Publié par : cbernier | 15 mars 2010

Abribus d’ici et d’ailleurs

Ce texte a été entièrement réécrit en février 2015 et mis à jour en février 2017

C’est le 14 février 1962 qu’apparaît le premier abribus moderne à Montréal, inspirés de modèles français. Depuis, il n’a cessé d’évoluer et, en 2013, on annonçait un partenariat entre la STM et Québécor pour doter la Ville de tous nouveaux abribus, issus d’un concours de design mené en 2009. À terme, tous les anciens abribus seront remplacés par le nouveau modèle et on en installera de nouveaux, pour en porter le nombre à plus de 2000 :

Nouvel abribus de Montréal

Après les abribus spécifiques au Quartier international (ci-dessous), Montréal a donc maintenant des abribus avec une signature de prestige, un peu partout en ville.

Abribus Quartier international de Montréal

Abribus arrondissement Saint-Laurent

Partout? Pas vraiment, puisqu’une certaine résistance s’est installée pour sauvegarder l’histoire des abribus montréalais et de ce « patrimoine » plutôt inhabituel.

En effet, l’arrondissement Rosemont-La-Petite-Patrie a désigné 12 abribus anciens comme patrimoniaux, empêchant leur remplacement. Une initiative qui fait sourire, mais qui n’est pas sans intérêt.

Lors d’une promenade dans l’Arrondissement Saint-Laurent, j’ai découvert qu’il y avait d’autres particularités locales dans le design des abribus montréalais. Sauvegarderons-nous aussi les jolis abribus de Saint-Laurent? Ils offrent un modèle différent, à l’élégance toute simple (ci-contre):

Beaucoup plus spectaculaires, le gigantesque abribus derrière la station de métro Lionel-Groulx, impressionne. J’aime bien qu’on ose de tels équipements, qui améliorent le paysage de la ville.

Abribus métro Lionel-Groulx

Y a-t-il d’autres exemples d’abribus différents sur l’île de Montréal? N’hésitez pas à nous les faire connaître!

Les abribus français

Avec ses nouveaux abribus, Montréal rejoint les grandes villes du monde, qui repensent actuellement leur mobilier urbain, comme le fait Paris, entre autre, avec cet abribus tout aussi 2.0 que promet de l’être celui de Montréal. Mais avec un petit je ne sais quoi de plus flamboyant 😉

Paris a d’ailleurs lancé un immense chantier présentant 40 projets de mobilier urbain intelligent qui mérite vraiment d’être connu et, pourquoi pas, copié?

Abribus de Paris

De façon assez surprenante, lors d’un voyage dans le Sud de la France en 2009, les abribus m’ont fasciné. Pourquoi tant d’intérêt? Parce qu’ici comme ailleurs, c’est souvent un de nos contacts essentiels avec le réseau de transport en commun et avec la ville (surtout lorsqu’il pleut et lorsqu’on a besoin de s’asseoir). Mais aussi parce que ce voyage, qui m’a fait passer par une dizaine de petites villes en deux semaines, m’a permis de constater que la diversité et l’adaptation à l’environnement était possibles même pour un élément de décors aussi banal que l’abribus. À preuve:

La beauté épurée de celui de Marseille:

La curieuse structure de Arles (remarquez le texte écrit dans la vitre, qu’on peut lire en grossissant la photo!):

La rigidité formelle d’Avignon, avec le rappel aux fenêtres en ogive, clin d’oeil à l’époque où les Papes logeaient dans cette ville:

Ou les rondeurs discrètes d’Aix:

Tous offraient une preuve qu’on peut faire du mobilier urbain fonctionnel et, en même temps, élégant et ajoutant de la beauté à la ville. C’est au retour de ce voyage dans le sud de la France que j’ai appris l’existence du concours de design qui allait donner à Montréal son nouvel abribus.

Mais l’ensemble des abribus dont je vous ai parlé jusqu’à maintenant sont-ils ce qui se fait de mieux? Pourrait-on s’inspirer d’ailleurs pour se doter de quelques abribus emblématiques?

Tour du monde des plus beaux abribus

Plusieurs créateurs dans le monde ont décidé de faire de l’abribus un petit plus dans la ville, inattendu et ludique. Publicitaires, designers d’intérieurs, architectes et autres bricoleurs ont relevé ce défi, comme en témoigne ce tour du monde des abribus les plus originaux.

Toutefois, la palme de la ville ayant su se démarquer par ses abribus revient, sans conteste, au village de Krumbach, en Autriche. Pour y arriver, le village a invité 7 grands architectes, qui ont pu bénéficier d’un séjour gratuit dans la région en échange de la conception d’un abribus unique! Le résultat est fascinant et la notoriété acquise par ce village est inestimable. Un exemple à suivre?

Pour plus d’exotisme, je vous propose de visionner ce projet photographique qui nous montre les abribus de l’ancien empire soviétique. Un autre monde, qui nous a laissé un grand nombre d’abribus abandonnés, mais fantastiques!

Enfin, pourquoi ne pas revenir sur notre continent pour constater qu’aussi près que la Ville de Québec, on ose aussi jouer avec le fantastique:

Ou directement chez nous, à Montréal, où Duracell nous offrait un abribus chauffant en 2014:

Série de textes sur le transport:

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :