Publié par : cbernier | 30 juin 2017

Le MAC idéal

Si vous me suivez depuis la naissance de ce blogue, en 2010, vous savez que j’y publie régulièrement sur le thème des arts. Rien de compliqué, je ne suis pas un connaisseur. J’aime simplement vous partager ce qui est beau et ce qui ajoute du piquant à la vie urbaine. Mon tout premier texte parlait de ça, en prenant pour exemple Art souterrain. Quelques jours avant d’écrire ces lignes, je mettais aussi à jour mon texte Doubler le musée, initialement écrit en 2011, puisque le projet de réaménager le Musée d’art Contemporain (MAC) de Montréal débloquait enfin. J’ai rarement abordé le thème de l’art contemporain de front ici, c’est maintenant le temps 😉

J’aime l’art contemporain parce qu’il laisse libre cours à notre imagination, parce qu’il nous amène à lui trouver un sens, sans tenter de nous dire ce que nous devrions en penser, parce qu’il nous surprend très souvent. Montréal est chanceuse d’avoir eu le premier Musée d’art contemporain du Canada (1964) et, 25 ans après l’inauguration de son édifice actuel, de pouvoir compter sur un réaménagement qui lui fera gagner de l’espace. Du coup, il nous fera gagner la chance de voir un plus grand nombre d’œuvres.

Parce que c’est bien beau avoir un Musée d’art contemporain, encore faut-il qu’il soit plus qu’un lieu anecdotique dans la Ville. Et qu’il puisse plaire à l’ensemble de la population, pas seulement à un groupe hermétique de visiteurs. Avouons que c’est là le plus grand défi de notre Musée, qui manque cruellement d’espace…

Montréal compte de nombreux lieux de diffusion de l’art contemporain et plusieurs événements liés. On en voit dans nos rues et dans nos parcs avec la collection de la Ville, on compte de nombreuses galeries d’art et un impressionnant réseau de Maisons de la Culture (et autres organismes apparentés), puis il y a le Musée des beaux-arts de Montréal. Musée chouchou des Montréalais et des touristes, avec son million de visiteurs par année, l’institution est de calibre international. Sa collection d’art contemporain, plus consensuelle que celle du MAC, permet de s’initier plus facilement à cet art qui dérange parfois.

Mais la mission des deux institutions est différente. C’est au MAC que revient le défi de chercher ce qui est nouveau, de débusquer des tendances, de prendre des risques. Pour que le défi devienne sa force, il est grand temps qu’on lui donne de l’espace pour nous en mettre plein la vue. Voici donc quelques exemples de MAC du monde que j’ai eu la chance de visiter et qui m’ont fait rêver qu’un jour celui de Montréal rivalise avec eux.

Parce qu’ils osent, parce qu’ils offrent un espace d’exposition extérieur significatif et gratuit, parce qu’ils mettent en évidence la richesse de la culture locale, parce qu’ils ont su mettre en évidence des œuvres frappantes, pour l’architecture des lieux, les expositions temporaires magnifiques qu’ils offrent ou parce qu’ils sont un modèle pour tous les autres…

Intéressants Musées d’art contemporain du monde

Porto

Le Serralves Museum of Contemporary Art est situé au milieu d’un grand parc, en partie dans une demeure Art Déco. La proposition est déjà intéressante! D’ailleurs, pour bien marquer le coup, une étonnante truelle nous attend dans l’entrée, pour rappeler qu’on entre dans un autre univers. La collection tient ses promesses, avec des œuvres surprenantes, comme celle avec des ballons gonflés à l’hélium…

Ou cette curieuse salle de projection de vidéos, très confortable.

Dans un cas comme dans l’autre, on ose, et on marque des points! C’est une des forces de ce musée.

Prague

Encore plus osé, le Kampa Museum entasse ses œuvres jusque dans l’escalier et les laisse déborder sur le terrain autour.

Babies de David Cerny

Babies, de David Cerny

Il offre à ses visiteurs un intéressant jardin de sculptures…

Et nous invite à renouveler notre regard sur la ville qui l’entoure.

La proposition de ce musée est des plus stimulantes! Le toit compte même une petite terrasse, qui invite à la contemplation, avant de retourner dans la débauche visuelle que le Kampa Museum propose au sein de ses murs.

Saint-Paul de Vence

Restons sous le thème du jardin. J’aime beaucoup découvrir des œuvres à l’air libre. C’est une des propositions que nous fait la Fondation Maeght, dans le Sud de la France, avec entre autres cette œuvre d’Alexandre Calder :

a Oeuvre de Calder St-Paul de Vence

Les jardins proposent de nombreuses œuvres d’artistes renommés, modernes et contemporains, comme les personnages élancés de Giacometti.

Et cette très particulière fontaine mobile ajoute un élément fascinant au jardin de la Fondation.

a Fontaine, de Paul Bury

Fontaine, de Paul Bury

La rue du Musée, agrémentée de sculptures par le Musée des beaux-arts de Montréal, est un autre exemple de jardin d’art contemporain réussi. Espérons que le MAC profitera de ses travaux, ou de ceux actuellement en cours à la Place des Arts, pour se doter d’un jardin à la hauteur de ses ambitions…

Buenos Aires

Il est trop à l’étroit, comme notre MAC, mais le Musée d’art latino-américain de Buenos Aires (MALBA) a su tirer son épingle du jeu en proposant des œuvres marquantes, qui témoignent d’une culture forte. Cet ancrage local compense largement la petitesse des lieux et nous permet de voir des œuvres différentes.

a Juanito Sleeping de Juanito Laguna

Juanito Sleeping, de Juanito Laguna

Donc certaines m’ont rappelé notre art populaire de patenteux…

a Sordidness serie Comic Monsters de Juanito Laguna

Sordidness, de la serie Comic Monsters, de Juanito Laguna

Et d’autres, certains courants artistiques de nos années 60.

a Sudamérica no 10 de Maria Freire

Sudamérica no10, de Maria Freire

Pouvoir comparer l’art d’ici et d’ailleurs est un grand plaisir, puisqu’il nous permet d’identifier ce qui fait de notre culture une culture unique. L’expérience est d’autant plus enrichissante qu’elle ne peut pas se répéter n’importe où dans le monde, puisqu’elle est ancrée dans une culture locale. Nos musées québécois l’ont bien compris et misent sur notre exception culturelle pour attirer. Ce n’est malheureusement pas toujours le cas dans d’autres musées d’art contemporain du monde…

Lisbonne

Au Centro de Arte Moderna (Calouste Gulbenkian Museum) j’ai aussi constaté l’influence de la culture locale sur l’art contemporain. C’était subtil, mais quand même. J’y ai découvert des artistes dont les œuvres ont moins voyagé, comme António Dias Charrua.

a Wave de António Dias Charrua

Wave, de António Dias Charrua

Encore une fois, j’ai pu voir des œuvres qui m’ont transporté dans le monde des bricoleurs de fond de ruelle.

Et j’ai souri en constatant que la politique inspire les artistes. Tout en voyant bien que la barrière de la langue pouvait expliquer pourquoi certaines œuvres voyagent moins que d’autres…

a Ministère des enquêtes et de l'innovation de Antoni Muntadas

Ministère des enquêtes et de l’innovation, de Antoni Muntadas

Malaga

Le minuscule Centre Pompidou de Malaga se retrouve dans ma liste, malgré sa petite collection de 70 œuvres, parce qu’il a su se positionner fortement en misant sur deux ingrédients très simples. Une grande installation très marquante comme œuvre centrale…

a Ghost de Kader Attia

Ghost, de Kader Attia

Et une série d’œuvres atypiques qui se démarquent des collections habituelles, ici des portraits assez humoristiques.

A Joella de Ed Paschke et The Morrocan de John Currin

Joella, de Ed Paschke et The Morrocan, de John Currin

Une vidéo du même genre, qui n’est pas sans rappeler nos Têtes à claques, agrémente aussi le Centre. Situé sur le bord de l’eau, le Centre Pompidou de Malaga a trouvé une façon de marquer les esprits, sans avoir à sa disposition une grande collection. C’est efficace.

A It's verry nice de Pierrick Sorin

It’s verry nice, de Pierrick Sorin

Miami

Le Perez Museum se retrouve dans ma liste à cause de son architecture. Situé sur le bord de l’eau, c’est vraiment un bel édifice. Les bancs qui font office de bac à arbres, de chaque côté du chemin vers l’entrée, sont magnifiques. Ils se sont d’ailleurs retrouvés dans mon palmarès des plus beaux bancs publics du monde.

À l’arrière du musée, face à l’eau, des chaises-balançoires permettent de relaxer en terminant la visite. Une œuvre d’art ludique qui mérite d’être soulignée. Un peu à l’image de nos 21 balançoires du Quartier des Spectacles…

a Netscape de Konstantin Grcic

Netscape, de Konstantin Grcic

Bien que la collection de ce Musée ne soit pas dans les plus intéressantes que j’ai vues, elle n’en compte pas moins quelques pièces d’intérêt, dont celle-ci.

a Western Sun de Mark Handforth

Western Sun, de Mark Handforth

New Delhi

La National Gallery of Modern Art n’a pas un bel édifice pour attirer les foules. Mais elle a eu le génie de produire une grande exposition temporaire sur l’œuvre de Subodh Gupta, l’étoile de l’art contemporain Indien, lorsque j’étais de passage à New Delhi.

a Dada de Sobodh Gupta

Dada, de Subodh Gupta

L’hallucinante exposition s’inspirait autant de la culture du pays…

a The Way Home de Sobodh Gupta

The Way Home, de Subodh Gupta

…que de ses problèmes sanitaires. Le clin d’œil sur la valeur d’une simple toilette méritait bien cette fascinante œuvre.

a Everything is Inside de Sobodh Gupta

Everything is Inside, de Subodh Gupta

Cette exposition témoigne de l’importance pour les musées d’art contemporain de soigner aussi leur calendrier d’expositions temporaires qui, à défaut d’être suffisantes pour faire venir de l’étranger un touriste, permettent aux amateurs locaux de profiter de rendez-vous exceptionnels.

Nice

Pour moi, le MAC idéal, c’est le MAMAC, le Musée d’art moderne et d’art contemporain de Nice, dans le Sud de la France. Presque tout y est! On y ose en exposant des œuvres surprenantes.

a La Tulipe de Arman

La Tulipe, de Arman

Un jardin de sculptures est offert aux visiteurs, mais sur le toit!

On y fait la promotion d’artistes locaux, comme Ben et son écriture si typique.

a La Cambra de Ben

La Cambra de Ben

Le musée compte aussi plusieurs œuvres atypiques:

a Portrait relief de Claude Pascal, Arman et Martial Raysse, de Yves Klein

Portrait relief de Claude Pascal, Arman et Martial Raysse, de Yves Klein

Et si l’architecture du musée n’est pas la plus facile à aimer, on s’en est servi à merveille lors de cet hommage à Alexander Calder, en 2013.

a Hommage à Alexander Calder MAMAC 2013

Hommage à Alexander Calder, de Arne Quinze

Et Montréal?

J’aime notre Musée d’art Contemporain, mais je souhaiterais qu’il profite de son réaménagement pour s’inspirer de ce qui se fait de mieux dans le monde. Qu’il laisse aussi plus de place à sa collection permanente, dont on ne peut voir que 1% actuellement! Qu’il décloisonne son jardin de sculptures, quitte à le rendre public. Qu’il nous fasse mieux connaître les artistes Montréalais. Et qu’il programme plus d’expositions temporaires intéressantes pour les néophytes. Ce musée mérite plus de visiteurs, un plus grand rayonnement et, pourquoi pas, un véritable agrandissement pour fêter son 75e anniversaire, en 2039, comme je le proposais dans mon texte Doubler le musée.

Si le sujet vous intéresse :

C’est toi ma Ville s’est associé au blogue Mes Quartiers pour créer une page Facebook dédiée aux amoureux de Montréal. Cliquez « j’aime » sur cette page et découvrez les textes proposés par nos deux blogues, en + d’un contenu original et exclusif!

Mes Quartiers et C'est toi ma Ville

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :