Publié par : cbernier | 21 avril 2016

Camouflage urbain

Que faire avec du mobilier urbain terne et encombrant? Comme ces boîtes électriques et autres armoires de métal (à l’usage souvent mystérieux) qui déparent plusieurs de nos parcs et trottoirs… Mais le déguiser, voyons! Ainsi, on peut redonner un peu de lustre à des espaces publics qui souffrent de la présence de cette nuisance. Comment? Voici 3 techniques intéressantes utilisées ici ou dans d’autres villes du monde :

Faire disparaître l’intrus

À Côte-Saint-Luc, on maquille maintenant certaines des boîtes électriques (et autres laideurs) qui sont sur le domaine public avec des motifs de camouflage. L’expérience donne de bons résultats, comme on peut le voir ci-dessous. Faux lierre, fausse fougère ou fausse clôture de bois, c’est l’environnement qui dicte le motif choisi.

Camouflage urbain Côte-Saint-Luc 1

Côte-Saint-Luc

Camouflage urbain Côte-Saint-Luc 4

Côte-Saint-Luc

L’ensemble est nettement plus agréable à l’oeil que des boites grises, avouez! Au Pays-Bas, l’artiste Roeland Otten est passé maître dans l’art de fondre de telle boite dans leur décor, comme le montrent les quelques photos disponibles ici. L’artiste photographie l’environnement tel qu’on le verrait si la boîte n’encombrait pas le paysage et colle ces photos sur celles-ci, pour les faire littéralement disparaître.

En Californie, l’artiste Joshua Callaghan utilise un procédé similaire, mais en ajoutant parfois des éléments à la photo, comme des fleurs, des bancs publics, etc. Une autre façon de rendre les boîtes électriques pratiquement invisibles…

Lancer un appel aux artistes

Si on peut noyer ces boites dans le décor, comme on vient de le voir, on peut aussi, au contraire, les rendre encore plus visibles. En faisant appel à des artistes, les boîtes grises peuvent prendre toutes sortes de couleurs et contribuer à colorer la ville… C’est le choix qui a été retenu sur le Plateau. Il y a encore peu de ces boîtes entièrement peintes, mais elles agrémentent vraiment bien les parcs où j’ai eu la chance d’en voir.

Camouflage urbain sur Laurier près de St-Laurent

Parc Saint-Michel sur le Plateau

Camouflage urbain dans le square métro Sherbrooke

Carré Saint-Louis

Il y a eu un projet très intéressant il y a 5 ans à Québec, qui nous permettait, entre autres, de croiser un coyote en plein quartier Saint-Roch. L’illusion était parfaite, comme vous pouvez le voir sur cette photo:

Camouflage urbain à Québec

J’étais loin de me douter qu’une trentaine d’œuvres étaient disséminées dans le quartier grâce au projet Artistique avenue de l’organisme ExMuro… Elles étaient bien là, maquillant la ville, pour nous surprendre au détour d’une promenade. Avoir su que le projet ne durerait qu’un an, j’en aurais fait le tour! Quoi qu’il en soit, l’initiative mérite d’être soulignée et pourquoi pas, copiée!

D’autres villes proposent des programmes artistiques de transformation de leurs boîtes électriques en œuvres d’art, comme Toronto et Brisbane (Australie). En Suisse, pour faire pratique, c’est un catalogue de photos de cartes postales qu’on propose aux villes pour recouvrir les boîtes électriques de l’entreprise SIG. Dans ce dernier exemple, on est loin du projet Artistique avenue de Québec, mais c’est quand même mieux que de les laisser ternes et grises.

Utiliser la créativité du Street art

À défaut de tels programmes, certains artistes du graffiti de Montréal ont fait la preuve de leur créativité en maquillant, à leur goût, certaines boîtes électriques de la ville.

Parc Lafontaine

Parc Lafontaine

Parc des Royaux

Parc des Royaux

Dans un effort plus structuré, les 15 boîtes électriques de la rue Das Floras, à Porto, ont été peintes par des artistes du Street art qui oeuvrent dans cette ville portugaise. La rue, très touristique, y gagne une touche de fantaisie des plus agréables, tout en offrant à la Ville une image de dynamisme et de créativité qu’on pourrait envier… N’avons-nous pas, ici à Montréal, deux des plus importants festivals de Street art au monde, avec UnderPressure et MURAL? À quand un tel projet sur Saint-Laurent ou Sainte-Catherine?

Camouflage urbain à Porto 2

Camouflage urbain à Porto 3

Pour voir d’autres images de la rue Das Floras, c’est par ici.

Inspiré par cette expérience avec le Street art, par les démarches artistiques conventionnelles comme celle de Artistique avenue ou par des efforts de camouflages présentées au début de ce texte, implanter à Montréal de telles façons de faire pourrait être agréable, non? Cela offrirait de petites touches de couleurs et d’art en ville qui pourraient créer toute une différence dans notre paysage urbain. Une forme d’acuponcture urbaine pour embellir et dynamiser nos quartiers… Après Côte-Saint-Luc et le Plateau, quel sera le prochain secteur de la l’île à organiser le camouflage de ses boîtes électriques?

Pour célébrer ses 6 ans, C’est toi ma Ville s’est associé au blogue Mes Quartiers pour créer une page Facebook dédiée aux amoureux de Montréal. Cliquez « j’aime » sur cette page et découvrez les textes proposés par nos deux blogues, en + d’un contenu original et exclusif!

Mes Quartiers et C'est toi ma Ville

 

Publicités

Responses

  1. Quelle bonne idée mais on est parfois vraiment en retard à Montréal. J’ai vécu il y a vingt à Genève en Suisse et ceci était déjà fait. De plus certaines étaient dessinées avec des événements historiques de la ville ou du pays. Mais je doute fort que l’on fasse ceci ici.

    J'aime


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :