Publié par : cbernier | 9 décembre 2014

L’odeur de la ville

Il y a quelques mois, l’article Montréal no 5 – du pif pour trouver l’odeur de la ville, a retenu mon attention. On y disait:

« la métropole a cette mystérieuse odeur de sacré, conférée par l’encens, la cire à plancher et les lampions des églises »…

C’était assez loin de ma propre expérience! Alors je me suis posé la question : pour moi, quelle est l’odeur de Montréal?

Je me suis rappelé qu’adolescent, j’avais été marqué par un passage répété dans les livres de science-fiction d’Isaak Asimov. Il soulignait souvent, lorsque ses personnages arrivaient sur une autre planète de l’Empire Galactique, que celle-ci avait une odeur marquante. Désagréable la plupart du temps, rarement séduisante. J’avais trouvé que cette anecdote donnait du réalisme à ses récits, puisque j’avais remarqué que les lieux ont leur odeur particulière. Mais Montréal?

J’étais encore trop confus pour répondre à la question. Jusqu’à ce qu’un soir, en revenant à la maison, l’odeur caractéristique de l’usine de levures Lallemand me saute au nez. Détestée par un grand nombre de personne, elle est pour moi associée à l’été de mes 16 ans. J’avais passé plusieurs semaines dans ce secteur et j’en garde, aujourd’hui encore, de très bons souvenirs… Ainsi, chaque fois que l’usine transforme l’air du quartier avec ses odeurs de levures, une douce nostalgie s’y mêle et renforce mon attachement à celui-ci, d’autant plus fortement que je vis encore une fois une période merveilleuse dans les alentours du métro Préfontaine.

Cette anecdote m’a permis d’identifier ma réponse à la question « quelle est l’odeur de Montréal? ». Il y en a plusieurs, selon les lieux qu’on aime fréquenter… Et selon le sens qu’on veut bien leurs donner! C’est ainsi que, contrairement à plusieurs de mes voisins, moi, j’aime bien l’odeur de levure d’Hochelaga. Et vous, quelle est l’odeur de votre quartier? Désagréable ou séduisante?

Voilà pour les odeurs qui caractérisent un territoire, mais il y a plus. On peut aussi choisir l’odeur que l’on veut donner à notre ville… Passer devant une boulangerie est un bon moyen de privilégier certaines odeurs. Pour ma part, c’est à la fin mai que je donne à la ville l’odeur que je veux, en m’arrêtant à pratiquement tous les lilas qui sont sur mon chemin. Cette fleur, qui est pour moi un symbole de la ville, me séduit année après année, depuis que mes parents me l’ont fait découvrir au Jardin botanique. Montréal n’est peut-être pas une forêt de lilas, mais il y en a ici un nombre appréciable! Alors j’en profite.

Notre rapport aux odeurs a aussi un impact inconscient sur notre rapport à la ville, ce qui fait dire à l’auteur du blogue Smell the City qu’il faudrait apprendre à utiliser les expériences olfactives dans l’aménagement des lieux publics! Plus près de nous, la chercheuse Natalie Bouchard propose elle aussi d’utiliser les odeurs dans l’aménagement de la ville… Pour le choix des matériaux (le piéton préfère-t-il l’odeur de l’asphalte ou du béton?), comme pour celui des plantations (sapin, arbres à fleurs ou feuillus?). Ainsi, on pourrait rendre encore plus agréable certaines places, en prenant en compte ce sens qu’on oublie pratiquement toujours en urbanisme.

Si la question « quelle est l’odeur de la ville? » apparaît simple, les réponses le sont moins. Curieusement, c’est pourtant une question que peu de gens posent, comme je l’ai constaté lors de la recherche que j’ai effectué pour écrire ce petit texte. Que ce soit du côté des blogues ou des médias plus traditionnels, le web n’offre que peu de pistes pour creuser le sujet… J’ai quand même trouvé ce petit témoignage, qui date de bientôt 10 ans, mais que je veux partager avec vous 😉

Bye bye Paris, bonjour Montréal – 6 septembre 2005:

L’odeur de Montréal

Je n’ai pas visité tant de villes que ça, mais quand même, Montréal est la première grande ville où j’habite qui sente les foins! Je parle pas d’herbe qui fait rigoler, et ce n’est pas non plus une métaphore sur la possible ressemblance entre Montréal et la cambrousse. Non vraiment, simplement, ça sent les foins. Il n’est pas rare d’avoir des grands talus pas vraiment entretenus le long des rues, et récemment l’herbe a été coupé dans un de ces talus pas loin de chez moi. Donc quand je passe devant, je respire à plein nez, me remplis les poumons, et vole ces quelques parfums d’herbe coupée qui languit au Soleil. Ça change de l’odeur des pots d’échappement!

 –

Pour poursuivre votre découverte des parfums de Montréal, je vous suggère cet article, publié en 2009 dans La Presse, où Thierry Wasser, parfumeur, « sent » notre ville.

Advertisements

Responses

  1. Comme tu dis, il y en a tant! L’odeur de la forêt au Parc du Mont-Royal, l’odeur des bagels, l’odeur particulière des pneus du Métro, voire même l’odeur du fleuve!

    Aimé par 1 personne

  2. Une grande majorité d’amis qui viennent visiter Montréal sont surpris par l’odeur de bouffe, de gras, a plein nez les saveurs de cuisine. Les nombreux restaurants cuisinent cette odeur.
    l’été l’odeur de l’eau s’évaporant après un orage de chaleur.

    Aimé par 1 personne


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :