Publié par : cbernier | 18 mars 2015

Poésie urbaine et Slam du bitume

Ce texte a été mis à jour en mars 2016

Le 21 mars est la journée mondiale de la poésie, le saviez-vous? Je m’imagine votre expression en lisant ceci… Oui, je sais, c’est un sujet « pointu », mais qui ajoute de la couleur à notre ville, alors j’ai le goût de vous inviter à prendre quelques minutes pour ajouter cette couleur, et celle du Slam -une des versions contemporaines de la poésie- dans votre vie.

La ville, et Montréal en particulier, est un terrain fertile pour la poésie. Ici, la nature offre tellement de facettes à exploiter : le fleuve, l’île, sa montagne… Nous vivons toutes les saisons, donc la pluie, la neige, le soleil et les couleurs changeantes s’expriment largement. L’artificiel nous entoure : de la tour aux souterrains et des matériaux divers aux nouvelles technologies… En plus, nous sommes au carrefour de tellement de migrations : celles des autochtones, des colons, et aujourd’hui, des immigrants. Ville d’Europe comme d’Amérique, notre Montréal est multiple!

Et pourtant, la poésie n’est pas si présente à Montréal… Il faut chercher pour la trouver. Il y a toutefois de nombreuses initiatives qui mériteraient d’être mieux connues des Montréalais. En voici quelques-unes.

Depuis de nombreuses années, le Plateau se targue d’être l’épicentre poétique de Montréal. Par le nombre de poètes qui l’habite, par les quelques monuments qui y sont érigé en l’honneur de poètes disparus (Émile Nelligan, Octave Crémazie, Félix Leclerc et du Roumain Mihai Eminescu) et par son histoire. C’est dans le Monastère voisin de la station de métro Mont-Royal que fut imprimée la première édition de l’œuvre d’Émile Nelligan… Toutes ces choses, je les ai appris en écrivant un texte pour le Journal Métro, en 2002, qui présentait la Maison de la Poésie.

Des festivals

Cette Maison, qui aimerait bien un jour passer de l’étape d’organisme à but non lucratif à celui d’édifice regroupant les poètes montréalais, organise depuis plus de 15 ans une foule d’activités, dont le Festival de la poésie de Montréal, qui se déroule autour de la station de métro Mont-Royal (du 31 mai au 5 juin 2016). En 2014, s’ajoutait au Festival, le Pavé Poésie, une initiative de l’Avenue du Mont-Royal qui revient cette année.

Pour ceux et celles qui préfèrent le Slam, un mouvement qui se développe à l’écart de la poésie, avec ses propres organisations, il y a différentes ressources, comme SlaMontréal. Une visite sur leur site nous en apprend d’ailleurs un peu plus sur cette pratique :

Né il y a plus de 20 ans à Chicago, le Slam dépoussière les soirées traditionnelles de poésie, dynamise le verbe et place la performance au premier plan. Genre oratoire à part entière, le Slam est devenu, partout où il s’est imposé, un phénomène médiatique et populaire. Et pour cause, confronté au public qui vote pour sa performance, le poète doit user de stratégies poétiques pour le mettre dans sa poche, et ce, sans le recours à aucun accessoire ni musique ni costume et dans un laps de temps n’excédant pas trois minutes au chrono.

Pour avoir une idée plus précise, les deux premières vidéos de mon texte Chanter Montréal mettent en vedette des Slameurs bien connus: Grand Corps Malade et le Montréalais Ivy.

D’autres initiatives

Tango pour Montréal

La Place Gérald-Godin, qui encadre la station de métro Mont-Royal, est ornée depuis 1999 d’un immense mur-poème, nommé Tango de Montréal. Le Plateau n’est toutefois pas le seul quartier à se démarquer côté poésie. Hochelaga-Maisonneuve a aussi son épicentre poétique, situé sur la rue Desjardins, au Sud d’Ontario : la Rue de la Poésie. On y trouve des affichettes à poème, des poèmes accrochés aux arbres, de l’animation régulière, et ce, depuis 2012. Ce « sentier poétique » profitait en 2015 d’un autre mur-poème, œuvre de Tony Tremblay (malheureusement disparu avec la réfection du mur) mais vise toujours à mettre en valeur les artistes du quartier. Stratégiquement bordée à l’Est par la Maison de la Culture et à l’Ouest par la bibliothèque, la Rue de la Poésie est un carrefour incontournable pour les amateurs du genre, comme pour les curieux:

Rue des Poètes

J’aimerais bien avoir plus de ces murs-poèmes à Montréal…

L’ouverture récente de la bibliothèque Marc-Favreau, dans la Petite-Patrie, est aussi à mettre dans la liste des initiatives qui valorisent la poésie urbaine. Qui de mieux que Sol, ce clochard poète, pour personnifier cet art? Et pour souligner qu’entre le poème conventionnel et le Slam, il y a de multiples univers poétique susceptible de nous charmer…

J’ai aussi découvert, en 2015, la Médiathèque littéraire Gaétan Dostie, une maison patrimoniale de la rue de la Montagne, inconnue du grand public, mais préservant notre « histoire poétique » à travers livres, vidéos, affiches et oeuvres d’art. Comme on le voit dans cette vidéo, c’est un endroit qui mériterait plus de publicité! Et de soutien… N’ayant pas accès aux subventions du gouvernement, le site web montre bien que cette immense entreprise est menée essentiellement par des bénévoles…

Le Président poète

Montréal a la chance de compter, parmi ses élus municipaux, un poète actif : Frantz Benjamin, aujourd’hui Président du conseil municipal. Celui qui n’arrêtera jamais d’écrire, dit-il dans cette entrevue, a déjà plusieurs recueils à son actif, dont le fascinant livre collectif Montréal vu par ses poètes (2006). Regroupant plus de 40 poètes et autant de poèmes urbains, jouant sur tous les terrains fertiles de la ville et utilisant des représentants de toutes les migrations qu’a connu Montréal, on peut y lire un condensé de ce qu’était, de ce qu’est et de ce que sera notre ville.

Le Président est aussi un ardent défenseur de la poésie urbaine, comme en a fait foi l’accueil dans le Hall de l’Hôtel de ville, du 19 au 28 mars 2015, de 12 X Montréal, une exposition qui a permis à 12 jeunes de nous présenter leur regard sur notre ville, en poésie et en photographies. Ce projet a été réalisé avec le Poète de la Cité, Martin Thibault (Bertrand Laverdure lui a succédé depuis). Parce que, croyez-le ou non, après plusieurs villes anglo-saxonnes, Montréal a été la première ville francophone à se donner un « poète officiel », nommé par le son Conseil des Arts!

Grâce à l’ensemble de ces actions, la poésie se fait une place à Montréal. À l’aube de la prochaine journée mondiale de la poésie, j’espère vous avoir donné le goût d’explorer cette facette de notre ville et d’ajouter cette couleur à vos vies.

Montréal n’a jamais cessé d’être fondée. Chaque nouveau venu y ajoute une pierre.

– Extrait du poème Montréal, ma ville de Naïm Kattan, Montréal vu par ses poètes

Montréal vu par ses poètes

Enfin, s’inspirer d’ailleurs…

Lors de voyages, j’ai aussi croisé un poème-pochoir qui m’avait marqué et, dans une ruelle, une corde-à-poèmes inspirante. Deux éléments à intégrer à nos ruelles vertes? Des initiatives équivalentes existe-t-elles à Montréal? Je ne le sais pas… Et vous, où avez-vous croisé de la poésie urbaine la dernière fois?

Pochoir Zalez Toulouse

Ce matin l’automne / dans le miroir / le visage de mon père

Strasbourg Corde-a-poèmes

Advertisements

Responses

  1. Il faut aussi connaître La fée du Mile End (Patsy Van Roost) et toutes ses interventions poétiques. Elle sera sur la terrasse du Musée du costume et du textile du Québec samedi le 4 juillet à 14h pour présenter l’activité Impressions sur terrasse du MCTQ. (Voir MCTQ.ORG).

    J'aime

    • Merci de l’information, je la partage sur Twitter 🙂

      J'aime


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :