Publié par : cbernier | 21 octobre 2015

La valeur cachée de nos eaux usées

On parle beaucoup, depuis quelques jours, du déversement de huit milliards de litres d’eaux usées dans le fleuve… Ça m’a rappelé les résultats d’une étude insolite, diffusée en début d’année, qui racontait que nos excréments sont de véritables mines d’or. Et si on changeait de perspectives pour imaginer des solutions d’avenir? Nos déchets d’aujourd’hui pourraient peut-être devenir nos ressources de demain. Ça peut sembler farfelu, mais certaines villes utilisent déjà leurs eaux usées comme ressource renouvelable…

Une mine d’or dans le caca

Selon l’étude insolite que j’ai lu en début d’année, les eaux usées produites par une population comme celle de Montréal pourrait contenir autour de 25 millions de dollars de métaux précieux et rares… Il semble même qu’il s’y trouve assez d’or pour rentabiliser l’opération! Bien que le tout ne soit qu’à l’étape de la recherche, il y a là une réflexion à faire : voulons-nous continuer à enfouir, rejeter dans le fleuve ou bruler pour 25 millions de dollars de métaux précieux ou rares, ou devrions-nous commencer à fouiller pour trouver les technologies utiles à récupérer ces sommes et ces ressources déjà disponibles?

Une des chercheures associées à ces travaux est Kathleen Smith. Une université montréalaise pourrait-elle devenir partenaire de ses recherches? Il y a là de nouvelles technologies à développer et toute une industrie à mettre en place, compte tenu que toutes les villes du monde pourraient, à terme, être intéressées à tirer profit de leurs égouts…

Notre usine de traitement des eaux usée est déjà la 3e en importance au monde, imaginez maintenant qu’elle soit connectée à une usine installée dans le secteur des raffineries, tout proche dans l’Est, qui traiterait le tout, en créant de l’emploi et en servant de source de revenus pour la ville…

L’énergie du pipi

Dans une autre étude, financée celle-là par la Nasa, on explique qu’il est possible de tirer de l’énergie de notre urine. Il serait donc théoriquement possible d’avoir une mini-centrale électrique pour desservir le futur complexe industriel de traitement de nos eaux usées…

Mieux, chaque maison pourrait disposer de son propre système de transformation de l’urine en électricité, comme l’a démontré l’expérience de l’Université de Bristol et d’Oxfam, qui ont développés un tel urinoir pour éclairer les toilettes des camps de réfugiés. L’université va maintenant plus loin, testant le dispositif pour l’éclairage de ses bâtiments!

La Ville de Bristol semble vouloir se positionner comme le leader international des recherches de ce genre, puisqu’on y teste aussi un autobus qui roule grâce aux excréments humains. On les transforme simplement en biocarburant… Cet autobus roule depuis maintenant un an, ce qui a permis de calculer qu’une personne rejette chaque année dans les égouts assez de matière première pour produire l’énergie nécessaire à faire avancer l’autobus de 60km. Avec près de 2 millions d’habitants, les Montréalais permettraient à de tels autobus de rouler 120 millions de km!

Au moins une autre ville fait rouler une partie de ses autobus ainsi, soit Stockholm.

Aussi farfelues que ce genre d’expériences puisse paraître, elles n’en sont pas moins une des solutions aux problèmes environnementaux grandissant des villes du monde. Il faut être particulièrement innovant pour s’attaquer aux questions taboues du traitement des excréments humains, mais ceux qui développeront les technologies permettant d’y arriver, et d’en tirer profits, sont assurés d’un bel avenir.

Au moment où l’Office de consultation publique de Montréal se penche sur les solutions qui existent pour réduire notre dépendance aux énergies fossiles, il y là matière à réflexion…

Aussi, sur le thème des énergies renouvelables non conventionnelles :

Vous avez apprécié cette lecture? Partagez-là! 😉

Advertisements

Responses

  1. J’ai justement déposé une motion au conseil municipal de Montréal sur la volarisation des boues d’épuration qui sera débattue mardi prochain.

    Valorisation des boues d’épuration : une occasion en or de créer une filière industrielle verte
    http://www.newswire.ca/fr/news-releases/valorisation-des-boues-depuration–une-occasion-en-or-de-creer-une-filiere-industrielle-verte-534596461.html

    J'aime


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :