On dit qu’il y a maintenant près de 350 ruelles vertes à Montréal. L’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie, avec plus de 100 ruelles ainsi aménagées, est sans conteste le champion dans cette catégorie. Mais que deviennent ces ruelles l’hiver venu?

Le concept de ruelles blanches, qui invite les citoyens à s’approprier l’espace non déneigé pour en faire un terrain de jeu propice aux activités extérieures, a été mis de l’avant en 2013 par la triste histoire d’une patinoire d’enfants jugée illégale dans Villeray. Devant le tollé des parents, l’arrondissement est devenu, l’hiver suivant, le premier à reconnaître officiellement ces aménagements temporaires.

Ce n’est pourtant pas d’hier que certaines ruelles deviennent, l’hiver, le terrain de jeu presque exclusif des enfants! Il y a quelques décennies, j’ai moi-même profité d’une telle zone d’activités dans Rosemont. J’y ai fait plusieurs anges dans la neige, quelques châteaux et j’ai souvent profité du monticule produit par des voisins pour faire quelques glisses avec mes copains. Les courses à obstacles étaient aussi nombreuses, mais je n’ai pas eu droit à une patinoire, comme celle de Villeray. J’aurais probablement aimé.

Nous n’avions qu’une règle à respecter : ne pas nuire aux adultes qui déneigeaient l’accès à leur stationnement arrière. Puisque ce déneigement ne touchait qu’un tiers de notre ruelle, il était facile de s’en accommoder. En y pensant bien, elle était là notre patinoire… Les traces des roues devenaient souvent glacées, ce qui suffisait pour nous amuser.

Chaque fois que j’entends des gens dire qu’il est difficile d’élever des enfants en ville, je sursaute. Je n’ai peut-être pas d’enfant, mais je l’ai été, et les souvenirs de ma ruelle blanche font partie de ce qui m’a le plus marqué comme enfant de la ville. Cet immense terrain de jeu, où j’ai pu me lier d’amitié avec plusieurs autres jeunes, m’a permis d’être actif, allumé, ouvert et curieux. Il se passe toujours quelque chose de nouveau dans une ruelle.

Aujourd’hui, les parents sont beaucoup plus impliqués dans les jeux de leurs enfants. Ainsi, ils peuvent être d’une aide précieuse pour construire une glissoire qui soit plus qu’un simple monticule. L’entretien d’une patinoire est grandement facilité par leur implication et construire un château faisant rêver à la guerre des tuques devient possible.

Rien n’empêche les parents de s’inspirer des activités des ruelles vertes pour les répéter l’hiver venu… Les dîners pourraient être transformés en dégustation de chocolat chaud et les projections de films se poursuivre lors de la saison froide avec des courts métrages. Les seules limites aux nouvelles activités sont celles de l’imagination des enfants, de leurs parents et du voisinage! Les ruelles sont un des plus beaux secrets des gens de la ville, il serait bien d’en tirer profit à l’année.

Si Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension appuie maintenant officiellement la création de ruelles blanches, les autres arrondissements s’en tiennent toutefois à une politique de non-ingérence non-indifférence. Bien que partout on fasse respecter le droit des riverains à l’accès à leur stationnement, s’ils en déneigent l’accès… Rosemont–La Petite-Patrie offre une ligne téléphonique spécifique aux demandes concernant les ruelles blanches, le 514-727-6775 poste 905, mais vous reconnaîtrez qu’on est encore loin de la promotion active!

À l’heure où on parle de plus en plus de villes actives, d’engagement citoyen et de réappropriation de l’espace public, il me semble que les ruelles blanches devraient profiter du même effort de promotion que les ruelles vertes. On trouve d’ailleurs souvent, dans les ruelles vertes existantes, un noyau dur de riverains engagés qui pourraient être intéressés à prendre possession de la ruelle 4 saisons par année, moyennant un minimum d’accompagnement et de soutien. Avec 350 ruelles vertes sur le territoire, qui sait combien de ruelles blanches pourraient naître en une seule année si on s’y mettait sérieusement?

Les mouvements d’urbanisme éphémère, de bricolage urbain et de recyclage (de palettes de transport, entre autres) qu’on voit maintenant un peu partout en ville lorsqu’il fait chaud pourraient se transformer, l’hiver, pour nous inciter à vivre un peu plus notre nordicité. C’était d’ailleurs le cas, à l’hiver 2016-2017, avec La Petite Floride qui sert d’illustration à ce texte! Des aménagements simples qui montraient tout le potentiel de l’hiver…

C’est bien qu’on puisse profiter d’événements hivernaux comme celui-là, la Fête des Neiges ou la Nuit Blanche, qui nous font sortir dehors quelques jours, même par grand froid. Mais pourquoi ne pas aménager, avec nos voisins, un espace commun permettant de tirer profit de notre ruelle tous les jours de l’hiver? Ce serait un beau cadeau de Noël à se faire, non?

C’est toi ma Ville s’est associé au blogue Mes Quartiers pour créer une page Facebook dédiée aux amoureux de Montréal. Cliquez « j’aime » sur cette page et découvrez les textes proposés par nos deux blogues, en + d’un contenu original et exclusif!

Mes Quartiers et C'est toi ma Ville

Publicités