Publié par : cbernier | 14 octobre 2014

Mes limousines

Je dis souvent à la blague que j’ai une foule de limousines en ville, qui peuvent passer me chercher n’importe où, à n’importe quelle heure… Et que je les préfère bleues.

À la lecture du texte À ceux qui croient que l’autobus n’est bon que pour les pauvres… du blogue Survivre à Québec, je me suis dit que c’était là un texte que j’aurais aimé écrire.

En prenant l’autobus, je fais aussi le choix d’être libre. Marcher et pédaler me garde en forme. Je n’ai pas peur de marcher un kilomètre avec deux sacs d’épiceries et cette énergie me permet de grimper des montagnes, bref d’aller où je veux. … je peux fréquenter la ville librement sans devoir inévitablement retourner à ma voiture pour la récupérer.

À la réflexion, je vais l’écrire mon texte, moi aussi, puisque ma vision du transport en commun est complémentaire de celle décrite dans celui du blogue Survivre à Québec (allez le lire au complet, il est vraiment bon!).

Savoir nommer les choses

En 2011, lorsque la STM avait lancé son concours pour nommer les futures rames de métro (que nous devrions commencer à voir sous peu) j’avais soumis le nom « Limo ». Pour moi, c’était celui qui permettait le mieux de revoir la perception des usagers sur notre métro, en leur rappelant qu’ils profitent d’un véhicule avec conducteur, disponible et confortable, qui les laisse libre de somnoler ou de lire, sans trop se préoccuper du trajet. Le nom retenu a plutôt été Azur…

Depuis un mois, la STM a quand même fait un pas dans la bonne direction, avec sa campagne « 100% plus libre », qui rappelle certains avantages indéniables du bus et du métro.

visuels_lire  visuels_stationnement

Évidemment, rien n’est jamais parfait, mais entre chercher un stationnement, devoir aller au garage, faire le plein continuellement, subir les embouteillages et avoir peur de vivre un accident au volant de ma voiture, je préfère laisser toutes ces responsabilités à mes chauffeurs désignés de la STM.

Avec les taxis et les bixis en complément, tous mes besoins de déplacements sur l’île sont couverts! Sur l’île… Car il faut avouer qu’il est un peu plus difficile de gérer mes déplacements en région. Hors de l’île, les « limousines » se font plus rares… Il faut parfois redevenir conducteur, ou en trouver un par nous-même.

Et pourtant, je réussi toujours à me débrouiller. Ici, mais encore plus en Europe. Un voyage dans le vieux continent montre à quel point un réseau de transport en commun peut être développé pour permettre de parcourir n’importe quelle région, qu’elle soit éloignée, en montagne, en pleine mer ou inaccessible par la route, il y a toujours un moyen de s’y rendre. C’est toujours une expérience fascinante.

Mais revenons à mes limousines en ville. Je les aime aussi pour une raison pratique : c’est grâce à elles si je peux voyager! En effet, le CAA rappelle année après année que les gens sous-estiment le coût annuel d’une voiture personnelle. Une voiture compacte coûte en moyenne 9500$ par année… Ma Carte OPUS, moins de 875$. Je libère donc des milliers de dollars qui me permettent de découvrir le monde en toute liberté.

Alors, ici comme ailleurs, je préfère toujours voyager en limousine 😉

Série de textes sur le transport:

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :