Publié par : cbernier | 17 juin 2014

Murales : le Top 20 de 2014

Depuis un an, les murales se sont multipliées à vitesse grand V à Montréal. Bien que la plus ancienne (toujours visible) date de 1972 et que le travail assidu, depuis plusieurs années, de l’organisme Mu a fait toute une différence, c’est maintenant la folie. Au moins la moitié des arrondissements de la ville font partie du mouvement et le festival MURAL, qui vient de terminer sa 2e édition avec succès, attire l’attention internationale sur cette effervescence. Victime de cette frénésie, mon Top20 de l’an dernier s’en trouve donc chambardé!

#6 Murale de 1972Pour avoir traversé les époques jusqu’à nous, j’ai décidé de rendre la plus ancienne murale de Montréal, encore visible à Montréal, hors concours. Ainsi, les fameuses lèvres du coin Président-Kennedy/Jeanne-Mance, restent dans ce texte, pour leur démonstration de la durabilité de cette forme d’art urbain.

Les 7 premières positions de mon palmarès de l’an dernier restent inchangées. Ces œuvres sont majeures et méritent entièrement qu’on les reconnaisse. À commencer par l’ensemble des murales des Habitations Jeanne-Mance, produites par Mu, qui méritent pour leur ampleur et leur effet sur le voisinage, la 1e position (il y aura, à terme, 8 murales). La qualité des « quatre saisons » (dont deux sont présentées ici) et des « éléments » (l’eau et l’air présentés ici) est remarquable et change visiblement la qualité de vie de ce secteur de la ville! Bravo! On peut les voir de la rue Maisonneuve et de la rue Ontario. En plus, la plupart sont maintenant éclairées le soir!

01

En 2e et 3e place, ce sont des dames : Our Lady of Grace, et Granny. Il est à noter que ces deux œuvres ont été produites par le collectif A’Shop. (Respectivement au coin Sherbrooke Ouest/Madison et Des Pins/Saint-Laurent)

2-3

Quand je serai grand, je resterai enfant garde sa 4e position (oeuvre du collectif A’Shop), suivi de la magnifique murale animale de Shalak, Smoky et Monk.e, découverte au hasard d’une promenade en Bixi. (Respectivement au coin Décarie/Sherbrooke Ouest et Hôtel-de-Ville/Rachel)

4-5

En 6e et 7e place, j’ai choisi Hommage à Miyuki Tanobe de MU et l’immense murale (23m. par 24m.!) commémorant l’Expo 67, produite par ArtDuCommun. (Respectivement au coin Wellington/LaSalle et Saint-Laurent/Autoroute Ville-Marie)

6-7

Nouvelles entrées

Le festival MURAL 2014 nous offre une œuvre majeure, de Bryan Beyung, que je place au 8e rang de mon Top20. Elle vient recouvrir une autre, produite en 2013, par Labrona… Ainsi, le festival nous offre un certain renouvellement des œuvres, après nous avoir laissé en profiter pendant un an, mais les rends du même coup éphémères… (coin Marie-Anne/Saint-Laurent)

08 DSCN4399

En 9e place, une tortue marine découverte dans une ruelle verte, vient se joindre aux autres murales de ruelle qui s’étaient déjà inscrites dans mon Top (celle-ci est dans la ruelle entre les rues Bennett, William-David, Ontario et La Fontaine)

09 DSCN4314

Le thème animalier revient pour la 10e et la 11e position, soit le Le tigre blanc (2011), produit dans le cadre du programme de ruelles vertes de Rosemont et le cerf de la ruelle Vimont, dans le cadre du programme de ruelles vertes de Hochelaga-Maisonneuve. (Respectivement au coin Saint-Zotique/entre Marquette et Fabre et Ville-Marie/au Sud de La Fontaine). Ces deux murales étaient dans mon palmarès de l’an dernier.

8-9

Découverte entièrement par hasard, la murale de Pinocchio, derrière la Maison de la Culture Hochelaga, m’a impressionné. Bien cachée dans la ruelle, elle est pourtant très belle. Elle se mérite une 12e position (coin Desjardins/dans la ruelle au Sud d’Ontario).

12 DSCN3528

Autre découverte, due au hasard d’une autre promenade en Bixi, ce magnifique fond des mers qui habille le pavillon de la piscine Baldwin (coin Fullum/Rachel). Peinte il y a à peine quelques semaines, elle est l’œuvre de l’artiste multidisciplinaire Monk.e. En 13e place :

13a ensemble

En 14e position, un autre artiste prolifique, mais dans Hochelaga celui-là, nous peint des personnalités publiques avec un regard pour le moins satirique (coin Ontario/de Chambly). D’autres s’ajouteront sous peu dans le quartier nous dit-onLa 6e sphère de la culture, produite de son côté en 2008 par MU, est toujours dans mon palmarès et se mérite une 15e place (coin La Jeunesse/au nord de Jean-Talon).

Sans titre

Pour l’impact majeur que cette œuvre, pourtant simple, a eu sur le tunnel du métro Champs-de-Mars, Printemps : Hommage à Marcelle Ferron, réalisé par Mu l’an dernier, vient se placer en 16e position.

13

Découverte alors que ce texte était écrit et même prêt à être publié, j’inscris en 17e place, ex-aequo avec la prochaine, cette magnifique Dame à l’oiseau, de Bezt (Pologne!), qui était en visite pour le Festival MURAL 2014 (Saint-Dominique/au Nord de Rachel). Cette anecdote illustre pourquoi j’ai décidé de nommer ce texte « Top 20 de 2014 »… Parce que je découvre sans cesse de nouvelles œuvres à travers la ville! La prochaine œuvre m’a séduit par sa beauté et sa simplicité. Elle aussi issue de la cuvée 2014 du Festival, ce petit garçon peint par Seth (sur Saint-Dominique/au Nord de Prince-Arthur) prend la 17e place (ex-aequo) de mon palmarès. À ma connaissance, il ne recouvre pas, lui non plus, une œuvre de 2013 et fait plutôt partie de l’extension de l’aire d’intervention du festival…

17 exaequo

Voisine, la prochaine œuvre s’inspire de la même simplicité. Pour son message qui porte, sans trop de peinture, Barré, apparu lors du Festival de 2013 et maintenu en 2014, se place en 18e rang (Saint-Dominique/au Sud de Prince-Arthur).

14

Turtle island, pour laquelle j’ai une affection particulière, dégringole en 19e position de mon palmarès. Les découvertes de la dernière année ont tellement été spectaculaires… Si ça continue, l’an prochain elle n’y sera même plus! Et pourtant, voyez comme elle est belle! (coin Dézéry/La Fontaine)

10

Pour terminer ce palmarès de 2014, la collaboration de Fin DAC et Christina Angelina pour ces deux murales, la première peinte dans l’arrondissement Sud-Ouest, l’autre produite lors du Festival MURAL 2013 et maintenant disparue sous une autre murale, ferment la marche (la première au coin Notre-Dame Ouest/Côte-Saint-Paul et l’autre malheureusement disparue). Une disparition qui m’attriste, puisqu’elle nous fait perdre une magnifique œuvre, alors qu’on sait qu’elle aurait pu égayer nos murs aussi longtemps que celle de 1972, dont je parlais en introduction de ce texte…

15

Nos seuls souvenirs et quelques photos préserveront cette murale de l’oublie, mais ils illustrent parfaitement l’urgence de produire une carte des murales de Montréal, disponible sur le web, pour répertorier le patrimoine actuel et préserver l’information sur les murales disparues. En plus, ces murales proviennent de 8 arrondissements différents! Alors, sans outil pour les retrouver, ou pour se faire un circuit de découvertes, il est difficile d’en profiter autrement qu’en photo. C’est pourtant si impressionnant de les voir en personne!

Deux mentions et une légende

Parce que certaines murales peuvent être différentes et agrémenter notre paysage urbain en s’intégrant à des endroits moins conventionnels que des murs, j’ajouterais à ce palmarès l’œuvre de Labrona à la sortie de la station de métro Jarry et la spectaculaire série de piliers de viaduc peints dont je parlais dans Du Jardin du Crépuscule au Champs des Possibles. Comme quoi l’art mural ne se limite pas aux murs…

Enfin, une légende du street art de Montréal était aussi à l’œuvre lors du dernier Festival MURAL : Zïlon. Ses personnages sont apparus dans nos rues et nos bars dans les années 80 et ont été mon premier contact avec le street art. De le voir travailler sur toute une maison, qui lui a été offerte entièrement blanche, m’a rappelé l’importance que Zïlon a eu pour permettre l’éclosion de cette forme d’expression marginale à Montréal. C’est un peu grâce à des précurseurs comme lui si, aujourd’hui, un organisme comme Mu et un festival comme MURAL peuvent faire rayonner Montréal à l’international…

Zilon2014Mural

Pour en savoir plus sur le sujet :

Advertisements

Responses

  1. Petite correction concernant « Quand je serai grand, je resterai enfant » (4e position), elle est au coin de Sherbrooke Ouest et Madison (et non pas Décarie): https://www.google.ca/maps/@45.465921,-73.624853,3a,75y,163.23h,87.03t/data=!3m4!1e1!3m2!1sQOuodnnQhA6u-giIJ-k15g!2e0

    J'aime

    • Bonjour Guillaume,
      Il y a confusion. Celle dont vous parlez est « Our Lady of Grace » (murale d’une femme), qui est effectivement au coin Madison. Elle est en 2e position. « Quand je serai grand… » (murale d’un enfant) est, quant à elle, bien au coin Décarie. 🙂

      J'aime

  2. Salut Carle Bernier-Genest, bravo pour ton blog! Je t’écris, car il te manque une superbe murale qui a été réalisé l’année passée dans l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville. Si tu désires avoir les infos et les photos envois-moi un petit courriel au a.waked27@live.ca.

    Merci et bonne journée

    J'aime


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :