Publié par : cbernier | 4 mai 2012

Le retour des arbres fruitiers

Absents de notre paysage sauf en de rares exceptions, les arbres fruitiers semblent être sur le point d’amorcer un retour en ville. Le mois passé, j’avais vu passer une brève parlant d’un « verger public en libre-service » à Caen en France et je m’étais dit que ça ferait un bon texte pour mon blogue… Offrir, dans un parc, des arbres et arbustes fruitiers à la population, tel est l’ambition du maire de cette petite municipalité. Et pourquoi pas dans une grande ville?

J’aimerais bien pouvoir aller me promener au Parc Maisonneuve et cueillir, en déambulant, une pomme ou une poire dans son arbre. C’est une expérience particulière pour les « urbains », qui ont rarement la chance de manger un fruit d’une telle fraîcheur…

Un mois plus tard, quelle n’est pas ma surprise de voir qu’un projet similaire débute à Montréal! Aujourd’hui et demain (les 4 et 5 mai), l’organisme Urbainculteurs installe des arbres fruitiers au Jardin botanique, pour démontrer qu’il est facile d’en cultiver dans n’importe quel espace, y compris en pots! Vous pourrez aller voir de quoi ça a l’air tout l’été au Jardin botanique, ou faire une visite virtuelle sur l’album-photos de la page facebook d’Urbainculteurs.

Ce n’est pas encore un « verger public en libre-service », mais on s’en rapproche!

Le thème de l’agriculture urbaine fait les manchettes depuis plus d’un an. Il suffit de penser aux poules de Rosemont 😉 Et l’annonce récente d’une prochaine consultation publique sur la question promet de maintenir le thème à l’ordre du jour pour encore quelque temps!

Ainsi, partout sur la planète, les villes tentent de rapprocher la production alimentaire de leur population. Par exemple, à Paris, où l’on cultive ces temps-ci des champignons avec le marc de café des cafés-bistro qu’il y a « à tous les deux mètres » dans certains quartiers.

Et nous, que trouvera-t-on pour innover encore? Je dis « encore » parce que Montréal a fait preuve d’un très grand avant-gardisme en développant, dès 1975, les Jardins communautaires. Aujourd’hui, c’est presque 100 jardins, répartis dans 18 arrondissements, qui desservent des milliers de Montréalais. Et ce n’est pas tout, une foule d’initiatives fleurissent déjà, ici et là. Une visite sur le site Agriculture urbaine Mtl permet de s’en rendre compte rapidement!

Mais je persiste à penser qu’une allée de pommiers dans un parc de quartier, ce serait vraiment bien!

(Ajout du 29 mars 2014) La ville de Paris semble trouver l’idée très intéressante puisqu’elle s’est alliée à Verger urbain pour multiplier les « forêts comestibles » sur son territoire! Ce sont plus de 2 800 m² qui ont été mis en culture, sur 2 parcelles de terrain de la ville, où on a planté essentiellement des espèces issues du patrimoine végétal de la région (sauvage et agricole), dans un souci de préservation de la biodiversité.

Advertisements

Responses

  1. À Prague, de nombreux petits parcs sont garnis d’arbres fruitiers (des pommiers, essentiellement).

    À la différence des arbres dont le mode de reproduction implique la libération d’immense quantité de pollens (au grand désespoirs de 15% des citoyens qui y sont allergiques), les arbres fruitiers produisent peu de pollen (puisque leur mode de reproduction est basé sur l’implication d’insectes butineurs). Tout au plus, à l’automne, il faudra enlever les fruits qui tombent au sol, afin de ne pas attirer la vermine.

    J'aime


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :