Publié par : cbernier | 31 mai 2013

Carré d’artistes vs Artothèque

Pendant plusieurs années, j’ai eu la chance d’avoir chez moi des toiles d’artistes québécois réputés. Des Ferron, des Hurtubise, des oeuvres d’artistes exposés dans nos musées ou de la relève. Et tout ça pour une bouchée de pain. J’habitais à une rue de l’Artothèque, une bibliothèque d’oeuvres d’art installée près du métro Rosemont depuis 1995. Pour environ dix dollars par mois, j’y louais une toile qui trônait dans mon salon pour trois à neuf mois. Et lorsque le renouvellement avait atteint son maximum, je la ramenais pour m’en prendre une autre.

L’idée derrière le principe de location de l’Artothèque, c’est de démocratiser l’art. Son slogan: « Le musée qui s’emporte », reflète bien l’esprit… Et ça fonctionne à merveille. Toutefois, il y a plus. On cherche ainsi à développer le goût de posséder une toile. On peut donc acheter celle qu’on a louée si, après plusieurs semaines, nous nous y sommes attachés. Je n’ai pas acheté l’une de leurs 5000 (cinq milles!) oeuvres, mais je suis quand même devenu propriétaire de quelques toiles depuis.

Un de mes premiers achats a été une folie de voyage. J’étais en France et j’ai découvert un Carré d’Artistes. Ces boutiques, qui ont pignon sur rue dans une douzaine de villes surtout européennes, offrent, comme leur nom l’indique, des oeuvres produites sur une toile carrée. Petite, moyenne, grande ou très grande. 4 formats, que tous les artistes doivent adopter pour pouvoir profiter de ces points de vente. Chaque format avec son prix unique. Que l’artiste soit très connu ou au début de sa carrière n’importe pas. Ici aussi on cherche à créer le goût de l’art, en le rendant très accessible. Ainsi, pour environs 100$ canadiens, je me suis acheté une de mes premières oeuvres. Avec son étiquette au verso, nom et bio de l’artiste, Céline Bedat; nom de la toile, La course.

Oeuvre Carré d'artiste

Ce jour-là, je suis devenu collectionneur! Une chance qu’il n’y a pas de boutique Carré d’Artistes à Montréal, parce que je succomberais probablement souvent. Pour mon anniversaire, pour Noël, pour le plaisir… Parce que chaque boutique a sa propre sélection d’artistes, qui évolue constamment, offrant toujours un nouveau coup de coeur à désirer. À preuve, quelques années plus tard, lors d’un autre voyage et dans une autre boutique Carré d’Artistes, je suis de nouveau sorti avec un sac à la main!

Après plusieurs années, je me demande toujours pourquoi le concept n’a pas encore fait sa place ici. Montréal est connue pour le talent de ses artistes, pour leur étonnante diversité et leur grand nombre. Il y aurait place pour une franchise montréalaise… Surtout que l’entreprise derrière Carré d’Artistes cherche des franchisés pour poursuivre l’expansion de son réseau! Avis aux intéressés…

Ajout de avril 2015: Un Carré d’artistes a bien ouvert ses portes sur la rue St-Denis en 2014, mais cette boutique n’a malheureusement pas survécu longtemps. Ce qui m’a quand même surpris…

D’ici à ce qu’il y en ait une autre, il y a toujours la très intéressante foire du Festival Montréal en Arts, qui se déroule du 1er au 5 juillet 2015, sur la portion piétonne de la rue Sainte-Catherine Est (sous les boules roses de Claude Cormier). C’est peut-être le plus important rendez-vous d’artistes offrant des oeuvres à des prix qui conviennent aux nouveaux acheteurs. En effet, chaque année j’y vois de petites merveilles, à des prix tout à fait raisonnables. Et la dernière journée, il s’y fait des deals incroyables! Alors s’il y a un événement à ne pas rater pour le collectionneur d’oeuvres d’art qui sommeille en vous, c’est celui-là! Avec plus de 75 exposants, c’est vraiment un rendez-vous incontournable.

Sinon, il vous reste l’Artothèque. Une caverne d’Ali baba de l’art qui mérite au moins une visite. Sinon, vous ne saurez pas ce que vous ratez! Après l’avoir exploré, vous trouverez à coup sûr ce qu’il faut pour égayer vos murs, impressionner vos proches ou vous gâter un peu 😉

Publicités

Responses

  1. Un très beau texte!
    Merci!

    Annie Billington
    Coordonnatrice – Communications et relations avec la communauté
    + Comité Relève et pratiques émergentes
    Culture Montréal | 3680, rue Jeanne-Mance, bureau 317
    Montréal (Québec) H2X 2K5
    T. 514.845.0303 poste 25
    http://www.culturemontreal.ca
    @CultureMontreal

    POUR PARLER CULTURE, QUARTIER PAR QUARTIER < microculture.ca
    [Description : site-mouvement]

    J'aime


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :