Publié par : cbernier | 17 janvier 2011

Occuper l’espace

Ce texte a été entièrement réécrit en mai 2017

Vous souvenez-vous de Space Invader, ce jeu vidéo de notre enfance ou notre canon, en bas de l’écran, devait détruire des envahisseurs extra-terrestres avant qu’ils ne touchent la Terre? Et bien, lors d’un voyage à Paris il y a quelques années, j’ai vu de ces envahisseurs sur plusieurs murs de la ville. Étonné et charmé par cette invasion des plus sympathiques, je me demandais ce que ça signifiait. Après avoir retrouvé à Barcelone le même type d’extra-terrestres, j’ai cherché sur internet et finalement appris que Space Invader, c’est aussi le nom d’un artiste qui s’exprime dans des dizaines de villes de la planète avec ces personnages créés de petits carrés de céramiques. Depuis, lors de mes voyages, je lève un peu les yeux pour chercher les taches de couleurs et je fais parfois des découvertes surprenantes…

Space Invader Paris

Space Invader à Paris

Un autre artiste étonnant se fait remarquer en Europe, cette fois avec des détournements de panneaux de signalisation routière: Clet Abraham. Ses interventions, à la fois poétiques et ludiques, enrichissent les villes qu’il visite… Encore une fois, on fait face à un artiste qui multiplie ses oeuvres tout en gardant toujours le même style.

Clet Abraham

Clet Abraham à Florence et Rome (Italie)

Il existe une autre forme d’intervention qui apparait dans plusieurs villes du monde, c’est Dispachwork. Avec ce mouvement, les gens sont invités par l’initiateur, Jan Vormann, à remplir de blocs Légo multicolores les fissures et autres bris de monuments, de murs ou de trottoirs. Le résultat est fascinant, comme vous pouvez le constater en visitant le site du projet. Ou en lisant ce texte sur la démarche, dont voici un extrait :

« Dans un premier temps, Yan Vormann s’est concentré plus particulièrement sur les villes marquées par la guerre : Berlin, Tel Aviv, Belgrade… Tout en pansant la ville, les modules multicolores attirent l’attention sur la charge historique du bâti qui nous entoure dans une démarche très poétique.  Le module insignifiant de notre enfance devient l’acteur principal d’une réhabilitation à grande échelle en amenant la couleur, la vie et, finalement, le rêve, au coeur des lézardes de l’urbain. »

Je tenterai d’en voir des manifestations lors de mon prochain passage dans une des villes où ce mouvement est présent, c’est sûr. Il déborde aujourd’hui largement des villes marquées par la guerre, mais tout comme l’œuvre de Space Invader ou de Clet Abraham, il ne semble pas avoir atteint Montréal. Pas encore…

Une des rares initiatives pour attirer à Montréal ces artistes qui interviennent dans la ville avec des oeuvres qui ne se présentent pas sous forme de graffitis peints, c’est l’invitation du Diamantaire par le Festival Mural, en juin 2014. Elle a permis l’apparition d’une centaine de ses diamants, taillés dans des miroirs recyclés, autour de la rue Saint-Laurent (principalement). Lors de votre prochain passage dans ce secteur, soyez attentifs, vous verrez briller ses oeuvres 😉

Le diamentaire

Le Diamantaire à Montréal

Fabien Deglise, dans Le Devoir, a déjà proposé de créer « un répertoire public et participatif, de type blogue ou wiki, des lieux de la ville sur lesquels les artistes pourraient venir poser leur marque, avec l’assentiment des propriétaires des lieux« … Une idée qui pourrait peut-être encourager des artistes locaux de se lancer?

Pour des graffitis, des stickers ou des collages, nous ne manquons pas d’artistes de la rue. Mais avouons-le, peu de Montréalais pratiquent une forme d’occupation de l’espace public similaires aux artistes européens présentés jusqu’ici.

Il y a le collectif Garbage Beauty, dont je parlais dans ce texte, qui pourrait entrer dans cette catégorie. Leurs oeuvres sont nombreuses, disséminées dans la Ville, et maintiennent le même style.

Garbage Beauty 5

Garbage Beauty à Montréal

Sinon, il y a une initiative anonyme qui a multiplié les tableaux cloués sur des poteaux électriques, dont parlait le blogue MesQuartiers dans son itinéraire de Villeray. Il y en aurait plusieurs dizaines à voir dans ce quartier!

Ruelle Drolet et Henri-Julien au sur de Villeray DSCN1905 (3)

Initiative anonyme à Montréal

Plus proche des exemples européens, les oeuvres de Zenka, en céramique, peuvent être vues à Montréal, Los Angeles et Cordoba (en Argentine)! Le blogue « Montréal, les caribous et moi » en répertoriait plusieurs d’ici, et il est toujours possible d’acheter une « hashtag plaque » auprès de l’artiste pour la coller où on veut…

Zenka St-Laurent côté sud-ouest d'un passage entre Duluth et Mont-Royal

Zenka à Montréal, #endroit officiel de bisous

Il existe bien quelques détournements de panneaux de signalisation à Montréal, comme ces deux exemples:

Détournement Montréal

Vu à Montréal, dans le Sud-Ouest

Détournement Montréal 2

Vu à Montréal, sur le Plateau

Mais ce sont des oeuvres isolées et plutôt rares ici… À quand donc une visite de Clet Abraham, de Space Invader ou de Dispatchwork à Montréal? Ou l’apparition d’oeuvres d’artistes d’ici, qui choisiront d’occuper l’espace avec autant de talent que leurs cousins européens?

Pour en savoir plus sur le sujet :

C’est toi ma Ville s’est associé au blogue Mes Quartiers pour créer une page Facebook dédiée aux amoureux de Montréal. Cliquez « j’aime » sur cette page et découvrez les textes proposés par nos deux blogues, en + d’un contenu original et exclusif!

Mes Quartiers et C'est toi ma Ville

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :