Publié par : cbernier | 13 août 2014

En libre service

Cet été, Montréal vibre aux projets en libre-service. Bibliothèques citoyennes, pianos publics et autres initiatives se multiplient sur le territoire de l’île, permettant de penser qu’un véritable mouvement est en train de prendre forme. Pour l’instant dans le domaine culturel surtout, mais pourrait-on penser que de tels projets pourraient être développés dans d’autres secteurs? Certains visionnaires sont déjà à pied d’œuvre pour diversifier le monde du libre-service à Montréal…

BiblioAngusCe mouvement a commencé à m’intriguer il y a deux ans, quand j’ai publié le texte Les biblio-cabines, sur des cabines téléphoniques transformées en bibliothèques de quartier à Londres et à New-York. L’an dernier, une initiative citoyenne d’assez grande envergure voyait le jour dans Rosemont, démontrant que l’idée ne germait pas seulement ailleurs. Partager ses lectures avec les voisins a pris encore de l’ampleur cette année, avec une douzaine de nouvelles bibliothèques libre-service dans Rosemont seulement.

BiblioRosemont

Des projets similaires naissent un peu partout sur l’île, comme à LaSalle, où une autre mobilisation citoyenne a mis en place de telles bibliothèques libre-service : le projet Micro-biblio.

Hochelaga-Maisonneuve a aussi ses bibliothèques extérieures, sur rue ou dans une ruelle verte. Quartier habitué au troc et à la réutilisation, plusieurs personnes y placent aussi de petits objets utilitaires ou décoratifs, ajoutant un aspect intéressant à ces points de rencontre du voisinage. Dans ce quartier et dans Mercier, le quartier voisin, les initiatives sont plutôt portées par des individus.

RuelleHochelaga BiblioHochelaga

L’arrondissement Côte-des-Neiges Notre-Dame-de-Grâce y est allé, de son côté, d’une initiative carrément mise en place par les pouvoirs publics. Ses boites à livres se retrouvent à une douzaine d’endroits, offrant autant d’occasions de faire de belles découvertes. Ce sont donc pas moins de 5 arrondissements (Outremont en a aussi), et peut-être déjà d’autres, qui ont vu apparaître des bibliothèques libre-service sur leur territoire. Et chez vous, c’est pour quand?

BiblioCdNNdG2

Le troc aussi se met au libre-service

L’ancêtre de ce mouvement à Montréal est peut-être le Givebox, apparu en 2012 devant l’épicerie Latina dans le Mile-End. C’est une sorte d’armoire ou de garde-robes installée sur le terrain du commerce, où les gens peuvent laisser n’importe quoi. Plus massive qu’une petite boite pour livres, elle demande plus d’entretien et ne semble pas avoir réussi à s’implanter ailleurs en ville, exception faite de la très sérieuse Free Shit Verdun, dans le quartier du même nom.

Dans un texte paru en avril dernier, Partager, c’est consommer mieux!, le Devoir nous apprenait qu’une boite à don avait été installée à l’intérieur de la tour à condos Quartier 54, dans Rosemont. Cette initiative, réservée aux copropriétaires, ouvre toute une autre perspective sur les potentiels des boîtes à dons… À l’intérieur, il est plus facile de la garder en bon état et propre. Nos hivers sont rudes pour la Givebox!

Pianos en liberté

Le climat montréalais n’est pas non plus, de prime abord, favorable aux pianos urbains. Et pourtant, ils prolifèrent depuis leur apparition sur le Plateau, en 2012. Cet été, ils sont 8 arrondissements, comprenant Pierrefonds-Roxborro et Saint-Laurent, à offrir cet instrument public dans leurs rues. La moitié des arrondissements de Montréal! J’ai croisé 3 fois des pianos utilisés et chaque fois, je me suis étonné de la qualité des pianistes… La musique en libre service, il fallait y penser!

C’est l’artiste Luke Jerram qui est l’initiateur de ce mouvement, qui, au départ en 2007, était une simple installation artistique nommée Play Me, I’m Yours. Aujourd’hui, le mouvement est planétaire, avec près de 50 villes participantes. Curieusement, Montréal et Québec (qui s’est joint au mouvement cet été), ne sont pas sur la liste disponible sur son site web… Il faudrait y remédier!

Ce qui n’empêche pas le Plateau de continuer à innover autour de cette idée, puisque le mercredi 20 août prochain, à midi, on ambitionne que tous les pianos publics de Montréal soient utilisés pour chanter Tout le monde en même temps, de Louis-Jean Cormier, au même moment.

DSCN4213

Même l’agriculture urbaine!

J’ai déjà abordé le sujet des arbres fruitiers en ville. Ce serait une autre façon de multiplier les initiatives de libre service à Montréal. J’y donnais l’exemple du verger en libre service d’une ville française et du projet de Forêt comestible de la ville de Paris. Nous n’avons encore rien de similaire dans les parcs de la métropole, malheureusement.

Mais sur les terrains privés des Montréalais, c’est autre chose! Car les propriétaires d’arbres fruitiers et d’arbres à noix savent bien que la récolte est trop généreuse pour eux. Pour réduire le gaspillage, l’organisme Santropol Roulant a mis sur pied le projet Les Fruits défendus, qui vise à partager les fruits urbains. Leur territoire d’intervention se concentre sur le Plateau et Rosemont-La-Petite-Patrie, en plein cœur de l’île, démontrant tout le potentiel de cette idée… Après la cueillette, les fruits d’un arbre sont divisés en trois parts égales : une pour le propriétaire de l’arbre, une pour un organisme de sécurité alimentaire et la dernière, partagée entre les cueilleurs bénévoles.

Un projet similaire existe aussi dans l’Ouest de l’île, nous apprend Agriculture urbaine Mtl.

Les légumes en libre service ont aussi fait leur apparition très récemment dans Hochelaga-Maisonneuve. Une quinzaine de bacs bleus sont apparus dans le quartier, indiquant « Légumes à partager »… Une initiative du collectif Chapeau, que nous présente Quartier Hochelaga sur son site. Après le jardin communautaire, très populaires, voici arrivé le projet « Planter partout » (c’est le nom de l’initiative).

Planter partout

Ajout d’avril 2015: S’ajoute à ces projets celui de « Le Fridge », un frigo communautaire, qui permettra de partager des denrées comestibles… Le premier sera installé au parc Montcalm (rue Papineau, près de Bélanger) et pourrait se multiplier rapidement si on se fie à l’expérience berlinoise, où on en compte une vingtaine.

Sans oublier…

L’idée du partage est aussi présente chez Île sans fil, qui offre aux Montréalais un accès sans fil gratuit à Internet dans plusieurs lieux publics, halls d’institutions culturelles, parcs et commerces depuis 2003. Permettre aux gens d’accéder à Internet gratuitement pourrait ainsi s’apparenter à un « Internet libre service » en ville…

Et je suis sûr que j’oublie d’autres exemples de projets libre service! N’hésitez pas à me les rappeler, en commentant ce texte 😉

À faible coût

Enfin, pour compléter ce tour d’horizon des projets en libre service que je connais, voyons ceux qui sont à faible coût.

Connaissez-vous le Distroboto? C’est pourtant un service implanté depuis 2001 à Montréal (maintenant aussi à Québec), dans 5 arrondissements et une dizaine de lieux… Mais j’avoue qu’il faut avoir l’œil pour les repérer, car il s’agit d’anciennes machines distributrices de cigarettes, qui, pour 2$, vous distribuent aujourd’hui de petites œuvres d’art! Soyez dépendants de la culture et offrez-vous des surprises! Car si on peut choisir notre « paquet » comme sur toutes les autres machines distributrices, ceux de Distroboto nous réservent toujours une surprise. Original!

Pour boucler la boucle de ce texte, pourquoi ne pas revenir aux livres? Bien qu’il y ait de plus en plus de bibliothèques libre-service à Montréal, dans l’arrondissement Sud-Ouest, on a choisi une autre avenue. Des livres sont disponibles, pour 1$, dans 3 Machin-O-livres. Ces anciennes machines distributrices, converties en 2012, sont remplies de livres vraiment intéressants. Situées près des piscines de l’arrondissement, elles font un clin d’œil aux rêves de lecture sur la plage…

Livres, pianos, fruits ou objets d’art, le mouvement du libre service est maintenant bien implanté à Montréal. L’habitude du partage se transmet dans la population, ouvrant de nouvelles perspectives à ceux et celles qui voudraient tenter de nouveaux projets… Et vous, bénéficiez-vous d’un de ces projets ou rêvez-vous d’en partir un nouveau?

Publicités

Responses

  1. Très intéressant et merci pour les blogs toujours d’actualité! Ces initiatives commencent à se répandre à l’extérieur de Montréal. Je pense entre autres à l’Arbre à lire de la ville de Sainte-Catherine (http://www.ville.sainte-catherine.qc.ca/_site/sainte-catherine/DOCUMENTS/2014/loisirs/50975_infostecath_V4_LR.pdf) ainsi que le piano publique dans le Vieux Sorel-Tracy…

    J'aime

    • Merci pour ces bons commentaires, c’est très apprécié! Il y a une foule d’initiatives intéressantes autours de Montréal aussi, c’est vrai! 🙂

      J'aime


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :