Publié par : cbernier | 20 août 2014

Des aéroports extraordinaires

Texte enrichi en août 2015

Mes voyages m’ont permis de voir plusieurs aéroports, depuis mon premier vol il y a plus de 20 ans. Bien qu’on dise que tous les aéroports du monde se ressemblent, il y en a certains qui se démarquent par de petits détails à l’intérieur, quelques-uns qui osent une architecture audacieuse et de très rares qui s’ouvrent sur l’extérieur… Je vous propose un tour du monde de ces aéroports qui ont su se démarquer suffisamment pour se retrouver dans mes carnets de voyage, agrémenté de mes rêveries pour voir notre aéroport briller parmi les plus beaux de la planète. Prêts pour le décollage?

Première escale : l’intérieur

Ce qui crée le plus l’impression que tous les aéroports sont pareil, c’est leur intérieur. La sécurité, le « Duty free » à l’arrivée dans la zone internationale, les mêmes boutiques de luxe, les mêmes comptoirs-lunchs ou presque. Mais de plus en plus d’aéroports cherchent à se démarquer, ce qu’on fait aussi à Montréal. L’arrivée de la microbrasserie Archibald (de Québec) en est une des démonstrations, tout comme le comptoir de produits de l’érable, même s’il verse trop dans le folklorique. Cette volonté de prolonger l’expérience du voyageur, même à l’intérieur de l’aérogare, est une des belles façons de se démarquer. La gastronomie québécoise offre tout un potentiel de ce côté…

À l’inverse, l’aéroport de Hong Kong m’a surpris par son désir de me faire sentir chez moi, alors que j’étais en Asie. En effet, mon dernier repas dans cette ville s’est fait dans un restaurant de l’aérogare qui avait au menu des plats de partout, dont notre poutine! Il fallait oser! Quelle que soit la stratégie, ce qui compte, c’est de marquer le voyageur avec une offre unique. J’ai été touché de trouver de la poutine à l’autre bout du monde et j’entends bien profiter du Archibald lors de mon prochain départ de Montréal.

Le design intérieur est aussi une tendance forte des rénovations d’aérogare. Les grands divans ont fait leur apparition à plusieurs endroits, tout comme de petits détails qui font sourire. Par exemple, la signalisation des toilettes. Comme une image vaut mille mots, voici la photo des portraits géants (du plancher au plafond!) indiquant l’entrée des toilettes de New Delhi et le pictogramme joliment adapté d’Honolulu :

DSCN2268 DSCN1548

Nous avons la chance d’avoir, à Montréal, le siège de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI). Des panneaux historiques installés à Honolulu m’ont fait penser qu’il y aurait là une autre idée à exploiter… Pour faire rayonner la présence de cette agence de l’ONU à Montréal, pourquoi ne pas produire une exposition sur le thème de l’aviation civile pour notre aérogare? Et souligner la présence des autres agences de l’ONU à Montréal, par la même occasion?

Autre initiative très simple, mais tellement plaisante pour les voyageurs, l’aéroport de Miami a disséminé un peu partout des chaises berçantes! Réconfortantes, elles nous permettent d’attendre comme si on était chez notre grand-mère… J’ai adoré.

Chaise berçante aéroport de Miami

Deuxième escale : le bâtiment

Ils sont très rares les aéroports qui n’ont pas l’air d’une boite à chaussure vu de l’extérieur. Montréal n’échappe pas à la règle, malheureusement. Toutefois, de petits aéroports régionaux montrent qu’il est possible de jouer d’audace quand vient le temps de rénover ou de construire un nouvel édifice.

Pour cacher sa « boite à chaussure », l’aéroport de Split, en Croatie, s’est installé un ingénieux système de parasols qui fait office de marquise. Cet accueil fait sensation chez les voyageurs et fait oublier qu’on se trouve dans un minuscule aéroport. Beaucoup plus exubérant, l’aménagement d’une gare de TGV à même l’aéroport de Lyon a créé un des plus beaux édifices du genre à mon avis. La configuration de l’ensemble, qui évoque un oiseau, est spectaculaire. Si vous avez lu mon texte L’architecture comme moteur de développement, vous savez que je rêve qu’on se dote de plus d’édifices marquants. Notre aéroport pourrait-il y contribuer?

DSCN7299 DSCN4229

Troisième escale : l’extérieur

Tous les aéroports du monde sont des lieux fermés, climatisés, des cages de verre. Tous? Hé bien non! Il y en a qui résistent, dans le Sud, et qui nous donnent accès à un café-bistro sur le toit, comme à Malte, ou qui peuvent être beaucoup plus impressionnants, comme la cour intérieure de l’aéroport d’Honolulu. En effet, le grand jardin que l’aéroport international d’Hawaï offre à ses touristes est une pure merveille. Dans une grande cour triangulaire entourée de bâtiments de l’aérogare, en zone internationale donc à quelques pas de notre avion, on nous offre de prendre un dernier bain de soleil, au milieu d’une forêt luxuriante d’un côté, ou d’un jardin zen de l’autre. Fantastique! Tellement qu’on en vient à avoir peur de manquer notre avion.

DSCN9170 aDSCN9171

Je vous entends penser : « oui, mais nous, il y a l’hiver! » Évidemment, mais loin d’empêcher l’aménagement d’une cour intérieure à l’aéroport de Montréal, ce changement de saison en ferait une attraction différente à chaque passage. J’ai déjà lu un texte très intéressant sur l’aménagement d’une cour pour qu’elle soit à son meilleur chaque saison, profitant des feuilles rouges et jaunes l’automne, de conifères remplis de neige et d’arbres à petits fruits persistants l’hiver… Avouez que ce serait agréable de pouvoir sortir au grand air, lorsqu’on attend notre vol!

Un partenariat pourrait peut-être être établi avec Espace pour la vie (et plus particulièrement le Jardin botanique) pour aménager une telle cour intérieure? D’autres institutions pourraient être intéressées à faire rayonner leur savoir-faire dans ce nouvel espace. Montréal est une ville UNESCO de design, pourrait-on penser à un mobilier spécifiquement conçu pour la cour? L’idée serait de mettre en valeur certains aspects de notre ville, peut-être méconnus, comme je l’écrivais plus tôt au sujet de l’OACI… Ainsi, en plus d’un espace vert au cœur de l’aérogare, on gagnerait une vitrine exceptionnelle sur les atouts de Montréal.

Arrivé à destination : en route vers la ville

Toutes ces idées ne nuiraient sûrement pas à aller chercher de nouvelle part de marché pour notre aéroport, à lutter contre la concurrence des voisins et pourquoi pas, à convaincre des compagnies à offrir de nouveaux vols directs au départ de Montréal…

Pour avoir un aéroport extraordinaire, il faudrait aussi penser au trajet qui nous permet de nous y rendre, ou d’en partir. Il y a peu d’endroits sur la planète où ce trajet se fait dans un décor agréable, mais ce n’est pas une raison pour ne pas faire mieux! Plus d’arbres et de verdure en chemin feraient déjà une grande différence. Si on y ajoutait quelques murales, comme il s’en fait tant en ville depuis un an, on pourrait transformer l’expérience de nos visiteurs. « Concevoir une entrée de ville de prestige » à cet endroit est d’ailleurs un projet du Plan d’urbanisme de la Ville. Il y a aussi eu 12 visions d’aménagement qui ont été développées en 2011, dans une démarche mise en place par la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal. Il est évident qu’on trouverait là une mine d’idées pour que notre aéroport se démarque suffisamment pour mériter, à son tour, de se retrouver dans les lieux impressionnants décrits dans les carnets de voyage des touristes de passage à Montréal…

En complément, La Presse présente d’autres exemples d’aéroports extraordinaires dans son texte Un jardin dans le terminal.

Advertisements

Responses

  1. Merci pour cet article Carle. Moi ce que j’aime, c’est les petits aéroports, peut importe le design, je l’avoue. Prendre l’avion à Whitehorse c’est un charme. Même chose dans de plus petites villes d’Europe, Nantes, Bâle, Vilnius, Tallinn, Palanga. Dans les grands aéroports, c’est le tumulte, tout le monde se bouscule, le personnel est débordé. De la porte 2 à la porte 98, on s’épuise, et on peine à apprécier le design.

    J'aime

  2. Excellentes idées! J’aime beaucoup l’idée des murales le long de la route menant au centre-ville. J’ajouterais le divertissement. Nous passons souvent des heures d’attente dans les aéroports, comment se fait-il que le seul divertissement offert soit le shopping? Montréal, ville de festivals, de culture, de musique et de créativité peut faire mieux. Une salle de projection présentant de courts concerts captés aux Franco ou festival de jazz, ou des spectacles de Juste pour rire, des oeuvres d’artistes visuels, des jeux vidéos sur grand écran.

    J'aime


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :