Publié par : cbernier | 25 novembre 2015

Il fait beau dans le métro

Texte mis à jour en octobre 2016

J’ai dévoré le livre Métro : le design en mouvement, publié en 2011 par Dominion Modern. Abondamment illustré de photos d’époque et d’aujourd’hui, c’est un réel plaisir de le feuilleter. On y dépeint la qualité architecturale du métro de Montréal avec enthousiasme et conviction, ce qui ne peut que flatter notre égo de Montréalais.

Métro le design en mouvementLe livre propose, en plus, de mieux comprendre la conception du métro, avant même sa construction. Ainsi, on y apprend une foule de détails, comme la raison pour laquelle notre métro ne compte qu’un tunnel (comparativement à Toronto, par exemple, qui en a deux) ou pourquoi les pneus sont en caoutchouc (puisqu’ils permettent au métro de monter une pente beaucoup plus raide que s’il avait été sur rail). On nous y explique aussi que les tunnels ont été conçus comme de petites montagnes russes, pour tirer avantage de la gravité et faire économiser de l’énergie au métro, en profitant de la force d’impulsion! Déjà en 1966, notre métro prenait en considération des éléments de développement durable!

Bien pensé, notre métro mérite qu’on s’y intéresse un peu plus et qu’on redécouvre ses qualités. Il faudrait aussi reconnaître, malgré ses défauts et ses rénovations incessantes, qu’il est globalement l’un des plus beaux de la planète. Le livre n’aborde pas la question sous cet angle, mais ayant vu quelques dizaines de métro dans le monde, je peux en témoigner… Avec ce texte sur C’est toi ma ville, et en prenant prétexte du livre Métro : le design en mouvement, j’aimerais contribuer à vous en convaincre.

Voyons comment, en utilisant les mêmes chapitres que le livre.

Une architecture diversifiée

Notre métro se distingue des autres par la décision prise, dès sa construction, de confier chacune des stations à un architecte différent et d’y intégrer, autant que possible, une œuvre d’art, elle aussi unique. Quand on s’y attarde, le résultat est souvent spectaculaire.

Station de métro De LaSalle à Verdun

Station LaSalle

L’auteur nous raconte que Lucien Saulnier, à l’époque président du comité exécutif de la Ville, considérait qu’une grande ville se devait d’avoir un métro pour mériter son statut international. Avec Jean Drapeau, maire de Montréal, il a été la principale locomotive permettant au réseau initial du métro de devenir une réalité et ce, en moins de 5 ans! Le premier coup de pelle protocolaire aurait eu lieux le 23 mai 1962, sur le terrain de la station Jarry, et l’inauguration a suivie, en 1966. Une prouesse que nous aimerions bien voir se reproduire un jour prochain, pour l’expansion du réseau…

La diversité de nos stations, qui fait partie de l’image de marque de notre métro, l’a distingué dès ses débuts. Plusieurs médailles et prix lui ont été décernés lors de son inauguration, mais aussi lors du prolongement du réseau initial. Depuis, ce sont les palmarès qui ont pris la relève, permettant au métro de Montréal de rayonner dans le monde, comme en témoigne la reconnaissance, en 2011, de la station Champ-de-Mars comme étant la plus belle station de métro du monde entier, selon le guide Bootnall. Il y a aussi eu l’utilisation de photos des stations Champs-de-Mars et Saint-Laurent pour illustrer le texte Les plus belles stations de métro du monde dans Minutebuzz. Et le choix de Lonely Planet de faire connaître a station Namur (et son oeuvre gigantesque, ci-dessous) dans son livre 1000 choses à voir dans le monde et sur son site web. Autre exemple, l’utilisation des stations Namur et Papineau comme 2 des 32 stations de métro du monde qui méritent le voyage, selon TuxBoard. Avec leur slogan Update your pop culture, le choix de la station Papineau surprend, quand même.

Tous ces palmarès, et de nombreux autres, font connaître la métropole à des milliers d’étrangers, plaçant le métro de Montréal en tête de liste des plus beaux de la planète.

Station Namur

Station Namur

Des voitures modernes

Les qualités des voitures du métro ne sont plus à démontrer, puisque 50 ans après leur mise en service, les premières fonctionnent toujours, malgré leur remplacement progressif par les nouvelles voitures Azur.

La disposition des sièges en L, permettant de créer une ambiance plus intime que les longs bancs adossés au mur des wagons, est une des caractéristiques uniques des wagons de notre métro. L’éclairage, diffus plutôt que fourni par d’agressantes ampoules, ajoute à cette ambiance plus agréable qu’ailleurs. Ce sont tous ces petits détails qui créent une expérience impossible à vivre dans un autre métro du même âge que le nôtre. Ainsi, presque 50 ans avant les métros qui ont été construits depuis, celui de Montréal avait su améliorer sensiblement la qualité de vie de ses passagers.

Depuis quelques mois, les voitures Azur ont fait leur apparition, modernisant la flotte. Et tout le monde s’entend pour dire qu’elles améliorent notre expérience du métro: aération exceptionnelle, suspension plus douce, design intérieur bien étudié. Elles placent encore une fois la barre plus haute pour les nouveaux métros qui verront le jour ailleurs dans le monde dans les prochaines années.

voiture-azur-metro-de-montreal

Un graphisme intemporel

Comme les voitures, le graphisme utilisé dans le métro n’a pas vieilli, malgré ses 50 ans. Alors que les logos et les caractères utilisés en publicité sont régulièrement ajustés, ces éléments de notre métro sont restés pratiquement inchangés jusqu’à maintenant.

Une nouvelle signalétique est mise en place graduellement, au même rythme que l’arrivée des voitures Azur. Le lettrage « Univers » fait place à « Transit » et les majuscules font une nouvelle place aux minuscules. La couleur de la ligne de métro est systématiquement associée au nom de la station et une boussole est ajoutée sur le sol des sorties de station, pour améliorer notre sens de l’orientation… Plus utile: les sorties sont associées à une lettre, permettant de se donner rendez-vous plus facilement. Ce sont des détails, mais ils s’ajoutent aux autres qui rendent notre métro toujours plus attrayant.

Une galerie d’art souterraine

Parlant d’attraits, on n’en fait pas assez la promotion, mais notre métro est un véritable musée! Cette immense galerie d’art compte aujourd’hui près de 90 œuvres majeures, principalement en souterrain, mais aussi à l’extérieur des stations. Ce sont souvent grâce à elles si notre métro se retrouve sur les palmarès des plus belles stations du monde.

Au début, c’était principalement des dons d’entreprises qui finançaient les œuvres d’art qu’on ajoutait au métro. Une pratique qui s’est malheureusement perdue et qui pourrait, à l’aube du 375e anniversaire de Montréal et du 50e anniversaire du métro l’an prochain, être remise au goût du jour… Pourquoi pas? Certaines stations ne comptent toujours aucune œuvre d’art, il y a donc de la place pour que quelques mécènes se manifestent.

Entre temps, la STM a ajouté des capsules d’informations tout près de ses œuvres, permettant de connaître l’artiste qui l’a façonnée. Une bonne idée! D’autant plus qu’on y découvre tout un pan de l’histoire de l’art au Québec, permettant de voir les oeuvres de plusieurs grands artistes d’ici. Il serait bien de faire la même chose pour les architectes des stations, qui sont, eux aussi en quelque sorte, des artistes…

Capsules d'art dans le métro

Station Papineau

Prochaine station…

Après avoir abordé la construction, l’architecture, le graphisme et l’art dans le métro de Montréal, le livre Métro : le design en mouvement propose une intéressante visite de chacune des stations, « une célébration visuelle du fameux réseau de transport souterrain de la ville ». Cette visite des 68 stations du réseau est vraiment passionnante et conclu agréablement la lecture de cet ouvrage coloré.

Je me permets d’y ajouter la conclusion que j’aurais aimé y lire… Lorsqu’une nouvelle expansion du métro sera annoncée, il sera intéressant de voir comment elles s’insérera dans l’histoire de l’architecture et de l’art dont témoigne déjà le métro de Montréal… En effet, les premières stations ont été construite en s’inspirant du modernisme, la ligne bleu serait quant à elle post-moderniste et le prolongement vers Laval, en 2007, résolument contemporain. Oserait-on, lorsqu’on imaginera les prochaines stations, s’inspirer des stations futuristes de la récente extension du métro de Naples, en Italie? J’aimerais bien! Parce que pour garder notre statut dans la liste des plus beaux métro du monde, il faudra continuer à améliorer notre réseau et ne pas se laisser doubler par les nombreux projets d’extensions qui se construisent, aujourd’hui, dans des dizaines de réseaux de métro de la planète.

Voyez comme les nouvelles stations de Naples (2013) sont belles, brillantes, colorées :

Naples1

Métro de Naples, Italie

Naples2

Métro de Naples, Italie

Tu aimes le métro de Montréal et penses bien le connaitre? Le blogue YULorama te mets au défi, avec ce petit quizz.

Tu as apprécié mon texte? Voici ma série sur les transports:

Enregistrer

Publicités

Responses

  1. C’est juste plate que ça va prendre forever pour avoir les nouvelles voitures de Metro. Peut-être que si les employés du métro gagnaient un salaire raisonnable, on aurait les moyens d’avoir plus d’ouvriers sur l’assemblage des nouvelles voitures.

    30 $ de l’heure pour un changeur, en plus de la pension et des autres conditions, c’est pratiquement obscène.

    Ça serait cool aussi, l’air climatisé dans les voitures de Metro.

    Au prix qu’on paie, ca devrait faire longtemps aussi que le métro aurait du s’étendre. Pas mal plus que ce qu’on a dans le moment.

    J'aime


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :