Publié par : cbernier | 6 février 2012

2 ans et une Nuit blanche

Il y a bientôt 2 ans, je créais ce blogue pour vous parler de ma passion pour Montréal. Le 13 mars 2010, je publiais un mot de bienvenue et mon premier texte : Nuit blanche 2010.

Ce soir, j’étais au dévoilement de la programmation d’Art Souterrain, mon événement coup de cœur au sein de la Nuit blanche, qui se déroulera cette année le samedi 25 février. Une nuit à ne rater sous aucun prétexte! Pour moi, c’est le rendez-vous de l’année. Le « must » de la vie montréalaise. Pour plusieurs raisons, mais particulièrement pour Art Souterrain : un parcours d’art contemporain de 7 km à travers les sous-sols de la ville, ses bureaux et ses centres d’achats. À des heures où tous les chats sont censés être gris. Mais ces lieux, où normalement il n’y a plus un chat à cette heure là, s’offrent exceptionnellement à nous, et nous permettent de découvrir un monde plein de couleurs, insoupçonné, déconcertant.

Je me rappellerai toujours mon parcours d’Art Souterrain, en 2009, lors de la première édition. J’étais parti seul dans la Nuit blanche. À 2h du matin, j’avais terminé mon parcours au Centre Eaton. J’étais assis, dans une reconstitution de salon ordinaire, en plein milieu du centre d’achat, avec une télé à écran plat qui diffusait une vidéo de vache broutant de l’herbe, et un DJ qui produisait de la musique électronique en direct. Le vide des boutiques, le mobilier familier du salon et les échos de la musique -combinés à l’heure de la nuit- ont créé pour moi un effet intense. Du grand art… Entièrement déstabilisant. Tout comme plusieurs autres œuvres :

  

Depuis maintenant 4 ans j’y retourne, année après année, comme à un pèlerinage nécessaire à mon bien-être. Comme à un rendez-vous essentiel avec l’art, le vrai, celui qui est neuf, accessible, qui n’a pas été dénaturé par sa valeur marchande ou par son entreposage sur le beige mur d’une quelconque institution. Cet art, dans nos souterrains inhabituels, est en plus accompagné de « médiateurs culturels ». Des bénévoles (ou l’artiste lui-même) sur place, disponible pour nous parler de l’œuvre, de son sens. Une « traduction » du langage artistique qui change souvent notre regard sur ce qui nous est présenté. Une compréhension nouvelle en émerge et nous permet de profiter pleinement de l’expérience.

Une véritable chasse aux trésors. Et la Nuit blanche offre une foule de trésors, outre le parcours d’Art Souterrain. En général, les animations à l’UQAM méritent qu’on s’y perde un peu (un véritable dédale, cette université!) et le Gésù offre souvent des prestations des plus désorientantes. À preuve, ces photos :

  

Alors réservez tout de suite votre nuit du samedi 25 février au dimanche 26, vous n’aurez pas assez d’heures devant vous pour profiter de toutes les découvertes offertes! Mais vous pourrez dire « j’y étais! ». Nouveauté cette année pour Art Souterrain, toutes les œuvres resteront sur place deux semaines, sur les 7 km du parcours. Vous n’avez donc aucune raison de manquer ce rendez-vous avec l’art! Et qui sait, peut-être avec vous-même…

Advertisements

Responses

  1. Très beau texte, qui m’a rappelé ma nuit blanche de l’an dernier. C’est d’ailleurs grâce à toi si j’y suis allée. Nous étions exténués, Pascal et moi, mais quel plaisir nous avons eu à découvrir ces arts et, même, cette ville exceptionnelle qu’est Montréal. J’espère sincèrement pouvoir y retourner cette année.

    J'aime


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :