II, a été inaugurée à Milan en 1878. Depuis, elle est restée une adresse prestigieuse et est devenue une attraction touristique incontournable de sa ville, entre autres grâce à son architecture et ses œuvres d’art originales.

À Montréal, nous avons le Centre de commerce mondial qui a su tirer profit d’édifices anciens bordant une ruelle, en les recouvrant par une verrière. Avec sa statue européenne datant des années 1700, son miroir d’eau qui reflète les bâtiments tout autour, son accès au Montréal souterrain et le segment du mur de Berlin offert à Montréal pour son 350e anniversaire, c’est aussi un modèle dans son genre, toutes proportions gardées. Un acquis pour notre ville.

Différent, il y a le complexe du Sony Center, à Berlin, constitué d’édifices regroupés autour d’une place publique, elle-même surmontée d’un dôme déposé sur les édifices qui entourent la place! L’effet est saisissant. Les terrasses, les coins verts et les activités peuvent s’y dérouler même par temps pluvieux, ajoutant un aspect pratique à l’étonnante construction.

Et le soir, le dôme s’allume et change de couleur. Une ambiance électrisante, mise à profit par les quelques bars et restos de la place. Berlin a quand même l’avantage de profiter de températures hivernales qui jouent autour du point de congélation… Mais qui dit s’inspirer ne dit pas copier! L’intérêt de regarder ce qui se fait ailleurs, c’est d’ouvrir nos horizons pour mieux inventer ici.

Réinvestir les toits

Sur un terrain en pente de la Ville de Porto, on a construit un petit centre commercial, la Praça de Lisboa, tirant profit de la dénivellation pour offrir un parc accessible du haut de la pente, un passage regroupant quelques commerces au centre de la pente et un accès à un stationnement souterrain au bas de la pente. Ainsi, on offre au voisinage, sur une même surface de terrain, un parc, des boutiques et un stationnement! Un parc planté d’oliviers, qui nous rappelle que nos grands toits plats pourraient peut-être avoir enfin un usage…

Le concept a été poussé un peu plus loin sur le toit du centre d’achat du Tokyo-Dome City, transformé en parc d’attractions, couvert de manèges! Moins propices aux rêves d’enfants que le bateau de pirates du West Edmonton Mall, mais quand même étonnant en pleine ville!

On y est allé beaucoup plus simplement dans le prochain exemple, provenant de Barcelone. Las Arenas est un centre commercial construit à l’intérieur d’une ancienne arène de corrida désaffectée. En soi, pour la transformation d’un édifice historique, c’est un exemple qui mérite d’être souligné! En plus, il offre un toit entièrement repensé, avec un dôme de restaurants au centre, entouré d’une immense terrasse panoramique publique, offrant une vue sur toute la ville… La promenade y est fantastique, autant pour les locaux que pour les touristes.

Je ne crois pas qu’aucun centre d’achat de Montréal n’ait trouvé d’utilisation publique pour son toit, et pourtant, ce sont d’immenses surfaces planes qui offrent tout un potentiel de développement… Imaginez un espace de restaurants entouré de verdure, avec des terrasses l’été et une patinoire l’hiver, ce serait bien, non?

Une architecture audacieuse

J’en parlais dans mon texte Oser l’architecture, depuis quelques années, il se fait de beaux édifices, potentiels patrimoines du futur, à Montréal. C’est aussi le cas ailleurs dans le monde, et même lors de la construction de centres d’achats!

Un exemple de cela est le Galaxy Soho de Beijing. Ce gigantesque complexe cache un centre commercial sous des édifices tout en rondeur, héritage de l’architecte Zaha Hadid, décédée en 2016 en laissant ses magnifiques constructions un peu partout autour du globe.

Moins spectaculaire, mais utilisant lui aussi les rondeurs, le Kanyon d’Istanbul mérite d’être souligné, ne serait-ce que pour rappeler que les allées trop droites de nos centres commerciaux ne sont pas une obligation de l’architecture, mais un choix de facilité…

Certains choix architecturaux sont très réussis, comme celui d’insérer dans la façade du centre d’achats MyZeil, de Frankfort, un trou de verre qui traverse la zone commerciale pour y créer un puits de lumière géant. Cette ouverture sur l’extérieur est de plus reprise avec une grande baie vitrée qui s’ouvre sur la rue l’été, amenant de l’air frais dans le secteur des restaurants. Un luxe que trop peu de centres offrent à leurs clients.

L’originalité du secteur commercial du Langham Place de Hong Kong est cachée du 9e au 12e étage. On a en effet choisi d’y construire un plancher en forme de spirale montante, rendant assez difficiles les repères spatiaux. Les paliers se succèdent en n’étant séparés que d’une courte volée d’une dizaine de marches, créant des quarts d’étages…

Ajouter de l’exotisme

Côté exotisme, Hawaii sait se démarquer. Même le petit centre commercial du complexe du Hilton Hawaiian Village, à Waikiki, se donne des airs d’ailleurs… Ce village de boutiques, enserré entre différentes tours de chambres pour touristes, est noyé sous la verdure, lui assurant un effet vraiment dépaysant. Et surtout, il encourage les visiteurs à ne pas sortir du complexe, situé sur le bord de la plage… Je n’approuve pas l’objectif, mais j’avoue avoir imaginé un instant une allée de boutiques d’un de nos centres d’achats transformée en village de cabanes en bois rond. Avouez que ça vous ferait sourire!

Bien que plusieurs trouvent l’idée kitch ou quétaine, quelques centres commerciaux du monde tentent de reproduire des ambiances d’autres pays du monde. À Tokyo, on peut manger du fast-food dans la cour intérieure d’une villa vaguement italienne, avec un faux ciel en prime! Au VenusFort, on fait les choses en grand, puisque tout le centre est ainsi déguisé en village italien, avec ses places et ses fontaines… Et le « ciel » évolue au rythme des heures, pour s’assombrir ou s’éclairer! C’est peut-être trop pour attirer les Nord-Américains que nous sommes, mais pourquoi ne pas ajouter des éléments de décor à nos propres foires alimentaires, comme une pagode autour d’un kiosque de cuisine asiatique ou des palmiers à côté d’un comptoir mexicain?

À Montréal, un des rares exemples d’exotisme dans un centre commercial est celui des Cours Mont-Royal, avec son grand escalier rappelant le Mount Royal Hotel, un palace des années ’20, dont subsiste toujours le magnifique lustre de l’antique hall principal, ayant appartenu, dit-on, au Casino de Monte-Carlo!

Un peu de nature

Difficile de parler des plus beaux centres commerciaux du monde sans aborder la question de la végétation… Pour ça aussi, Hawaii sait se démarquer. Plusieurs de ses centres sont construits sur un modèle de passerelles extérieures, autour desquelles se greffent les boutiques. On s’y promène donc comme dans un immense parc, sur plusieurs étages, avec cascades et petits plans d’eau! C’est tellement beau que des couples louent les espaces verts de ces centres pour y célébrer leur mariage! Il y en a plusieurs sur ce modèle, tous aussi verdoyants les uns que les autres…

Nous n’avons évidemment pas encore d’équivalent à Montréal, quoique, développé comme une serre, un pavillon de centre commercial pourrait très bien rivaliser avec ce qui se fait ailleurs… Ici, nous avons plutôt misé sur l’eau pour ajouter un peu de nature à nos intérieurs, avec de grandes fontaines, comme celle du Complexe Desjardins.

Pour son originalité, la rivière qui descend l’escalier du centre commercial Sanlitun Soho, de Beijing, mérite une mention. Située dans une cour intérieure, elle ajoute beaucoup de charme à l’endroit, entre autres parce qu’elle glisse sur un lit de roche, calmant de ses clapotis les bruits ambiants.

Miser sur l’art

Une autre façon de se démarquer des autres, c’est de proposer aux visiteurs un accès à plusieurs œuvres d’art. C’est le choix qu’a fait le Roppongi Hills de Tokyo, entre autres avec une sculpture de Louise Bourgeois intitulée « Maman », qui est en fait une immense araignée portant des œufs…  Disons qu’on pourrait utiliser ici une œuvre un peu plus consensuelle… Quoi qu’il en soit, le centre commercial compte aussi, au sommet de sa principale tour, le Mori Art Center, un musée d’art contemporain des plus intéressants, et un observatoire sur le toit permettant d’admirer la ville tout entière.

« Maman », de Louise Bourgeois

À Montréal, nous avons bien le festival Art Souterrain qui, comme je le montre dans ce texte, transforme la ville chaque année, le temps de deux semaines féériques. Certaines années, le Centre Eaton accueillait des œuvres sur presque tous ses étages, en plus d’ouvrir un local commercial pour des ateliers artistiques et d’installer un DJ au cœur de son centre commercial, ayant ainsi une participation exceptionnelle dans le cadre du festival. Je me suis toujours demandé pourquoi les propriétaires ne faisaient pas l’acquisition d’une œuvre, chaque année… Ils auraient aujourd’hui une collection enviable, attirante autant pour les Montréalais que pour les touristes…

Port-O-Potty, de Zeke Moores, exposé au Centre Eaton lors du festival Art Souterrain de 2016

Repenser le centre commercial

Mais ce n’est pas tout, certains centres d’achats poussent l’audace beaucoup plus loin, en questionnant même le modèle, comme le centre ReTuna, de la ville d’Eskilstuna, près de Stockholm. À cet endroit, vous ne trouverez que des produits recyclés, réutilisés et usagés. Le comptoir-lunch, de son côté, favorise les produits bios…

À Moiselles, en France, un projet de centre commercial associé à une ferme est en gestation. L’idée est de tirer profit d’une nouvelle tendance pour les centres commerciaux, qui cherchent à créer des expériences inédites pour les visiteurs, pour mieux compétitionner les ventes en ligne… La ferme serait en production, compterait un verger sur les toits des commerces et offrirait des services éducatifs, en plus de l’offre commerciale régulière! Ce serait effectivement assez inédit comme expérience…

Les nombreux exemples cités dans ce texte sont tous des illustrations de cet effort des centres commerciaux pour survivre aux nouveaux modes de consommation, qui semblent privilégier le e-commerce au détriment de la vente au détail. Cette réalité amènera probablement de plus en plus d’innovation de la part des centres commerciaux, mais aussi de plus en plus de réflexions sur ce qui pourrait être fait pour que toute la ville tire profit de leur présence. C’est l’objet du texte Et si les centres commerciaux devenaient de véritables quartiers, publié récemment par l’excellent blogue du Kollectif.

Nos centres commerciaux sont, avouons-le, vieillissants, le moment est donc propice pour entamer une réflexion sur leur avenir. En s’inspirant de ce qui se fait ailleurs, ou en développant des idées originales, on pourrait faire quelque chose d’intéressant de ces immenses lieux fermés sur eux-mêmes… Même le Montréal souterrain, qui parait  original aux yeux de bien des touristes, pourrait en tirer des leçons.

Il est en effet bien positionné pour offrir une expérience inédite. Alors que d’autres centres commerciaux se dotent de manèges ou d’œuvres d’art pour se démarquer, ce regroupement de corridors, d’édifices et de centres commerciaux compte déjà des accès à une patinoire intérieure, un musée d’art contemporain, plusieurs hôtels, de nombreuses stations de métro, etc. Puisque la tendance d’avenir mise sur l’expérience, le Montréal souterrain, ses centres commerciaux mis en réseau, comme tous les autres grands centres commerciaux de l’île, devraient tous chercher à mieux tirer profit de leur présence en ville, tout en offrant une plus value aux résidents de leur quartier…

C’est le défi qui vient pour les centres commerciaux : trouver leur place en ville, dans un monde qui bouge et qui change, et avec une population de plus en plus exigeante… Mais même si je m’étonne d’être séduit par des centres commerciaux en voyage, suffisamment même pour leur consacrer ce texte, aucun de ceux de Montréal (et des environs) ne bat encore, pour moi, l’expérience d’une artère commerciale locale animée, verte, innovante et ponctuée de boutiques originales! Évolueront-ils suffisamment pour me séduire ces prochaines années? Pour vous séduire aussi? C’est ce que nous verrons…

C’est toi ma Ville s’est associé au blogue Mes Quartiers pour créer une page Facebook dédiée aux amoureux de Montréal. Cliquez « j’aime » sur cette page et découvrez les textes proposés par nos deux blogues, en + d’un contenu original et exclusif!

Mes Quartiers et C'est toi ma Ville

Publicités