Publié par : cbernier | 29 janvier 2016

Pour la relance du Quartier chinois

Depuis 2 ans, beaucoup d’efforts ont été consentis pour donner un peu de souffle au Quartier chinois. La rue piétonne qui le traverse a été entièrement refaite, de sympathiques bancs publics sont apparus, on a installé de nouveaux lampadaires pour faire un clin d’œil aux traditionnelles lanternes et on a ajouté deux magnifiques murales au quartier, qui compte aussi, sur la rue Saint-Urbain, deux murales en bas-relief de pierre fraîchement restaurés, Le roi Singe et Les sons de la musique. L’an prochain, ce sera au tour des quatre arches donnant accès au quartier et à la pagode de la Place Sun-Yat-Sen d’être remises à neuf. Elles ont déjà plus 16 ans pour les plus jeunes et jusqu’à 30 ans pour les plus anciennes…

Les lampadaires sont inspirés des lanternes

Les lampadaires sont inspirés des lanternes

Ces différents travaux permettront-ils au Quartier chinois, identifié ainsi depuis plus de 100 ans, de retrouver sa place dans la liste des quartiers où on aime aller? Traversé par une rue piétonne depuis 1981 mais sans véritable terrasse et sans bar ou resto qui s’ouvre sur la rue, désavantagé par une image vieillotte et ayant offert peu de nouveaux commerces aux Montréalais ces dernières années, il faut avouer que le Quartier chinois attirait de moins en moins. Le temps est venu d’en assurer la relance!

La pagode de la Place Sun-Yat-Sen, qui sera bientôt restaurée

Comment attirer plus de Montréalais?

En 2015, le Kyozon, un resto de la rue Crescent, a fermé ses portes. Le rapport avec le Quartier chinois? Ses cocktails! Ils étaient tous inspirés de l’Orient, utilisant du thé, du gingembre ou du Sake, et ils étaient excellents. Trouve-t-on l’équivalent dans le Quartier chinois? À ma connaissance, non. Je trouve cela d’autant plus surprenant que le Mal Nécessaire, un bar d’inspiration Tiki (donc des îles du Pacifique), s’y est installé, dans un sous-sol, avec beaucoup de succès. Il me semble clair que la demande pour de tels bars à cocktails, dans ce quartier, est assez forte pour soutenir au moins un ou deux nouveaux Kyozon…

Plus largement, c’est toute l’industrie du Nightlife qui est mal desservie dans ce quartier. Nommez-moi un bar pour aller danser? Une salle de spectacle? Un événement culturel du Quartier chinois? Il serait pourtant si facile d’y offrir des endroits et des événements distinctifs!

On y va aussi assez peu pour manger, alors que je suis sûr qu’il s’y cache de véritables petites perles de restos. Pourquoi ne pas créer un guide des restos chinois, visant à faire connaitre leurs spécialités? Vu de l’extérieur, il est difficile de déchiffrer ce que chacun offre. Pour ceux au sous-sol ou à l’étage, c’est pire. On a bien entendu parler du Orange Rouge, mais à part lui, difficile de se faire une idée sur l’offre gastronomique qui nous attend dans le Quartier chinois. Un guide à l’intention des Gweilos (les occidentaux) serait donc très utile…

Vue générale

Rue piétonne De la Gauchetière

Il serait aussi plaisant de trouver un salon de thé typiquement chinois dans le quartier. Mais aussi un bon endroit où aller boire un café… En plus des bars et des restos, ce serait un secteur qui pourrait facilement attirer les étudiants et les travailleurs.

Le quartier a profité de plusieurs travaux ces deux dernières années, mais je me suis toujours demandé pourquoi on n’y aménageait pas un petit parc pour rappeler que le Jardin botanique de Montréal abrite l’un des plus grands jardins chinois hors de Chine du monde. Il pourrait servir de prétexte pour annoncer les activités qui se déroulent au Jardin botanique, comme les Jardins de lumière. Il rappellerait aussi que ce jardin a été réalisé en 1990 grâce à l’apport du Service des Parcs de la ville de Shanghai (en Chine), en utilisant des matériaux chinois expédiés vers Montréal par plus de 120 conteneurs et assemblés sur place par 50 artisans chinois!

Jardin Chinois du Jardin botanique de Montréal

Jardin Chinois du Jardin botanique de Montréal

Comment attirer plus de touristes?

Montréal profite d’un jumelage avec la ville de Shanghai depuis 1985, soit depuis plus de 30 ans. Lors de son plus récent renouvellement, le maire de Montréal en profitait pour demander qu’en plus de la ligne aérienne directe entre Montréal et Pékin, inaugurée en 2015, on en ajoute une avec Shanghai.

Ce serait une belle occasion de faire rayonner différemment le Quartier chinois, en s’inspirant d’un courant majeur qui perce depuis quelques années en Chine et plus particulièrement à Shanghai: l’art contemporain. Pourquoi ne pas s’associer une fois de plus avec notre ville jumelle pour créer une vitrine nord-américaine qui fasse rayonner la culture et l’innovation provenant de la Chine, et de Shanghai en particulier? Après la création d’un des plus grands jardins chinois hors de Chine, pourquoi ne pas se doter du plus grand musée d’art contemporain chinois hors de Chine?

Exemple d'art contemporain chinois (Galerie de Hong Kong, en 2014)

Exemple d’art contemporain chinois (Galerie de Hong Kong, en 2014)

Shanghai compte au moins 5 musées de ce genre: le Museum of Contemporary Art, la Power Station of Art, le Doland Museum, le Rockbund Art Museum et le Long Museum. C’est sans compter le M50 District, un quartier d’ateliers d’artistes! Ce ne sont donc pas les institutions (avec lesquelles associer notre propre Musée d’art contemporain) qui manquent pour réaliser un tel projet!

Une telle vitrine de cette créativité, installée à Montréal dans le Quartier chinois, ne pourrait pas faire autrement que de devenir une attraction internationale, autant pour les Montréalais que pour les visiteurs. Et ça adonne bien, il y a un immense trou à combler au coin des rues De la Gauchetière et Saint-Laurent.

Emplacement de choix pour un futur musée d'art contemporain Chinois à Montréal?

Emplacement pour un futur musée d’art contemporain Chinois à Montréal?

Avec une attraction de cette importance, qu’il serait utile de coupler à un centre d’interprétation et un kiosque d’information touristique, le quartier se démarquerait de tout ce qui existe en ville. Un tel projet encouragerait de nouveaux créateurs et entrepreneurs à miser sur le Quartier chinois et sur ses signes distinctifs pour lancer leurs propres projets.

Le nouvel an chinois commencera le 8 février prochain. Selon certains, l’horoscope chinois indiquerait que 2016, année du Singe de feu, offre une année propice aux imprévus, à la créativité et à l’audace. Ce serait l’année idéale pour lancer de nouveaux projets innovants, qui trouveront un terreau favorable à leur développement… La réalité rencontrera-t-elle l’astrologie cette année? Si c’est pour inciter les rêveurs, les créateurs et les entrepreneurs à oser redévelopper le Quartier chinois, pourquoi pas!

Pour en savoir plus sur l’histoire du quartier : Archives Montréal

Merci à MesQuartiers pour le soutien à la recherche, ayant permis l’écriture de ce texte.

Cette nouvelle murale de Gene Pendon et Bryan Beyung, qui fait partie de mon Top 25 des plus belles murales de Montréal https://cbernier.wordpress.com/2015/09/23/murales-le-top-25-de-2015/

Cette nouvelle murale (produite par MU et peinte par Gene Pendon et Bryan Beyung) fait partie de mon Top 25 des plus belles murales de 2015

Advertisements

Responses

  1. […] l’an passé, je soutenais le blogueur Carle Bernier-Genest dans l’écriture de son article Pour la relance du Quartier chinois, qui propose de nombreuses idées pour renouveler le secteur, dont la construction d’un musée […]

    J'aime

  2. Une idée pour aider à redynamiser le quartier chinois serait de piétonniser la rue Clark et inciter bar, salon de thé et resto à s’y installer. D’ailleurs il y en a déjà un ou deux mais la rue est un peu désolante.

    Il faut aussi densifier le quartier avec plus de population. Il y a pourtant beaucoup de terrains vacants qui mériteraient une meilleure utilisation autre qu’un stationnement.

    J'aime

  3. Intéressant. Je voulais aussi souligner que le « look oriental » du quartier chinois est en fait plus d’inspiration occidentale que chinoise (si il a été développé de la même façon que celui du Chinatown par excellence, celui de San Francisco). À cet effet, je recommande l’épisode 192 du podcast « 99% Invisible » (http://99percentinvisible.org/episodes).

    J'aime

  4. Excellent article mais, une petite correction s’impose; les 2 arches sur le boulevard Saint-Laurent ont 16 ans, elles ont été construites en 1999. Par contre, celles sur de la Gauchetière ont presque 30 ans et datent des années 83-84 environ. Bonne journée !

    J'aime

    • Merci pour le bon commentaire et pour la correction, que j’ai maintenant intégrée au texte 🙂

      J'aime


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :